Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Mai, le mois de toutes les manifestations? Le 5, le Front de gauche à Paris. Et, dans plusieurs grandes agglomérations, des rassemblements contre le mariage homosexuel, qui préludent à un grand rendez-vous le 26, lequel est parfois imaginé comme un autre 31 mai 68 – grande date dans la mémoire de la droite.

En réalité, le moment 68 ne s'est pas terminé par une victoire sur la chienlit. C'est, en dépit des apparences, l'amorce d'un tournant dans l'histoire de la civilisation de la force. Les apparences sont trompeuses: c'est dans la foulée de 68 que se parachève la professionnalisation des gendarmes mobiles et des CRS et que le maintien de l'ordre se fonde de plus en plus sur la négociation.

La France se targue d'une expérience incomparable en matière de pacification. Encore faut-il, pour n'être pas prise en défaut, que l'ordre puisse aussi se maintenir de lui-même et que demeure un consensus civique. Quand celui-ci est menacé, que les escarmouches multipliées dans le pays sont vécues comme des actions de maquis  tandis que le nombre des professionnels spécialisés n'augmente pas, la gestion de l'ordre commence à tenir de l'acrobatie.

Autres éléments sonores

"1907, La révolte des vignerons" de Michel Gayraud, 2007

"Ces grappes de ma vigne" d’Alain Quercy, téléfilm diffusé, 1977

"Grande lutte des Mineurs (La)" de Louis DAQUIN, 1948

Le maintien de l'ordre en France / France Inter

Jean-Marc Berlière

Historien, professeur émérite à l'université de Bourgogne
Manifestation devant Notre-Dame des Champs à Paris en 1904 lors du vote de la loi de séparation de l'Église et de l'État © domaine public - 2013

Manifestation devant Notre-Dame des Champs à Paris en 1904 lors du vote de la loi de séparation de l'Église et de l'État © domaine public - 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article