Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

L’évolution des mentalités à partir de la Révolution française et tout au long du XIXe siècle concernant le régime des peines est concomitante à une transformation progressive de la prison. Il n’est plus question de punir par le supplice, mais par la privation de liberté à laquelle s’ajoute au XIXe siècle la volonté de permettre au prisonnier de s’amender par le travail, comme dans les workhouses anglaises ou dans les colonies agricoles pour adultes de Hollande. Toutefois, même si le changement s’amorce pendant la Révolution française, les financements font défaut et il faut attendre les années 1820 pour qu’une réelle action soit menée en ce sens. C’est pourquoi les établissements pénitentiaires occupent souvent des bâtiments de l’Ancien Régime, laissés à l’abandon comme les édifices religieux. Selon la nature des prévenus, il existe plusieurs catégories d’établissements pénitentiaires : le dépôt de sûreté est prévu pour accueillir les individus en détention provisoire, les condamnés pour une courte durée sont envoyés dans des maisons de justice et de correction et enfin les maisons centrales prennent en charge les détenus de longue durée. Ce dernier type de prison nécessite des moyens financiers importants et donc ne prend réellement son essor qu’à partir de 1817, lorsque l’Etat prend à sa charge l’attribution des bâtiments. Ainsi le premier quart du XIXe siècle voit l’ouverture de grandes maisons centrales souvent dans d’anciennes abbayes comme à Fontevraud, à Clairvaux, ou encore à Loos ...

 

Eysses : de l'abbaye bénédictine au centre de détention

patrimoinecarceral.blogspot.com/.../eysses-de-labbaye-benedictine-au-ce...

2 janv. 2014 - Eysses : de l'abbaye bénédictine au centre de détention par Stéphanie Desroche. L'évolution des mentalités à partir de la Révolution française ...

Ateliers, 1920

Ateliers, 1920

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article