Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Crédit photographique Philippe POISSON -
Crédit photographique Philippe POISSON -
Crédit photographique Philippe POISSON -
Crédit photographique Philippe POISSON -
Crédit photographique Philippe POISSON -

Crédit photographique Philippe POISSON -

Le cloître est situé au Nord de l’église et a probablement été construit après l’église et en même temps que le clocher.
Lieu de vie et de prière réservé exclusivement aux chanoines, il possédait à l’origine deux étages. On peut encore voir les traces de corbeaux qui servaient à soutenir les étages, ainsi que des restes d’éviers au sud et au nord.
   Le cloître est formé de quatre arcatures à baies géminées et trilobées et quatre portes en permettent l’accès.
Le grand portail nord donnait sur la ville. Dans l’angle sud, la porte était réservée au chapitre. La porte méridionale donnait accès au palais. La porte ouest donnait également accès au palais.
Les  chapiteaux du cloître étaient ornés de feuillages et de figurines. La base était prismatique. Dans l’ensemble, les animaux s’associent souvent à un personnage, tout comme le décor floral. La disproportion des personnages (la tête par rapport au corps) est imprégnée des canons romans.
Le cloître fût incendié en 1569 et les étages (en bois) furent détruits. De cet incendie gigantesque on peut trouver la trace sur les piliers du cloître qui ont été partiellement érodés. Certains piliers ont fait l’objet de restauration au cours des siècles comme on peut le constater de nos jours.
Au dessous du niveau du premier étage on peut apercevoir une litre funéraire peinte. Sur celle-ci on distingue des blasons (découverts en 1995) :
-           Au milieu le blason familial (Aux)
-           Au dessus la couronne des marquis d’Aux
-           De part et d’autre deux lions qui tiennent la couronne
-           En dessous le collier des Chevaliers de Malte

Par le premier étage, du coté nord, on communiquait avec une maison de l’autre coté de la rue (on voit encore une porte murée) qui s’étendait jusqu’au fossés de la ville. Il s’agissait de la maison du Doyen du Chapitre.

En savoir plus sur la collégiale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article