Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

De toutes les histoires du Tour de France, celle d'Eugène Christophe descendant à pied le Tourmalet après un bris de fourche, puis réparant seul dans une forge à Sainte-Marie de Campan, reste la plus célèbre. De la même passionnante manière dont il avait fait revivre Lapize, Garrigou et consorts dans "L'étape assassine", Jean-Paul Rey s'est retroussé les manches pour qu'Eugène Christophe ne tombe jamais dans l'oubli. Car il s'agit d'un coureur et d'un homme hors du commun, poursuivi par la malchance tout au long de sa très longue carrière : sa fourche se brisa trois fois lors d'un Tour de France, lui coûtant autant de victoire finale. Etrangement, la littérature sportive avait oublié Eugène Christophe. Spécialiste des épopées légendaires du Tour de France, Jean-Paul Rey répare ici cette injustice. Grâce à un travail acharné et au terme de recherches minutieuses, il a réussi à reconstituer ce qui se passa très exactement en 1913 à Sainte-Marie de Campan, puis à Raismes en 1919, enfin à Valloire en 1922. Allant bien au-delà de la seule légende transmise oralement depuis cette époque, Jean-Paul Rey dresse le portrait d'un homme "comme on n'en fait plus". Enrichi par des documents personnels jamais vus jusque-là, aimablement mis à sa disposition par Claude Christophe, petit-fils du champion qui les avait pieusement conservés, ce livre est illustré de photos d'époque, la plupart encore jamais vues. Il est surtout un hymne au stoïcisme. Et au Tour de France. Jean-Marie Leblanc a tenu à en écrire la préface et Claude Christophe la postface, faisant de cet ouvrage un trésor.

Eugène Christophe, le damné de la route
Eugène Christophe, un petit bonhomme de 1,62m, mais un grand monsieur et un immense coureur. Eugène Christophe, un petit bonhomme de 1,62m, mais un grand monsieur et un immense cour

Eugène Christophe, un petit bonhomme de 1,62m, mais un grand monsieur et un immense coureur. Eugène Christophe, un petit bonhomme de 1,62m, mais un grand monsieur et un immense cour

Le Tour de France célèbre cette année son centenaire. C’est aussi le centenaire du fameux épisode de la fourche brisée d’Eugène Christophe dans la descente du Tourmalet et réparée dans une modeste grange de Sainte-Marie-de-Campan avant que de reprendre la course pour ne pas finir hors délai à Luchon. Tout le monde connaît l’histoire, que Jean-Paul Olivier se plaît à rappeler chaque été, elle fait partie de la légende du Tour, et en même temps, personne ne la connaît vraiment...

Personne, sauf peut-être notre confrère Jean-Paul Rey qui s’est livré à un titanesque travail de recherche sur ce premier géant de la route que l’auteur baptise de damné en titre, tant il fut frappé par la malchance et le malheur. Car si l’on sait le bris campanois, sait-on que par deux autres fois encore le «Vieux Gaulois» fut victime de ce même incident? C’est pourtant celui-là qui a fait la légende, parce qu’il symbolise le mieux la personnalité de ce petit coureur de 1,62 m mais tellement grand dans l’effort, dans l’adversité, comme dans la vie.

Un personnage d’autant plus attachant que Jean-Paul Rey , à partir de la multitude d’éléments de biographie qu’il a pu recueillir sur son héros avec le concours de son petit-fils, nous le fait revivre en choisissant habilement de dialoguer avec lui, ce qui le rend d’autant plus proche et sympathique. Du coup, l’ouvrage se lit comme un véritable roman! Vraiment, une belle réussite. Accompagnée d’une double préface de Michel Pélieu et de Jean-Marie Leblanc. D’ordinaire, l’exercice du préfacier est un peu convenu, mais là, il y a en outre deux textes de belle qualité qui ne font qu’ajouter à celle de l’ouvrage. Il sera présenté le 11 juin à la médiathèque L.-Aragon, à 18 heures, à Tarbes.

Eugène Christophe, le damné de la route

, -

http://www.ladepeche.fr/article/2013/06/05/1641812-eugene-christophe-le-damne-de-la-route.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article