Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Quatrième et dernier film de Bill Douglas – décédé en 1991 à l'âge de 57 ans –, Comrades (1987) ressort sur les écrans. En 1832, des paysans du Dorset en Angleterre s'organisent afin de réclamer un salaire suffisament décent pour survivre. Malgré le Combination Act de 1825 qui permettait la création de syndicats, les six leaders sont condamnés à la déportation dans une colonie pénitentiaire de Tasmanie. "Tour du monde des bagnes coloniaux" par Dominique Kalifa.

Comrades, du Dorset au bagne de Tasmanie

Voici donc l'occasion de découvrir ce film maudit. Première impression : il fait son âge. Très statique, en particulier dans sa première partie, théâtrale, toute en plans fixes. Douglas ne cherche pas à approcher le réalisme. Tout est, au contraire, délibérément accentué : le jeu, les attitudes, les situations.

Très politique, ce très long film (3h10) n'est pas en avare en discours. On patauge dans la boue, la révolte gronde. "Comment survivre avec huit shillings" chantent les charpentiers, tandis que les propriétaires s'engraissent. Les femmes s'épuisent jour et nuit dans les champs. Courageux, des laboureurs s'organisent et créent une société amicale et secrète, un syndicat qui va effrayer les maîtres dont la riposte sera cinglante: la déportation.

Moins caricaturale, la deuxième partie, en Australie, a mieux supporté ce quart de siècle. La lumière, qui faisait défaut dans la campagne anglaise, réchauffe la saga. Entravés, persécutés, des hommes se battent pour leur liberté. L'histoire fera d'eux des héros.

Beaucoup de choses ont vieilli dans ce film manifeste qui n'est pas sans rappeler le Ken Loach de "Jimmy's Hall"… mais il lui reste un souffle indéniable, un petit quelque chose qui, finalement, le rend intemporel.

De ce "Comrades", on retiendra aussi les transitions très poétiques, incarnées par un forain plein d'imagination, montreur de lanternes magiques. Une très belle idée.

Comrades
Comrades Bande-annonce VO

  "Comrades" de Bill Douglas © UFO Distribution

"Comrades" de Bill Douglas © UFO Distribution

Commenter cet article