Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

04/12/2013 - Faisant partie de notre Histoire et appartenant à notre folklore national, la chanson de salle de garde est unique et possède un charme particulier qui la distingue des chansons paillardes. Les traditions de salle de garde remontent à la fin du Moyen Age, époque où les chirurgiens barbiers vivaient dans le corps de garde de l'hôpital pour être disponibles en cas d'urgence. Au tout début du XIXe siècle, elle est l'espace mythique et convoité où l'équipe de garde vit et se soude, véritable pied de nez à la souffrance, la misère, la maladie et la mort qu'elle côtoie jour et nuit. Les salles de garde furent aussi fréquentées par des personnages illustres tels Verlaine à Broussais qui portait la capote bleue doublée de toile blanche, les Frères Goncourt, Sarah Bernard, Maupassant, Musset et Gautier.

La salle de garde est dirigée par l'Économe, personnage important, au pouvoir absolu, élu par ses pairs, occupant dans la salle à manger, un fauteuil majestueux, du haut duquel il peut taxer celui qui déroge au Règlement. Tout y est permis, sans le moindre tabou. Les internes peuvent en toute impunité faire des satires ou parodier leurs patrons, chefs de clinique, leurs compagnes, les infirmières et les surveillantes, leur vie à l'hôpital mais aussi les femmes de petite vertu, à l'origine des morpions ou de la vérole. Ils s'en prennent aussi au Clergé, à la Gendarmerie, à la Noblesse ainsi qu'à la Bourgeoisie dont ils sont souvent issus.

Ce recueil est dédié aux internes des hôpitaux et aux (futurs) étudiants de toutes disciplines (y compris la pharmacie) chargés de perpétuer la tradition. II intéressera également les plus anciens, nostalgiques de leur jeunesse, le public curieux et les historiens. Classées par thème, on y retrouve le grand et petit répertoire, les textes drolatiques (issu de l’œuvre concentrique de Balzac, «les Cent Contes Drolatiques» qui feront scandale à l'époque), les pots-pourris, les battues et les chansons rituelles de la bidoche.

Ancien économe de salles de garde, le Docteur Pierre-Louis Choukroun, Prix Littré 2013 pour son ouvrage «Histoire de la chirurgie du silex à nos jours» nous présente ici 115 chansons et textes. Chirurgien, il est aussi membre de différentes sociétés savantes médicales et chirurgicales et vice-président de la Société Européenne de phléboctomie. Il a breveté des instruments utilisés dans la chirurgie vasculaire.

André Patlajean, anciennement dessinateur politique, participe sous le pseudonyme de «Pat» à l'illustration de plusieurs journaux dont l'Aurore où il exercera de 1978 jusqu'à son rachat par le Figaro.

  • Les courts extraits de livres : 04/12/2013

Extrait de l'introduction

Le rire est le propre de l'Homme disait Rabelais, s'inspirant sans doute d'Aristote qui affirmait que l'homme est le seul animal ayant la faculté de rire.
Le rire augmente la capacité respiratoire, oxygène l'organisme, développe le diaphragme, a des effets antistress et analgésiques. Il pourrait même améliorer le système immunitaire et la libido.

IL EST URGENT DE RIRE

Une nouvelle science est née, la gélothérapie (du grec gelos = rire). De très sérieux "clubs de rire" prônent les vertus psychologiques et physiologiques du rire. L'un de nos grands maîtres de l'humour, Alphonse Allais, déclarait que «les gens qui ne rient pas ne sont pas des gens sérieux». Pour Henri Bergson, «la seule cure contre la vanité est le rire».

Dans leurs salles de garde, les Internes des hôpitaux, avaient, depuis des lustres, compris les bienfaits et la nécessité du rire, en réaction à la misère, la maladie et la mort qu'ils côtoient jour et nuit.

La Salle de garde ! Sa simple évocation réveille la nostalgie d'un passé riche de traditions subtiles, festives et élégantes, égrillardes mais de bon goût.

La salle de garde est traditionnellement le théâtre de divertissements, des plus anodins aux plus libertins, où le rire, l'humour et parfois le délire sont rois et où chaque repas devient un festin ponctué de chansons et textes drolatiques.

La chanson de salle de garde est particulière. Chargée d'Histoire, elle possède, de ce fait, un charme qui la distingue des chansons paillardes. Pour apprécier ce dernier, il est nécessaire de porter un regard initiatique sur les traditions de la salle de garde.
Ces traditions de vie à l'hôpital remontent à la fin du Moyen Age, époque où les «chirurgiens-barbiers» vivaient en permanence dans le corps de garde. Ils pouvaient alors, à tout moment du jour ou de la nuit, recevoir des blessés, des victimes de duels, effectuer des réductions de fractures, des sutures de plaies, des incisions et des saignées, à la différence des médecins et des "clercs" qui ne faisaient que passer à l'hôpital.

Ces traditions s'inscrivent dans la grande Histoire et leur évolution sera influencée par deux faits précis.

Le 18 novembre 1686, en Europe, tous les regards convergent vers la France. À Versailles, c'est le jour de «la grande opération». Le Roi Louis XIV souffre d'une grave fistule anale qui menace le fondement même de la Monarchie. Il est opéré avec succès, par «la main heureuse» de Charles-Louis Félix qui, à cette occasion, mérita bien son patronyme. Félix s'était entraîné dans les prisons du royaume à opérer de nombreux patients porteurs de ces fistules. Après l'intervention, Louis XIV put remonter à cheval et chasser à nouveau. La guérison fut complète et la récompense... royale, ce qui permit à Félix d'acquérir la Seigneurie de Tassy, mais surtout, constatant l'efficacité des méthodes opératoires, le Roi Soleil crée le premier corps de chirurgiens. Les chirurgiens-barbiers deviennent enfin médecins à part entière. Cette décision royale fit loi en France et se généralisa à toute l'Europe.

Auteur : Pierre-Louis Choukroun  Traducteur : André Patlajean  Date de saisie : 04/12/2013  Genre : Musique, Chansons  Editeur : Dauphin, Paris, France

Auteur : Pierre-Louis Choukroun Traducteur : André Patlajean Date de saisie : 04/12/2013 Genre : Musique, Chansons Editeur : Dauphin, Paris, France

Commenter cet article