Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

10 septembre 2012 Polar

On dit d'Amanda qu'elle est la femme de tous les hommes... On dit du Maudit qu'il a dormi dans le lit du diable...

Entre eux deux, et face au monde de dingues qui les entoure, ça sera à la vie, à la mort... Partis délivrer la soeur d'Amanda séquestrée par un réseau de proxénètes de l'Est, ils vont s'unir, s'aimer, se combattre et affronter le mal absolu, celui que tous surnomment Le Boucher !

Des cartels de Bogota aux sinistres fermes des environs de Zagreb, des palaces de la côte aux clubs VIP des beaux quartiers parisiens, l'amour sera passionnel, la guerre totale, l'épopée sanglante, les corps cabossés et les âmes meurtries...

Avec leurs intrigues nerveuses à la John Woo et leur violence à fleur de peau les romans de JOB, d'une efficacité redoutable, laissent tout le monde sur le carreau. Jouissif et percutant !

 

Extrait

Bogota, Colombie, années 2000.

Federico comprit soudain qu'il n'aurait jamais dû suivre cette pute.

Il regarda le taxi s'éloigner vers la ville en se maudissant de ne pas lui avoir demandé d'attendre. L'avenue en pente de ce quartier pauvre de Bogota était à moitié déserte et la nuit n'allait pas tarder à tomber. Sur le trottoir, des gamins criaient en tapant dans une balle faite d'élastiques entrecroisés et quelques vieilles regardaient dans le vide, posées comme des statues sur leurs chaises de paille. Une voiture américaine des années soixante passa en faisant des bruits de matelas à ressorts, à l'intérieur les quatre jeunes aux tee-shirts sales avaient braqué leurs yeux sur le jeune avocat planté devant l'hôtel de passe.

La pute l'attendait dans l'entrée, elle fit un signe de la main à un des jeunes dans la voiture et l'autre lui répondit d'un sourire carnassier. C'est à cet instant que Federico comprit.

Il jeta un oeil sur la fille. Elle s'encadrait dans la porte, des jambes interminables, un petit cul rebondi de Latina et des seins fins et pointus extrêmement agressifs et bandants. C'est ce qui avait tourné la tête à Federico dans ce café un peu classe où il venait de se rendre juste à la fin de sa journée de travail. Il avait l'habitude des filles de luxe mais aucune n'avait jamais eu la sensualité de cette «bomba». Elle puait le sexe à fleur de peau. Cela provenait, sans doute, de son côté populace et sale. Ses cheveux étaient teints en blond à l'eau oxygénée et son maquillage bon marché s'étalait grossièrement sous ses yeux qu'elle avait grands et marron, semblables à ces personnages de mangas japonais. Mais plus que tout, sa poitrine obnubilait le regard. On avait envie de se saisir d'un de ses seins comme d'un levier de vitesse. Le levier de vitesse d'une Ferrari.

Il aurait pu la remonter dans son bureau mais cet idiot s'était laissé embobiner à la suivre dans un hôtel qu'elle connaissait. Tenu soi-disant par sa mère, le coup classique pour attendrir et rassurer le client.

Par un drôle de hasard, un taxi miteux avait surgi devant eux à la sortie du café, et la fille s'était laissée peloter les seins et le cul tout le long du trajet tout en lui tirant sur le sexe, Federico avait une barre à mine entre les jambes et transpirait du cerveau tant il était excité. La pute promettait. De la coke dans son portefeuille devait le maintenir en forme jusqu'au bout de la nuit.

C'est lorsqu'il descendit du taxi en s'essuyant le visage où collait la transpiration acide de la fille qu'il se rendit compte qu'il avait déconné.

Broché: 272 pages Editeur : Jigal (10 septembre 2012) Collection : Polar Langue : Français

Broché: 272 pages Editeur : Jigal (10 septembre 2012) Collection : Polar Langue : Français

Commenter cet article