Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Manoir féodal puis forteresse, c’est en tant que prison d’État que le château de Miolans conserve ses plus passionnants souvenirs. Ce lieu qui servait à débarrasser le gouvernement de ceux qui le gênaient, inspirait alors les mêmes craintes, les mêmes appréhensions et la même terreur que la Bastille.

« Malheur au prisonnier qui franchissait les portes de cette forteresse ! Il était bien rare qu’il les vît jamais se rouvrir pour lui ». Souvent, oublié par ceux qui l’y avaient enfermé, il mourait dans un total anonymat, connu seulement sous l’appellation de sa cellule, ou sans que quiconque sache les raisons de son emprisonnement, comme l’abbé de la Morra qui succomba après treize années de captivité sans que le commandant n’ait jamais connu son nom, sa patrie et la cause de son arrestation. Jetés sur un peu de paille ou sur la terre nue, dans un cachot sombre et privé d’air, presque dénudés, parfois enchaînés, les malheureux qui se rebellaient contre le gouverneur ou le régime de la prison, finissaient souvent par y perdre la santé et aussi la raison.

L’Enfer, ce cachot bien nommé, situé au-dessous du château, attendait les plus récalcitrants. Ni le gouvernement ni la famille ne se souciaient de fournir des vêtements aux prisonniers qui parfois se retrouvaient cloués au lit, faute de linge. Privés de tout, soumis à l’isolement, les détenus criaient, blasphémaient, à l’affût de toute opportunité d’évasion. Les gouverneurs, quant à eux, exerçaient une surveillance active et mettaient en place tous les moyens pour prévenir ou réprimer les mutineries...

MIOLANS. Prison d'État

Le château de Miolans : prison d’État

Commenter cet article