Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Le laboratoire de Gabriel Tarde : des manuscrits et une bibliothèque pour les sciences sociales, sous la direction de Louise Salmon, avant-propos de Bruno Latour, CNRS Editions, 2014, 447 p.

Le laboratoire de Gabriel Tarde : des manuscrits et une bibliothèque pour les sciences sociales, sous la direction de Louise Salmon, avant-propos de Bruno Latour, CNRS Editions, 2014, 447 p.

La fin du 19e siècle voit l’affirmation des sciences sociales et la naissance de la sociologie dans le contexte d’un bouillonnement scientifique stimulant et fécond. Contemporain de figures comme Taine, Spencer, Darwin, Lombroso, Le Bon, Ribot, Worms, Durkheim, Gabriel Tarde (1843-1904) est l’un de ces pionniers des sciences sociales qui proposa une nouvelle lecture et analyse de la société de la Belle Époque. En une dizaine d’ouvrages salués autant en France qu’à l’étranger, Tarde formule et systématise une sociologie de la circulation où l’imitation se distingue comme le lien social par excellence et où le tout diffère de la somme de ses parties.

La publication conjointe des inventaires des manuscrits de Gabriel Tarde, conservés à Sciences Po (Paris), et de sa bibliothèque, conservée à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire (Agen), appelle à un retour aux sources primaires de la pensée en train de se faire tout en opérant une réunification du laboratoire où Tarde travaillait à l’énonciation de son œuvre.

Du petit juge d’instruction de Sarlat au professeur de philosophie moderne du Collège de France et à l’académicien de la Coupole, l’introduction de Louise Salmon retrace l’histoire du fonds Tarde depuis le manoir familial de La Roque Gageac jusqu’aux lieux où ils sont aujourd’hui conservés et accessibles à tous les chercheurs. Dans la perspective d’une histoire de la recherche scientifique en action et des pratiques intellectuelles, elle propose une relecture des manières de faire d’un intellectuel au travers de ses multiples pratiques de lecture et d’écriture : journal intime, saynètes, poèmes, notes de lecture, manuscrits de travail, cours, articles, ouvrages et correspondance.

Bien plus qu’un simple instrument de recherche, cet ouvrage ouvre des perspectives de questionnements et d’usages pour la recherche en sciences sociales. Plus que les traces d’un travail scientifique en train de se faire, il révèle les multiples possibles d’une vie et d’une œuvre en train se faire.

Louise Salmon, doctorante du Centre d’histoire du XIXe siècle de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et du Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique (CNRS-UMR 6054), travaille sur la figure de Gabriel Tarde dans la perspective d’une histoire des sciences sociales au XIXe et plus particulièrement d’une histoire des pratiques intellectuelles. Elle a notamment publié avec Jacqueline Carroy  Gabriel Tarde. Sur le sommeil ou plutôt sur les rêves, et autres écrits, 1870-1873 (Lausanne, Bibliothèque d’histoire de la médecine et de la santé, 2010).

Louise Salmon a notamment publié sur Criminocorpus  « Gabriel Tarde (Sarlat 1843 – Paris 1904) », Criminocorpus, Histoire de la criminologie, 1. La revue et ses hommes, 2005, URL : http://criminocorpus.revues.org/114

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article