Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Kristof, le bénévole passionné par le dessin, rencontre les résidents de la Pension tous les quinze jours. À chaque fois, le travail commun permet de réaliser une planche de la future Bande Dessinée. Objectif : raconter leurs histoires de vie dans ces lieux originaux que constituent les Pensions de famille. Donner le point de vue des résidents sur la société actuelle, mais aussi de modifier le regard du grand public à l'égard de leurs situations... Et puis, en 2015, participer au Festival de la BD d'Angoulême en exposant leurs planches !

"J'essaye de faire avec eux un travail sur la lecture d'images... on a créé ensemble un personnage central ; ils sont mes impresario et me dirige autant que moi je les aide. C'est donnant-donnant. C'est peut-être plus facile de mettre des images sur des situations plutôt que de trouver les mots pour les décrire... Je me suis rendu compte, pour avoir beaucoup parlé avec eux, qu'il y a une grande détresse, beaucoup d'angoisse non dite. J'espère qu'avec le dessin, ils pourront sortir de leur réserve et découvrir un genre, la Bande Dessinée."

Luc, 53 ans, arrivé à la Pension de famille il y a un an 1/2 participe à cet atelier depuis le début. Il est enthousiaste.

"Je connaissais la BD en tant que lecteur, mais pas du tout du côté du dessinateur. En plus, je ne pensais pas que j'arriverais à dessiner. Mais en fait, ça se passe très bien et les deux heures ne sont pas assez longues ! On discute avec Kristoff, il nous montre les dessins qu'il fait à partir de nos idées et les bullent reprennent nos échanges... c'est passionnant. Chacun de nous a créé son personnage. Moi, j'ai choisi un méchant. Mal rasé, les cheveux courts, le sourire narquois... c'est un peu mon histoire que je vis à travers lui, ça me permet d'évacuer des choses.

La Bazoche dessinée, c'est une super idée !

Vivre ici, cela m'apporte beaucoup et c'est ce que je voudrais qu'on comprenne dans l'histoire. Ici, on peut s'isoler et être tranquille dans sa chambre mais si on n'a pas le moral, si on a besoin de parler, il y a toujours quelqu'un pour vous écouter... avant, j'ai vécu en appartement seul et ça n'était vraiment pas possible pour moi. Les ateliers, comme la Bande Dessinée, c'est formidable car on est occupé et on créait quelque chose. La récompense, c'est ce qui est produit à la fin.... Je n'arrive pas à croire que l'année prochaine, notre travail se retrouvera au Festival d'Angoulême... Il y a déjà plein de gens qui veulent voir le résultat ; on pourrai presque déjà la vendre alors qu'elle n'est même pas finie ! Vraiment, c'est une super expérience."

 La Bazoche dessinée
 La Bazoche dessinée
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article