Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Publiée le 24 déc. 2013

La tuerie d'Auriol a scandalisé la France et précipité la fin du Service d'Action civique, le service d'ordre et de renseignement du RPR. C'est au nom de ce mouvement que six hommes, en 1981, ont massacré toute une famille, à Auriol, dans les Bouches-du-Rhône. Le dimanche 19 juillet 1981, Marina Massie alerte les gendarmes : tous les membres de sa famille, qu'elle devait rejoindre chez son frère Jacques, ont disparu. Jacques Massie s'avère être le patron départemental du SAC, soupçonné de vouloir rejoindre, documents compromettants sous le coude, les rangs de la gauche. Jean-Joseph Maria, l'adjoint de Massie au SAC, l'ancien légionnaire Lionel Collard et Jean-Bruno Finochietti, un instituteur qui avait donné des cours au fils de Massie, sont soupçonnés du meurtre. Finochietti finit par avouer. Christophe Hondelatte revient sur ce drame.

Faites Entrer L'accusé - Auriol, La grande tuerie - YouTube

 

18 juillet 1981 : six personnes d'une même famille, dont un enfant de huit ans, sont massacrées dans une bastide proche de Marseille. Effroyable fait divers, la " tuerie d'Auriol " tourne rapidement à l'affaire politique lorsque l'enquête révèle qu'elles ont été victimes d'un commando du SAC (Service d'action civique), le service de sécurité controversé du parti gaulliste. Un homme était visé : Jacques Massie, inspecteur de police stagiaire et responsable départemental de cette organisation. En voulant l'atteindre, les hommes du SAC ont exécuté de sang-froid toute sa famille. Marina, la s¿ur de Jacques, aurait dû se trouver elle aussi à la bastide cette nuit-là. Rescapée de cette tuerie, elle l'est à double titre : le sort a voulu qu'elle ne se rende pas à Auriol le 18 juillet; sa force de caractère a fait qu'elle a continué à vivre malgré tout. Malgré la disparition des siens dans des conditions épouvantables. Malgré le cauchemar des années de lutte contre la toxicomanie de son fils aîné, traumatisé par ce drame, qui finira par se suicider en 1990. Vingt-cinq ans après la terrible nuit du 18 juillet 1981, Marina Massie nous replonge dans les faits par son témoignage de femme et de mère, très loin du point de vue des médias. Elle nous dit comment l'horreur s'empare d'une vie ordinaire. Comment l'on y survit.

"Tuerie D'auriol, La Vie D'une Rescapée de Marina Massie

 

Voici l’histoire d’un fait-divers tragique (dont l’enquête montra qu’il n’était pas si divers), plus connu sous le simple nom de tuerie d’Auriol mais que j’ai préféré rebaptiser « carnage d’Auriol ». Comprenez-moi, ici je n’ai pas de musique qui fait peur, pas de grosse voix grave comme dans « Faites entrer l’accusé », bref il fallait bien trouver quelque chose pour vous scotcher à l’écran !

 

Nous sommes le 19 juillet 1981, à Auriol, dans une coquette bastide provençale appartenant à Jacques Massié, policier de son état. Le maçon qui y effectue des travaux à cette période aperçoit de la fumée, comme si quelque chose brûlait. Lorsqu’il y pénètre avec la soeur du propriétaire, venue fêter un anniversaire, tout est renversé et personne n’est sur place alors que cinq personnes devraient s’y trouver : Jacques Massié, ses parents, son épouse Dominique, leur fils Alexandre âgé de huit ans, et enfin le beau-frère de Massié. Des tâches suspectes ainsi que des indices troublants comme des cordelettes, ou encore la chevalière gravée des initiales J.M, orientent rapidement vers la piste criminelle. Alors que la police est encore sur place à la recherche d’empreintes Jean-Claude Emery, un ami venu rendre visite, affirme aux enquêteurs que Massié est certainement la cible première. Il cite deux suspects : un instituteur habitant Rue de la République et un homme à l’oreille coupée travaillant à l’usine Chambourcy de Mazargues...

Carnage d'Auriol en 1981 : L'affaire est dans le « SAC » - AgoraVox ...

Auteur(s) : Marina Massie Editeur : France Europe Editions Parution : 21/11/2006 Nombre de pages : 116
Auteur(s) : Marina Massie Editeur : France Europe Editions Parution : 21/11/2006 Nombre de pages : 116

Auteur(s) : Marina Massie Editeur : France Europe Editions Parution : 21/11/2006 Nombre de pages : 116

Commenter cet article