Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

"Le Tage" vaisseau transformé ... pour le transport des forçats

"Le Tage" vaisseau transformé ... pour le transport des forçats

18ème convoi de déportés - Le 14 décembre 1876, le Tage quitte Cherbourg, en ayant chargé 13 déportés de la Commune, qui provenaient du dépôt spécial de Saint-Brieuc. Le navire fait relâche en rade de l'île d'Aix, afin d'embarquer des forçats destinés au bagne de Nouvelle-Calédonie. Le navire quitte l'île d'Aix le 28 décembre 1876, pour arriver à Nouméa le 22 avril 1877, après 115 jours de mer.

Peu de documents ayant été conservé sur ce navire, il est permis de faire des hypothèses sur l'itinéraire qu'il a suivi pour ce voyage. Il semblerait qu'il ait viré de bord en Atlantique-sud pour passer le cap de Bonne Espérance, et n'ait fait que deux escales, l'une à Dakar et l'autre à Cape Town.

Parmi les déportés, un nombre important était des condamnés par contumace après l'insurrection de 1871. Comme dans presque tous les derniers convois, un certain nombre de déportés auraient dû partir plus tôt, mais avaient vu leur départ différé pour raison de santé.

Le 17 mai 1877, le Tage quitte Nouméa, emportant 140 rapatriés (5 libérés, 2 rapatriés pour révision de jugement, 129 dont la peine est commuée en détention, 1 dont la peine est commuée en réclusion, et 3 dont la peine est commuée en bannissement), et arrivera à Brest le 7 octobre 1877.

Après avoir effectué un nouveau convoi de forçats destinés au bagne de Nouvelle-Calédonie, le Tage arrive à Brest et débarque le 1er août 1880 un petit contingent d'amnistiés. Ceux-ci feront parler d'eux par des manifestations à leur arrivée en gare de Montparnasse, où ils sont accueillis par le comité "Louis Blanc", et où un des orateurs déclarera : "Pendant 8 années d'angoisse, ils ont eu le temps de se refaire des ongles, des dents et de la haine..." (Source : La vie quotidienne en Nouvelle-Calédonie de 1850 à nos jours, par Jacqueline Sénès, Hachette, 1985, page 80).

Liste des Condamnés à la déportation en enceinte fortifiée : Fernand Isidore BRUYERE, Alfredo Ambrosio CONSTANCIA, Henri Adolphe FARROUCH, Victor Denise Sulpice FOULOI, Louis Etienne JALABERT, Marie Charles MAUSSIRE, Charles Philippe POUSSOT, et Etienne VIANO.

Liste des condamnés à la déportation simple : Amédée ADAMY, Léon GELHAYE, Louis LEDRU, Jean Jacques MARIE, et Charles Constant MONNIER.

(Pour tout renseignement concernant ces prisonniers, vous pouvez me contacter ici).

Le Tage après avoir débarqué deux nouveau "chargements" de forçats destinés au bagne, participera au rapatriement des Communards graciés ou amnistiés. Le 28 octobre 1878, il quittera Nouméa, et arrivera à Brest le 12 février 1879, ramenant vers la France 108 déportés, dont 3 libérés, 2 graciés, 1 dont la peine est commuée en 10 ans de détention, 3 dont la peine est commuée en 8 ans de détention, 1 dont la peine est commuée en 7ans 1/2 de détention, 90 dont la peine est commuée en 7 ans de détention, 1 dont la peine est commuée en 6 ans de détention, et 7 dont la peine est commuée en bannissement. Le 6 avril 1880, après avoir débarqué de nouveaux forçats, le Tage quitte Nouméa. Il ramène à son bord 80 déportés, graciés ou dont la peine est commuée, et 40 transportés non identifiés.

Dix-huitième convoi, 28 décembre 1876 - 22 avril 1877, par le Tage, 115 jours au départ de l'île d'Aix.

 

Les convois de déportés vers la Nouvelle-Calédonie

www.bernard-guinard.com/arcticles%20divers/.../Convois_de_deportes.h...

Au départ, la déportation des forçats s'effectuait en Guyane. ... vaisseaux et frégates sont déclassés et transformés en transport de troupes ou en transport-écuries. ... Sixième convoi, 18 mai 1873 - 27 septembre 1873, par le Calvados, 132 ...

 

Dossier 7 - Bateau-cage pour le transport des bagnards ...

philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/2014/.../dossier-7-bateau-ca...

Il y a 1 jour - Dossier 7 - Bateau-cage pour le transport des bagnards - Actualisation 8 septembre 2014. Collection personnelle Philippe POISSON. La Loire ...

Commenter cet article