Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

29/06/2013 - Des hommes capturés, exécutés, qu'on aurait écorchés avant de procéder au tannage de leur peau, utilisée pour confectionner des objets ou relier des livres... Le fait est attesté, durant la Révolution. En décembre 1793, près d'Angers, aux Ponts-de-Cé, des milliers de prisonniers vendéens sont tués, selon les témoignages recueillis par les représentants en mission. Quelques-uns citent l'écorchement de 32 hommes sur ordre d'un officier de santé, Pecquel, qui aurait ensuite fait traiter les peaux par un tanneur d'Angers.


Bavure isolée ou bien, comme une légende noire le laisse entendre depuis deux siècles, véritable entreprise d'État ? Des membres du Comité de salut public sont accusés d'avoir installé à Meudon une tannerie de peaux humaines, pour en faire des culottes ou pour relier des exemplaires de la Constitution.


Jean-Clément Martin entreprend ici d'examiner les pièces du dossier, afin de rendre compte des rumeurs, des accusations et des faits, tels qu'ils peuvent être recensés dans les années 1793-1799. Mais au-delà, il inscrit ces éléments dans la perspective plus large de l'histoire de l'écorchement, supplice ou pratique chirurgicale, voire sociale, repérable de l'Antiquité à nos jours.

Jean-Clément Martin est professeur émérite de l'université Paris-1-Sorbonne; il a dirigé l'Institut d'histoire de la Révolution française. Il dirige la collection Révolutions aux éditions Vendémiaire, dans laquelle il a publié La Machine à fantasmes (2012).

Extrait de l'introduction - Les révolutionnaires ont-ils, dans une tannerie installée à Meudon ou au bord de la Loire, près d'Angers, tanné la peau des adversaires qu'ils avaient exécutés ? Certains d'entre eux ont-ils porté des culottes de peau humaine, notamment pendant la fête de l'Être suprême ? Ont-ils relié des exemplaires de la Constitution avec ces peaux ? Voilà, brutalement résumé, le sujet de ce livre, qui peut surprendre, voire choquer.


Quelle attention doit-on accorder aux légendes noires, dénonciations, bruits, racontars et autres «détails inutiles» auxquels Orwell attache de l'importance ? La tentation de l'historien est bien de passer outre. À quoi bon pourfendre, encore une fois, les baudruches gonflées par des imaginations malsaines et inépuisables ? La vérité, une fois établie, s'imposera d'elle-même, malgré le grouillement inévitable des rumeurs et des délires. N'est-ce pas même rendre un hommage immérité à ces médiocres faits que de vouloir les considérer comme des objets dignes d'étude et, en quelque sorte, d'accepter de dialoguer d'égal à égal avec ceux qui ont inventé ces fantasmes purs ou donné de l'importance à des épisodes monstrueux certes mais sans réelle signification historique ? Le sujet peut paraître bizarre, malsain voire dangereux. Est-il besoin de consacrer un ouvrage, même limité, à une anecdote nauséabonde ?


Il convient pourtant de prendre ces bruits en considération, pour au moins deux raisons. D'abord, leur simple circulation génère des perturbations dont les effets sont incalculables. Ensuite, que personne ne contredise ces récits suggère qu'il y a anguille sous roche et que les plus belles histoires de la Révolution, en les ignorant, veulent éviter des vérités qui dérangent.


Les peaux tannées de la Révolution française représentent l'un de ces cas qu'il convient de réexaminer de temps en temps, comme on vidange un moteur. Nous continuons de vivre dans un univers mental qui cherche à dénoncer les secrets cachés, à abattre les tabous, à contester les paroles officielles. Ces positions de principes sont souvent nécessaires ; elles doivent cependant être elles-mêmes soumises aux critiques qu'elles revendiquent, sous peine de tomber dans des abus dangereux. C'est dans cet entre-deux que ce texte se situe. Il s'agit, somme toute, de continuer une entreprise commencée avec l'histoire de la guerre de Vendée en mêlant les études les plus larges aux descriptions les plus pointues, du balayage global de la Révolution et de la Contre-Révolution à la vie fantasmatique du tambour Bara ou au calcul des victimes d'un massacre. De poursuivre ainsi le pas, lent, de l'historien pour attester les faits avérés, dénoncer les légendes, mais surtout exposer les raisons et les logiques qui ont favorisé la naissance et la diffusion des rumeurs.

http://www.lechoixdeslibraires.com/livre-130959-un-detail-inutile--le-dossier-des-peaux-tannees-vendee-1794.htm#410013

  1. Un détail inutile ? Le dossier des peaux tannées. Vendée, 1794 ... ► 5:28► 5:28 www.youtube.com/watch?v=_QzI60SpuxA 21 mars 2013 - Ajouté par Vendémiaire Editions Alors que les Vendéens abandonnent le siège du Mans en décembre 1793, les Républicains se livrent à une ...
  2. Autres vidéos pour Un détail inutile ? : le dossier des peaux ... »
Auteur : Jean-Clément Martin  Date de saisie : 07/07/2013  Genre : Histoire  Editeur : Vendémiaire, Paris, France  Collection : Révolutions

Auteur : Jean-Clément Martin Date de saisie : 07/07/2013 Genre : Histoire Editeur : Vendémiaire, Paris, France Collection : Révolutions

Commenter cet article