Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, « Lou Barri-Lonc » renferma des centaines de forçats employés au creusement et à l'entretien du bassin Lympia. Un monde de désespoir.

Nice a eu son bagne. Un bagne militaire érigé vers 1750 au port de Nice. Il en reste de solides reliefs : une maison cubique, en retrait du quai d'Entrecasteaux, entre les bas­sins des Amiraux et Lympia. La bâtisse, surmontée d'un clocheton, re­tenue par des murs granuleux marron clair, ponctuée de persiennes brique, est flanquée d'un ensemble voûté en rez-de-chaussée, composé de pierres blanches, où subsistent une lourde porte de bois et des ferronneries, témoins dissuasifs du temps des chaînes.

La construction abrite désormais la subdivision maritime de la DDE (également pro­priétaire), une antenne de la CCI, la société nationale de secours en mer, le Yacht club de Nice et l'association des pointus de Nice. Aujourd'hui, des bureaux, des remises, des garages, mais hier, des centaines de bagnards enfermés, entassés dans ces locaux du lieu dit « Lou barri-lonc ». C'est le seul bâtiment historique de la maison de Savoie, encore debout sur le port.

Autre information, les casemates, dortoirs des bagnards, ont conservé leurs bas-flancs, mais ceux-ci sont protégés par des coffrages et ne sont pas accessibles.

La cloche de la chapelle est toujours là elle aussi. Elle date du milieu du XVIIIesiècle, époque à laquelle fut construit l'établissement pénitentiaire, à l'aide de pierres prove­nant des murailles en ruines du Château.

Et derrière ces blocs, se sont succédé des générations de condamnés, employés à la maintenance du port et à d'autres ouvrages majeurs. Logés dans des conditions de saleté et de misère telles, qu'en 1836, on entreprit une réfection et un agrandissement du site. Les travaux permirent la construction d'un pavillon central servant de dortoir aux forçats, reliant deux tours latérales, le pavillon de l'horloge, destiné à usage administratif et un autre bâtiment destiné aux gardiens, aux cuisiniers et à l'infirmerie.

La suite de ce pénitencier inhumain ? Les bagnes ayant été supprimés en France en 1852, la nouvelle administration transforme en 1860 1'établissement du Barri-lonc en « caserne Lympia ». Elle est récupérée en 1899 par le Génie, puis par l’artillerie en 1924. Les services des Ponts et Chaussées en prennent possession à partir de 1935.

Forçats : Force humaine dévolue à des ouvrages, lourds, épuisants. Ils creusent d'abord le bassin Lympia qu'ils entretiennent par la suite. Vers 1780, ils ouvrent, à Rauba Capeu, un chemin reliant le port à la ville, et surtout, ils participent au chantier de l'élargissement de la route de Turin. Quelque part, ils contribuent à l'évolution du port et de la ville de Nice.

Il n'empêche que le quotidien de ces prisonniers, essentiellement des militaires enfermés pour insubordination et désertion, est une vraie galère ! La nuit jusqu’à jusqu'à 300, ils dorment les pieds enchaînés, soulagent leurs besoins naturels sur place, dans des rigoles d'écoulement. Ils vivent dans des conditions atroces, subissent épidémies, brimades, brutalité des gardiens, bastonnades entre eux, privations ali­mentaires... Ils meurent comme les mouches avant l' expiration de leur peine et leur seul salut est la chapelle attenante au bagne. A leur mort, ils ont droit à une messe ! Une messe, peut-être, mais après, on les jette dans la fosse commune ou directement à la mer ! En outre, en 1807, les portefaix du port, employés au chargement et déchargement des navires, adressèrent une pétition dénonçant la concurrence que leur faisaient les forçats, utilisés pour les mêmes fonctions…Une fois les travaux pénibles achevés, le bagne et ses fers ont-ils encore une utilité? Le 13 août 1887, on transfère les détenus du Barri-Lonc dans les nouvelles prisons de la place d'Armes (encore utilisées de nos jours !). Cet événement, signe la disparition officielle du bagne de Nice.

Le bagne est aux oubliettes, ne perdurent que les vestiges du patrimoine  historique et ceux des constructeurs des geôles, qui avaient pris leurs précautions en matière de sécurité. Car au Barri-Lonc, on craignait par-dessus tout, les évasions. On trouve encore les traces de cette psychose dans les épaisses portes de bois à trois gonds inversés. Par ailleurs, les barreaux des grilles sont tressés afin d'éviter de les desceller et les serrures, démesurées, sont montées à l'extérieur des portes  car  le danger de les voir démonter venait de l'intérieur du lieu d’enfermement.

07:32 Publié dans Découverte du Pays d'Azur, HISTOIRE, MEMOIRE, TRADITION | Lien permanent | Commentaires (0)

Lou Barri Lonc » ou le bagne de Nice par Marion Maureille

patrimoinecarceral.blogspot.com/.../barri-lonc-ou-la-bagne-de-nice-un-b...

20 déc. 2013 - La construction du bagne de Nice s'étend de 1748 à 1752 et peut ... Les pierres utilisées sont les ruines de l'ancien château de Nice dont ...

PDF]Note d'orientation sur le Bagne - Archives nationales

www.archivesnationales.culture.gouv.fr/.../Note-dorientation-bagnes.pdf

NOTE D'ORIENTATION DANS LES ARCHIVES RELATIVES AUX BAGNES ... Deux bagnes fonctionnent à Nice et Villefranche pendant la période sarde.

Le bagne du port de Nice. Des centaines d'hommes sont morts d'épuisement dans ce bagne construit par le duché de Savoie au XVIIIe siècle. Les forçats ont participé à la construction du port de Nice. Le bâtiment était très élaboré pour l'époque. Les grilles des fenêtres avaient été pensées comme les mailles d'un pull. Seul le pavillon nord, surmonté d'un clocheton, subsiste aujourd'hui. La porte, encore visible, ne pouvait s'ouvrir que de l'extérieur. Le bagne a fermé ses portes en 1887, date à laquelle les derniers détenus ont été transferés à la nouvelle maison d'arrêt de Nice.  Crédit photo : Jean-Pierre Amet/Fédéphoto
Le bagne du port de Nice. Des centaines d'hommes sont morts d'épuisement dans ce bagne construit par le duché de Savoie au XVIIIe siècle. Les forçats ont participé à la construction du port de Nice. Le bâtiment était très élaboré pour l'époque. Les grilles des fenêtres avaient été pensées comme les mailles d'un pull. Seul le pavillon nord, surmonté d'un clocheton, subsiste aujourd'hui. La porte, encore visible, ne pouvait s'ouvrir que de l'extérieur. Le bagne a fermé ses portes en 1887, date à laquelle les derniers détenus ont été transferés à la nouvelle maison d'arrêt de Nice.  Crédit photo : Jean-Pierre Amet/Fédéphoto

Le bagne du port de Nice. Des centaines d'hommes sont morts d'épuisement dans ce bagne construit par le duché de Savoie au XVIIIe siècle. Les forçats ont participé à la construction du port de Nice. Le bâtiment était très élaboré pour l'époque. Les grilles des fenêtres avaient été pensées comme les mailles d'un pull. Seul le pavillon nord, surmonté d'un clocheton, subsiste aujourd'hui. La porte, encore visible, ne pouvait s'ouvrir que de l'extérieur. Le bagne a fermé ses portes en 1887, date à laquelle les derniers détenus ont été transferés à la nouvelle maison d'arrêt de Nice. Crédit photo : Jean-Pierre Amet/Fédéphoto

Commenter cet article