Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Des robes griffées Chéruit, Worth et Lanvin, des souliers du soir d’Hellstern, des chapeaux d’Alphonsine, Marcelle Demay, Madeleine Panizon, Le Monnier, des bandeaux du soir de Rose Descat, sans oublier des bijoux en cascade : le visiteur de cette exposition hors les murs du Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, présentée dans l’écrin du Musée Carnavalet, est invité à admirer le vestiaire d’une Parisienne à la mode. Cette élégante a vraiment existé. Elle se nomme Alice Alleaume et a été première vendeuse de 1912 à 1923 chez Chéruit, 21, place Vendôme. Issue d’une famille liée au milieu de la couture dès le Second Empire, cette « fashion victim » possède une garde-robe emblématique du nec plus ultra de la mode de la Belle Époque aux années 30 à laquelle s’ajoute des tenues portées par sa mère, Adèle (1839 - 1909), elle-même « couturière en robe », et par sa sœur aînée, Hortense (1867 - 1932), première vendeuse chez Worth, rue de la Paix.

Composée de près de 400 pièces (robes et accessoires), cette collection qui couvre près d’un siècle, des années 1830 jusqu’aux années 1930, est entrée récemment par donation dans les collections du Palais Galliera. Elle est entourée par la présentation de manuscrits et documents, de carnets de vente et de listes de clientes ressuscitant le quotidien d’une première vendeuse et d’une maison de couture, la maison Chéruit, aujourd’hui oubliée, mais qui a été l’une des plus représentatives du rayonnement de la mode parisienne dans le monde entier au début du siècle dernier. Grâce aux dépôts de modèles et échantillons des Archives de Paris, ce sont toutes les collections Chéruit été et hiver qui défilent à nouveau. Elles sont mises en perspective par les peintures et estampes du musée Carnavalet qui évoquent le quartier de la place Vendôme et de la rue de la Paix, « Voie sacrée de la monde », avant la guerre de 1914-1918.

Ne pas manquer les cinq diaporamas dont l’un présentant un reportage photographique – « Les Créateurs de mode » - que publia le Figaro en 1910 sur l’activité fébrile, dans les grands salons et en coulisses, des grandes maisons de couture. Un vrai régal pour tous les amoureux de l’histoire de la mode.

Légendes et crédits des illustrations :

1 – Affiche de l’exposition reprenant le tableau "Femme à l’écharpe", Huile sur bois 1900. Anonyme, © Droits réservés. Photo © Musée Carnavalet/Roger- Viollet
2 - Robe du soir (non griffée), 1920- 1925. Lamé argent et bleu, pans en mousseline de soie bleue, broderies de strass sur tulle de soie bleu. © Stéphane Piera/Galliera/ Roger-Viollet

Par Véronique Dumas

Le chic de la parisienne

Bon plan soumis le 18/11/2013 par Véronique Dumas

À la découverte de la garde-robe d’une élégante, de la Belle Époque aux années 30.

À la découverte de la garde-robe d’une élégante, de la Belle Époque aux années 30.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article