Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

À Perpignan, l’automne est une saison tumultueuse. Le vent violent le dispute à la pluie diluvienne. Un temps à ne pas mettre un flic dehors. Pourtant un retraité pied-noir est retrouvé dans son appartement, assassiné d’une balle dans la tête… Le sigle OAS laissé près du cadavre, la destruction quelques jours plus tard d’une stèle controversée et la découverte d’un autre ancien Français d’Algérie abattu au volant de sa voiture sèment la panique dans la communauté. Le lieutenant Sebag, qui a par ailleurs promis à sa fille de faire toute la lumière sur l’accident mortel survenu à un de ses amis, est officiellement chargé de l’enquête. Flic réputé et intuitif, il va, en traquant le tueur avec son équipe, faire resurgir du passé un mystérieux commando ayant sévi, il y a bien longtemps, du côté d’Alger. C’est dans ce contexte que les derniers mois de poudre et de sang de la guerre d’Algérie, ses horreurs, ses espoirs, ses trahisons et ses errances vont remonter à la surface jusqu’à la nausée… Cinquante ans plus tard, il est temps de régler l’addition…

Après avoir surfé sur tous les prix polars avec son premier roman, L’été tous les chats s’ennuient, récompensé par le Prix du Premier Roman Policier et le Prix SNCF du Polar 2011, après nous avoir asséné une sacrée claque avec un incroyable second roman, Le Paradoxe du cerf-volant, Philippe GEORGET nous propose aujourd’hui de retrouver le héros fétiche de son premier polar. Sebag est flic au commissariat de Perpignan. C’est un flic réputé et talentueux, doté d’un sixième sens imparable et qui excelle à se glisser dans la peau de l’assassin, à renifler sa piste en s’imprégnant des lieux… Sebag est un intuitif qui promène sur chacune de ses enquêtes un regard inspiré qui lui permet (souvent) d’aller dénicher la vérité là où elle se planque ! C’est aussi un père attentionné et un mari amoureux parfois rongé de doutes… Bref un homme sensible, au monde, à ses proches, à ses incertitudes… Dans ce troisième roman, LES VIOLENTS DE L’AUTOMNE, Philippe Georget nous entraîne sur les traces d’une communauté bousculée par l’Histoire et aujourd’hui en voie d’extinction, celle des pieds-noirs. Cinquante ans plus tard subsistent les souvenirs emmêlés… Ceux de la vie au pays, l’amertume et la désillusion du départ annoncé, la folie, la trahison, les exactions des combattants, la guerre bien sûr, une sale guerre comme les autres, escortée de son cortège de saloperies… Puis le débarquement sur cette terre d’accueil inconnue et inhospitalière. Et la vie qui va… nostalgique ! On frôle avec frissons, au travers de ces pages un goût de sang et de fleur d’oranger, de senteurs d’épices et de détresse, de douceur d’une époque révolue et de peur ! La performance c’est la capacité de Philippe Georget à nous entraîner insidieusement au bout du récit, pris dans les mailles d’un filet qu’il a adroitement tressé. De fil en aiguille, de page en page, de vies bancales en vieilles histoires, de souvenirs heureux en explosions de haine, on est happé par ce style et ces mots tissés de main de maître. Du style précisément, une atmosphère moite, des doutes existentiels, des flash-back saisissants, des vies minuscules, des personnages criants de réalisme… Philippe Georget nous confirme avec brio son réel talent de conteur. Du grand art !

PRIX DE L'EMBOUCHURE 2013
NOMINÉ PRIX DE L'EMBOUCHURE 2013
NOMINÉ PRIX LION NOIR 2013
NOMINÉ PRIX ANCRES NOIRES 2013
NOMINÉ PRIX INTERPOL'ART

« En boxe comme dans le polar, on les appelle des stylistes… Ils touchent avec grâce… Philippe Georget en fait partie ! » Olivier Mais
on / MARIANNE

http://polar.jigal.com/?page=liens&p=103

Les Violents de l'automne (Philippe Georget)
Les Violents de l'automne (Philippe Georget)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article