Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Jean-Marie Goasmat victorieux de la 8ème étape du Tour reliant Grenoble à Briançon. Tour de France 1936. © Presse Sports
Jean-Marie Goasmat victorieux de la 8ème étape du Tour reliant Grenoble à Briançon. Tour de France 1936. © Presse Sports
Jean-Marie Goasmat victorieux de la 8ème étape du Tour reliant Grenoble à Briançon. Tour de France 1936. © Presse Sports

Jean-Marie Goasmat victorieux de la 8ème étape du Tour reliant Grenoble à Briançon. Tour de France 1936. © Presse Sports

« Le gars Jean-Marie » - Coureur cycliste populaire, de petite taille, ce qui lui permit de se trouver à l'aise dans la montagne. Il en fut d'ailleurs un des rois, dans les Tours de France cycliste d'avant guerre, où il conquit une énorme popularité. Le malheur pour Goasmat fut que, s'il grimpait comme un dieu, il avait une peur bleue dans les descentes. A la moindre plongée, il sautait sur les freins, laisser traîner ses pieds pour éviter la chute. Cette crainte maladive l'empêcha vraisemblablement de gagner le Tour de France 1938 … Ph.P.

 

... 1936 allait être une grande année car il se révéla tout d'abord dans le Grand Prix Wolber, ce qui lui ouvrit les portes du tour de France sur lequel il allait s'imposer en solitaire sur la 8ème étape entre Grenoble et Briançon sur 194 kilomètres, devant Pierre Cloarec avec lequel il s'était d'abord échappé ! Ce tour, il allait le terminer à la 28ème place du classement final. Rappelons que c'est le Belge Sylvère Maès qui s'imposait devant le Français Antonin Magne. Le circuit de l'Argoat au Huelgoat tombait dans son escarcelle et il prenait une sixième place au circuit du Morbihan et une 17ème sur Paris-Rennes.

L'année suivante, en 1937, il remportait le circuit de l'Ouest salué des mots suivants par la presse : "Le Breton le plus célèbre du monde sous le ciel de Bretagne !". Rappelons que le circuit de l'Ouest deviendra en 1946 le tour de l'Ouest. Toujours en 1937, il s'imposait sur le grand prix de Plouay, le grand prix de Redon, Vire-Cherbourg-Vire et le circuit d'Auray et prenait la seconde place sur Paris-Belfort. Il prenait la 18ème place du tour de France en ayant terminé 8ème de la 5ème étape.

L'année suivante allait le voir remporter Paris-Vimoutiers, la seconde étape du circuit du Morbihan, dont le classement final fut remporté par Pierre Cloarec. Il remporta également Paris-Saint Etienne mais fut déclassé, terminait second de Paris-Belfort et de la Polymultpliée. Une 11ème place sur le tour de France en ayant terminé second de la 2ème étape Caen-Saint-Brieuc derrière le Luxembourgeois Majerus.

Jean-Marie GOASMAT - Tête de peloton - SPORTBREIZH ...

Chaque Breton son tour : Jean-Marie Goasmat / France Bleu

Victoire de Jean-Marie Goasmat | La légende du tour

Jean-Marie Goasmat était un coureur cycliste professionnel français né à Camors le 28 mars 1913 et mort le 21 janvier 2006 - Surnommé le Farfadet de Pluvigner ou Adémaï

Jean-Marie Goasmat était un coureur cycliste professionnel français né à Camors le 28 mars 1913 et mort le 21 janvier 2006 - Surnommé le Farfadet de Pluvigner ou Adémaï

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article