Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

 La Guerrière est une frégate mixte ... transformée en transport de troupes, mise en service en 1860 et prévue pour le transport de déportés vers la Guyane
 La Guerrière est une frégate mixte ... transformée en transport de troupes, mise en service en 1860 et prévue pour le transport de déportés vers la Guyane
 La Guerrière est une frégate mixte ... transformée en transport de troupes, mise en service en 1860 et prévue pour le transport de déportés vers la Guyane

La Guerrière est une frégate mixte ... transformée en transport de troupes, mise en service en 1860 et prévue pour le transport de déportés vers la Guyane

2ème convoi de déportés - ... "La Guerrière est une ancienne frégate à hélice transformée en transport de troupes, mise en service en 1860 et prévue pour le transport de déportés vers la Guyane. Le 1er juin 1872, elle charge en rade des Trousses, 125 déportés en provenance de l'île d'Oléron, et le 2 juin, 164 en provenance de la citadelle de Saint-Martin-de-Ré. Deux de ces prisonniers, Michaud et Rapin furent débarqués, en attente de leur recours en grâce qui sera refusé. Il semble qu'un autre détenu aurait quitté le bord, mais il y a là une certaine confusion car on retrouve son nom, Laroche, sur les registres de la déportation. 

Le 5 juin 1872, la Guerrière appareille pour Brest, où elle débarque un des déportés du dépôt de Saint-Martin-de-Ré, dirigé sur le fort de Quélern. Le 11 juin embarquent charger 392 déportés en provenance de ce même fort de Quélern, dont 142 viennent du fort du Homet à Cherbourg. Ceci porte l'effectif total de déportés embarqués à 680, parmi lesquels on peut citer Jourde, Pain et Verdure. Il y a aussi des passagers libres : 6 gendarmes et 4 fonctionnaires de l'Administration pénitentiaire.

Suite à tous ces mouvements la Guerrière quitte Brest pour la Nouvelle-Calédonie le 13 juin 1872. Ce convoi comptera trois morts parmi les déportés. Un nommé Corgelles, phtisique et presque mourant lorsqu'il avait été déclaré "apte au voyage" par la commission de contrôle, dont le président aurait déclaré pour conclure son diagnostique "il faut bien que les requins mangent", meurt le jour du départ est sera immergé. Au cours du voyage, les déportés d'Hainaut et Rossignol décèdent aussi et seront de même immergés.

L'équipage est composé de 226 officiers et matelots, sous les ordres du capitaine de frégate Boucarut. Ainsi près de 900 personnes vont devoir vivre effectuer la traversée, ce qui va conditionner les escales, pour cause de ravitaillement nécessaire. L'itinéraire emprunté longe les côtes du Portugal puis celles d'Afrique pour faire une première escale à Gorée le 1er juillet 1872. On profite es quelques jours d'escale pour débarquer à Dakar un fonctionnaire malade, Cordonnier, distributeur de la déportation. Le navire prend ensuite la direction du Brésil, où il arrive vers la fin juillet à Santa-Catarina. Cette escale est la plus longue, car il faut se ravitailler en vivres et en viandes fraîches pour plusieurs semaines. Les déportés en profitent pour acheter des oranges aux marchands venant en barque offrir leurs produits, et Jourde expédie une lettre à sa famille en date du 14 août 1872. Le reste de l'itinéraire est classique, à savoir Le Cap, le détroit de Bass. 

L'arrivée à Nouméa a lieu le 2 novembre 1872. Deux des déportés, Lemesnager et Mart, dont le premier a vu sa peine commuée en détention, et le second avait été embarqué par erreur, restent à bord de la Guerrière en vue de leur rapatriement en France. Ils seront débarqués 1er mai 1873. Un troisième, Leroy, débarque à Nouméa, mais sera rapatrié par la Garonne lors de son voyage de retour après avoir transporté le troisième convoi. La Guerrière, après avoir débarqué 445 déportés à l'île des Pins, repart de Nouméa le 14 décembre 1872, empruntant un itinéraire (page 1, page 2) avec escale dans la baie de Bonne-Anse, et passant au large de Diego-Ramirez et des îles Malouines notamment, pour arriver à Toulon le 30 avril 1873 "...

Deuxième convoi, 13 juin 1872 - 2 novembre 1872, par la Guerrière, 142 jours au départ de Brest.

 

Les convois de déportés vers la Nouvelle-Calédonie

www.bernard-guinard.com/arcticles%20divers/.../Convois_de_deportes.h...

Au départ, la déportation des forçats s'effectuait en Guyane. ... vaisseaux et frégates sont déclassés et transformés en transport de troupes ou en transport-écuries. ... Sixième convoi, 18 mai 1873 - 27 septembre 1873, par le Calvados, 132 ...

 

Dossier 7 - Bateau-cage pour le transport des bagnards ...

philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/2014/.../dossier-7-bateau-ca...

Il y a 1 jour - Dossier 7 - Bateau-cage pour le transport des bagnards - Actualisation 8 septembre 2014. Collection personnelle Philippe POISSON. La Loire ...

Commenter cet article