Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Le carnet anthropométrique, avec empreintes digitales et fiche de signalement. Un tampon de la mairie était obligatoire pour tout déplacement. A défaut, la personne s'exposait à une amende ou à de la prison. | DR

Le carnet anthropométrique, avec empreintes digitales et fiche de signalement. Un tampon de la mairie était obligatoire pour tout déplacement. A défaut, la personne s'exposait à une amende ou à de la prison. | DR

Sous Vichy, le village de Coray abritait un camp destiné à « parquer » les Voyageurs. L'histoire de ce peuple sera au programme du festival de cinéma de Douarnenez, qui se déroule du 23 au 31 août (1).

L'histoire

« Les prémices de ce qui se passait en Allemagne à grande échelle ». Régis Laurent, docteur en sociologie et spécialiste du monde des gens du voyage, analyse ainsi la décision du gouvernement de Vichy de construire des camps d'internement tsiganes dans chaque département. L'objectif de l'État français ? Empêcher ce peuple de circuler car, pour les forces allemandes et ses collaborateurs, voyageurs rimaient avec espions.

Questions sans réponses

Ainsi, dès le 28 octobre 1940, le préfet George, en fonction dans le Finistère depuis le mois précédent, obéit aux directives vichystes en signant un arrêté qui officialise l'internement des Tsiganes du département. « Le secrétaire général de la préfecture, les sous-préfets, les maires, les commissaires de police, la gendarmerie et tous agents de la police judiciaire sont chargés de l'exécution du présent arrêté », ordonne le préfet. La commune de Coray est désignée comme lieu d'implantation de ce camp. « Pourquoi Coray ? Quelle était la position du maire ? On n'en sait rien », déplore Régis Laurent.

Une maison, des baraquements, un terrain autour, route de Trégourez, près du bourg... Le camp avait une capacité d'accueil de 80 personnes. « Selon les archives de la Croix-Rouge, il y a eu jusqu'à 213 Tsiganes, vivant dans des conditions sanitaires abominables. De nombreux décès ont d'ailleurs été constatés », précise le docteur en sociologie. En décembre 1941, les prisonniers quitteront Coray et rejoindront Montreuil-Belay, dans le Maine-et-Loire, camp de concentration réservé aux tsiganes. Car ordre est donné de fermer les camps départementaux.

« La volonté de construire ces camps d'internement date d'avant-guerre, assure Régis Laurent. Cette initiative a été encouragée par des politiciens français, de droite comme de gauche ». Des élus influencés par la violente propagande raciste diffusée notamment à la fin des années 30 par des journaux comme L'Action Française de Charles Maurras.

L'internement des Tsiganes durant l'Occupation sera facilité par la création du carnet anthropométrique. En novembre 1908, dans le but de contrôler « la délinquance mobile », Georges Clemenceau, alors président du conseil et ministre de l'Intérieur, leader du mouvement radical et franc-maçon, dépose un projet de loi visant à surveiller « tous les nomades, bohémiens et vagabonds ». Le projet de loi sera voté le 16 juillet 1912. « Dès lors, les Tsiganes devaient faire tamponner ce carnet en mairie à chaque déplacement », souligne Régis Laurent. Cette législation aboutira à la création d'un fichier central, qui servira aisément pour les arrestations tsiganes en 1940. Un carnet anthropométrique qui sera aboli en... 1969. Après presque soixante ans d'existence.

(1) Festival du cinéma de Douarnenez : « Roms, Tsiganes et voyageurs ». Programme complet : http://www.festival-douarnenez.com/

(2) Le centre socioculturel Cap Glazik de Briec a organisé des réunions sur le sujet du camp tsigane de Coray. Une étude à partir de recherches et de témoignages a été lancée et quelques personnes participant à ces travaux seront présentes, dimanche 23 août, au festival de cinéma de Douarnenez, à la rencontre-palabre « Tsiganes et Voyageurs, histoire du camp de Coray et de l'internement en Bretagne ».

Finistère -

En 1940, un camp d'internement tsigane à Coray - Ouest-France

Commenter cet article