Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Louisette de Rabastens engagée volontaire (Indochine, Algérie)

Louisette Pouillaouec habite Rabastens. Elle publie aux éditions Brédys un livre de mémoires sur sa vie d'engagée volontaire.

Louisette Pouillaouec a 69 ans et 20 ans dans les yeux. Elle a visité le monde et traversé les guerres, celle d'Indochine et d'Algérie.

C'était en 1953, hier. Le temps a fait son oeuvre et au pied de l'âtre de la maison familiale de Rabastens, les souvenirs sont remontés à la surface. Il fallait les coucher sur le papier, pour elle, pour ces hommes et ces femmes qu'elle a croisés sur son chemin. Pour témoigner, simplement.

Son livre «Engagée volontaire» aux éditions Brédys est une aventure humaine, celle d'une femme peu ordinaire.

«C'était les années d'après guerre. En 1953 j'ai perdu mon boulot à Paris. Je m'ennuyais. Je ne savais quoi faire. Au détour d'un boulevard j'ai entendu parler de l'Indochine. C'était la première fois. Alors je suis partie».

Elle s'excuse presque, encore, de ce moment de folie. Elle explique, confuse : «Chez moi, on voulait un garçon. Mon père a eu une fille qui est partie à la guerre». La vie est rencontre.

A Saïgon, Louisette plongeait son regard dans celui d'un jeune soldat de l'armée de l'air. Destin. «C'est là que j'ai fait la connaissance de mon mari».

«Il y a tant à faire et à voir».

Durant deux ans, Louisette allait travailler au service des transmissions. «Optimisme de la jeunesse mêlée de l'attrait de l'Extrême-Orient, nuits parfumées aux odeurs entêtantes, parfois écurantes mais si inoubliables du Sud Viêt-nam, ce furent deux années de «Dolce vitae» ».

Rentrée en France bien après Dien Bien Phu, Louisette reprenait du service en Algérie en 1957. «J'ai voulu raconter ces années. Plus on vieillit, plus on se souvient du passé. C'était des années où les femmes, dans l'armée, avaient une mauvaise réputation. Or, toutes les femmes que j'ai connues étaient des femmes très bien. J'ai voulu témoigner de cela aussi, raconter des lieux, des paysages». Retrouver le chemin d'un monde qu'elle parcourt toujours avec la même avidité. «Il y a tellement de choses à faire et à voir. J'ai fait le tour du monde avec une valise et deux billets d'avion. On est, même partis en Inde avec mon mari en voiture».

L'existence sera toujours trop courte pour Louisette impliquée dans plusieurs associations, et qui fut récompensée d'une coupe pour les 20 ans de... «Cinéma vivant».

Jean-Jacques DARD

Louisette de Rabastens engagée volontaire - 03/11/1999 ...

Commenter cet article