Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Le crime d'homicide est inscrit dans le coeur des hommes avant d'être le produit de la société, et la peine capitale ne doit pas être seulement vue à travers celle du "chaudron des sorcières" et ses supplices insupportables. Sa présence au sommet de l'échelle des peines, dans les codes, a pour but de mettre en évidence le caractère exceptionnel du droit de punir. Elle révèle, en outre, la plénitude sacrée du pouvoir des juges et leur écrasante responsabilité dans la protection de la vie. Et en soulignant nettement ce qui sépare les coupables et les innocents dont les voix sont devenues aujourd'hui inaudibles, elle dévoile l'impuissance actuelle de la justice dans son refus de juger l'homme tel qu'il est.


rard Guyon, professeur émérite de l'Université de Bordeaux (droit, sciences politiques), a enseigné aussi à l'étranger (Göttingen, Berlin, Rome). Historien des institutions et des idées politiques, ses travaux portent principalement sur le rôle du christianisme dans les fondations de l'Europe. Auteur de nombreuses publications dans des revus françaises ou étrangères, il a écrit notamment Le choix du royaume, Justice de Dieu, justice des hommes, Chrétienté de l'Europe, Les milices de l'archange, Le droit bordelais dans tous ses états, La Tradition oubliée.

 

Quelques soient les mérites reconnus ou supposés de l'auteur, force est de constater qu'il lui a CERTAINEMENT manqué une fréquentation assidue et même très proche de la magistrature considérée "in globo" ! Le Droit de punir de FACON IRREVERSIBLE est réservé à Dieu : toutes les pages de l'histoire universelle ruissellent des cadavres d'innovents martyrisés au nom de déontologies prétendument supérieures. Quand on a porté au jour les motivations, pré-somptions, prétentions voire ratiocinations des "juges" on est inévitablement conduit à relativiser leur droit de juger et une fois qu'on leur a reconnu simplement le pouvoir de tenter de panser les maux de la société pour la rendre simplement plus viable, il est impossible d'aller au-delà en les considérerant comme délégués-récipiendiaires du droit suprême de punir sauf à s'illusionner soi-même sur la nature des relations sociéta-les et à les prendre pour ce qu'elles ne sont pas !.

LOUIS-ETIENNE - 25/02/2014

 

Date de parution: 2014-02-27 Editeur: DMM (DOMINIQUE MARTIN MORIN EDITIONS)

Date de parution: 2014-02-27 Editeur: DMM (DOMINIQUE MARTIN MORIN EDITIONS)

Commenter cet article