Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

 23 mai 1920. À moitié endormi, le président Deschanel chute du train par la fenêtre de son compartiment.

Le 23 mai 1920, vers 21 h 20, le président de la République Paul Deschanel embarque à bord du train présidentiel à la gare de Lyon pour se rendre à Montbrison, où il est attendu pour assister à l'inauguration d'un monument. Quoique grippé, il tient à effectuer le déplacement. Vers 21 h 45, il quitte le salon de la voiture spécialement aménagée pour les déplacements officiels afin de se coucher dans la minuscule chambre mise à sa disposition. Malgré la chaleur étouffante, il demande à son valet de laisser les deux fenêtres à guillotine fermées. Il craint d'attraper froid. Il avale un cachet pour dormir, puis donne la consigne d'attendre 7 heures pour le réveiller. Il se met en pyjama, se glisse dans le lit et s'endort heureux comme un Hollande persuadé de renverser la tendance économique...

Une heure plus tard, Deschanel est réveillé par lla chaleur devenue suffocante. Il décide d'ouvrir une des deux fenêtres à guillotine. À moitié dans le coaltar, il commence par baisser la partie inférieure. Une particularité de ces deux fenêtres est de s'ouvrir également vers le bas pour permettre au président de se pencher hors de la voiture de façon à pouvoir serrer la main aux personnes venues l'attendre dans les gares sans avoir à descendre du train. Le président s'acharne maintenant à relever la partie supérieure de la fenêtre. Comme celle-ci résiste, il tire, pousse... Elle se relève brutalement. Privé soudain de point d'appui, le président bascule dans le vide. Double chance : le train roule lentement et le ballast qui est recouvert de gazon à cet endroit précis, amortit sa chute. Quoique sonné, Deschanel ne perd pas connaissance. Il se relève en titubant, puis se met à marcher le long de la voie en direction d'une lumière qu'il voit au loin. Le convoi disparaît dans la nuit, le laissant, seul, en pyjama. Il rencontre un autre homme en pyjama se présentant comme un certain Jacques Chirac. Le nom ne lui disant rien, il poursuit son chemin...

23 mai 1920. À moitié endormi, le président Deschanel ...

Commenter cet article