Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Depuis 2002, la revue «Ancrage» expose et met en lumière les différentes cultures qui habitent le territoire du Lot-et-Garonne. Une engagement quasi «politique» pour louer les différences.

L'aventure est aussi discrète, si on la compare aux médias médias qui surfent sur une actualité sulfureuse, qu'elle est remarquable pour l'objectif poursuivi et la ligne de conduite jamais déviée. «Ancrage», «le magazine de la mémoire des communautés du Lot-et-Garonne», comme il se définit, a bouclé en 2 012 sa dixième année d'existence et il n'a certes pas achevé sa mission d'exploration des mémoires, des itinéraires et des histoires des gens d'ici venus d'ailleurs et de leur apport. Dix ans et quarante-deux numéros sortis des presses chaque trimestre pour raconter et expliquer le destin de ces hommes et femmes «débarqués» en terre de Gascogne, parfois contre leur gré et de leurs descendants qui, aujourd'hui nous nourrissent de leur richesse et de leur diversité.

L'aventure en question est née de la volonté d'un homme, Joël Combres, ancien journaliste au quotidien «Sud-Ouest», soucieux de combattre, rappelle-t-il, une «idée reçue» qui faisait du département «un repaire d'extrême droite, raciste et xénophobe». En tant que Lot-et-Garonnais et journaliste, il a considéré que la meilleure réponse était de démontrer qu'au contraire ce territoire était une terre d'accueil qui existait grâce à l'apport massif de ces divers courants d'immigration venus du monde entier, comme d'autres régions de France,un département lparmi les plus métissés d'Aquitaine et même du grand Sud-Ouest.

«Ancrage a eu pour but de mettre en valeur cette diversité», insiste son fondateur, qui n'hésite pas à ajouter que ce fut aussi «une réponse politique».

Initialement sorti des presses grâce au soutien de son confrère villeneuvois de «La Feuille», le premier numéro d'«Ancrage» est paru en juillet 2002. «Au début, on pensait tenir six mois , voire un an», se souvient Joël Combres, qui n'oublie pas le soutien alors apporté par le conseil général de l'époque et son président Jean François-Poncet. «Sur les 100 premiers abonnements, ils nous en avaient pris 70. Grâce à cette aide, à celle aussi des collectivités locales de Villeneuve et Marmande, nous avons pu décoller». Le bouche à oreille a fait le reste.

Aujourd'hui, «Ancrage», qui loue un local à la Maison citoyenne de Villeneuve où se réunit son comité de rédaction, compte 14 rédacteurs en son sein, tous bénévoles cela s'entend, dont nos anciens confrères Maïté Uruella et Jean-Louis Guidez. La revue est vendue chaque trimestre à quelque 600 exemplaires, essentiellement à des abonnés. Il y a deux ans, la nécessité s'est imposée de se restructurer en association. «Ancrage en partage» a ainsi vu le jour. Une structure qui est sollicitée par les collectivités locales, agréée par l'Éducation nationale, intervenante dans les écoles et qui a acquis, pour le moins, «une certaine notoriété». Au final, une publication bien ancrée dans un terroir dont elle loue précisément la diversité.

Bessy Selk

Agen. «Ancrage», la voix de la différence - 06/01/2013 - LaDépêche.fr

www.ladepeche.fr › Grand SudLot-et-Garonne

6 janv. 2013 - Depuis 2002, la revue «Ancrage» expose et met en lumière les différentes cultures qui habitent le territoire du Lot-et-Garonne.

ANCRAGE; revue sur l'immigration en Lot-et-Garonne. - Vidéo ...

FRANCE 3 LOT-ET-GARONNE - Une playlist sur Dailymotion

« Ancrage», la voix de la différence - La «revue de la mémoire» a dix ans

Commenter cet article