Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

(Extraits des célèbres articles d'Albert Londres, écrits sur le Tour 1924) - Collection personnelle Philippe POISSON

(Extraits des célèbres articles d'Albert Londres, écrits sur le Tour 1924) - Collection personnelle Philippe POISSON

Nous sommes sur la 3e étape Cherbourg-Brest du Tour de France cycliste 1924. Coup de théâtre signé Péllissier frères, "les forçats de la route", comme les campa le célèbre reporter Albert Londres. Henri Pélissier a eu des mots avec un commissaire du Tour à propos de maillots. Avec son frère Francis et Ville,  il a abandonné à Coutances, où ils ont acheté des vêtements de confection pour rentrer à Paris.

Au café de la gare de Coutances, Albert Londres les interroge.

Le grand reporter, envoyé spécial du Petit Parisien devait s'inspirer de sa conversation avec les frères Pélissier pour écrire l'impressionnante légende dres "Forçats de la route." - Ph.P.

L'impressionnante légende des "Forçats de la route" - Le ...

 

 

Henri PÉLISSIER né le 22 janvier 1889 à Paris XVIIIème décédé le 1er mai 1935 à Dampierre en Yvelines (hameau de Fourcherolles) Prénommé Jean, Henri, Auguste à l'état civil. Frère de Charles, de Francis et de Jean. Fils d'un fermier cantalou, Jean, venu de Polminhac, et ayant installé sa ferme à Paris. Fut tué d'un coup de pistolet par sa compagne Camille Tharault.

Henri PÉLISSIER né le 22 janvier 1889 à Paris XVIIIème décédé le 1er mai 1935 à Dampierre en Yvelines (hameau de Fourcherolles) Prénommé Jean, Henri, Auguste à l'état civil. Frère de Charles, de Francis et de Jean. Fils d'un fermier cantalou, Jean, venu de Polminhac, et ayant installé sa ferme à Paris. Fut tué d'un coup de pistolet par sa compagne Camille Tharault.

HENRI PELISSIER, LE PREMIER CHAMPION

Henri est un rebelle, un marginal. Devenu coureur cycliste malgré le refus catégorique de son père, Henri se forgea déjà dans sa jeunesse ce fort caractère plein d’insolence et de provocation. Au cours de sa carrière, il n’hésita pas à affronter frontalement ses différents adversaires détracteurs jusqu’à choquer l’opinion publique. Athlète musculairement fin, on le surnommait "La Plume", "La Ficelle" ou encore "Fil de Fer". Passé professionnel en 1911, il est demandé par Lucien Petit-Breton pour l’accompagner lors de différentes épreuves en Italie, qui s’avéreront être une révélateur intéressant de ses capacités. Profitant d’une grave chute de son leader, il remporte ainsi plusieurs courses d’un jour Transalpines, dont la prestigieuse classique du Tour de Lombardie. La presse Française reste sceptique, le Parisien leur répondra l’année suivante en remportant Milan-San Remo. Le doute n’est plus permis, Henri Pélissier est un futur champion.

La légende des Frères Pélissier | Histoire et Légende du ...

Francis Pélissier en 1919 / Francis PÉLISSIER né le 13 juin 1894 à Paris XVIème décédé le 22 février 1959 à Mantes-la-Jolie Prénommé Francis Maurice à l'état civil. Frère de Charles, d'Henri et de Jean. Fils d'un fermier cantalou, Jean, venu de Polminhac, et ayant installé sa ferme à Paris.
Francis Pélissier en 1919 / Francis PÉLISSIER né le 13 juin 1894 à Paris XVIème décédé le 22 février 1959 à Mantes-la-Jolie Prénommé Francis Maurice à l'état civil. Frère de Charles, d'Henri et de Jean. Fils d'un fermier cantalou, Jean, venu de Polminhac, et ayant installé sa ferme à Paris.

Francis Pélissier en 1919 / Francis PÉLISSIER né le 13 juin 1894 à Paris XVIème décédé le 22 février 1959 à Mantes-la-Jolie Prénommé Francis Maurice à l'état civil. Frère de Charles, d'Henri et de Jean. Fils d'un fermier cantalou, Jean, venu de Polminhac, et ayant installé sa ferme à Paris.

FRANCIS PELISSIER, LE COLOSSE

Après la guerre, son frère Francis fait son apparition dans les pelotons. Les deux ne faisaient qu’un, Francis était en admiration pour son frère, c’est la raison pour laquelle il est devenu cycliste. Contrairement à Henri, son jeune frère avait un grand gabarit, qui lui permit de s’illustrer victorieusement dans des courses types Bordeaux-Paris. Le reste des courses, il était au service de son frère. On disait d’ailleurs à juste titre que "Henri calculait, ordonnait, provoquait et Francis approuvait les yeux fermés".

La dynastie Pélissier | Histoire et Légende du cyclisme

Commenter cet article