Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Chaque jour, « le Parisien » et « Aujourd'hui en France » revisitent le répertoire des chansons françaises dédiées à la Grande Boucle. En 1989, Romain Didier trouvait les mots justes pour rendre hommage au coureur portugais Joachim Agostino, décédé cinq ans plus tôt des suites d'une chute.

« Joachim Agostino, vivre et mourir à vélo/Certains trouveront ça idiot… » Pourtant, c'était le destin du plus grand champion cycliste portugais que Romain Didier, auteur-compositeur-interprète, évoque sur l'album « Place de l'Europe » en 1989.

La chanson Joachim Agostino est cosignée avec Allain Leprest. La bicyclette s'impose au jeune homme lors des guerres de colonies menées par le dictateur Salazar en Angola et au Mozambique entre 1961 et 1974. Dépêché à vélo entre les lignes, le soldat Agostino délivre ses messages dans des temps records. Démobilisé, il côtoie Merckx, Ocana, puis Hinault au virage des années 1970-1980, forçant le respect de ces champions sans leur faire d'ombre au palmarès.

Il se dit qu'Agostino, réputé pour sa générosité dans l'effort, aurait un jour couvert 80 km à pied pour ramener deux de ses génisses égarées dans le troupeau. Sur le tard, il termine à deux reprises 3e du Tour de France, en 1978 et 1979. Cette dernière année, à 37 ans, il l'emporte au sommet de l'Alpe-d'Huez. Dans le virage 14 de la fameuse montée, une stèle lui est d'ailleurs dédiée.

En toute fin de carrière, Agostino meurt à 42 ans, le 10 mai 1984, des suites d'une chute en course provoquée par un chien lors du Tour d'Algarve, au sud de son Estrémadoure natale, dix jours plus tôt. « Dors dans ton maillot yellow/Le front dans le caniveau », chante Romain Didier sur un air de fado, ce genre musical spécifiquement portugais accompagnant à la guitare la mélancolie sous toutes ses formes. « Sous le gyrophare, sur le trottoir/La nuit te pare du maillot noir » […] « La pluie gomme le rire d'un homme sur le podium/Vaincu le petit Taureau ». Triste et belle chanson, comme l'existence de Joachim Agostino.

« Agostino, vivre et mourir à vélo » - Le Parisien

Victoire d'étape de Joaquim Agostinho à l'Alpe d'Huez ... - Ina

Joachim Agostino, la générosité dans l'effort ...
Joachim Agostino, la générosité dans l'effort ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article