Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Cette œuvre est dans le domaine public pour les pays où la durée est fixée à 70 ans après la mort de l'auteur ainsi que aux USA (publication avant 1923).

En juillet 1872, celui que l'on surnomme le père Larouette est assassiné dans sa villa de Ville-d'Avray. Tout accuse Roger Laroque. La femme et la fille de Roger Laroque ont été témoins du meurtre mais la mère fait promettre à la fillette qu'elle ne dira rien... Victoire, la nouvelle bonne, a entendu la mère et la fille au moment où elles reconnaissaient l'assassin et, lorsqu'elle est interrogée, elle dénonce son patron. C'est l'ami de Laroque, Lucien de Noirville, qui se charge de sa défense. Au cours du procès, il est établi que Laroque, victime d'un contexte économique difficile, avait contracté des dettes importantes qu'il avait, après avoir épuisé toutes les autres ressources - y compris un emprunt à un financier privé -, décidé de rembourser grâce à des gains au jeu. Ces dettes sont bien réelles mais, en fait, Laroque ne peut rembourser ce prêteur parce qu'il a avancé une somme à son ancienne maîtresse, ce qu'il ne peut pas dévoiler sans divulguer le nom de cette femme, chose contraire à l'honneur. En cour d'assises, coup de théâtre : alors qu'il défend Laroque, l'avocat reçoit un pli lui expliquant qu'il est en train de défendre l'ancien amant de sa femme! À la lecture du message, l'avocat est pris d'un malaise qui lui est fatal ...

en EPUB, aussi disponible pour Kindle et en PDF

 

« Roger-la-honte » le roman de l'erreur judiciaire

Innocents injustement condamnés, vies brisées, réhabilitations inespérées... Tels sont les ingrédients des romans de l'erreur judiciaire, qui fleurissent à la fin du XIXe siècle. Et dont l'archétype demeure le « Roger-la-Honte » de Jules Mary.

«Henriette voulut crier, prévenir, [...] mais une force supérieure à elle-même retint le cri dans sa gorge ; elle n 'eut qu 'un soupir rauque, une sorte de râle d'épouvante et dit seulement : " Roger ! Roger ! Juste Dieu ! [...] C'est horrible ! "» Retenons notre souffle en ce moment-clé du roman-feuilleton, celui où tout bascule, où l'univers s'écroule, où les ténèbres envahissent l'âme pure de l'héroïne (ou du héros). C'est beau et c'est triste. Et plus c'est triste, plus c'est beau. Cette scène primitive, qui voit l'industriel Roger Larroque devenir un assassin, se passe sous [...]

« Roger-la-honte » le roman de l'erreur judiciaire

Roger-la-Honte de Jules Mary

Commenter cet article