Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

"Lieutenant, monsieur, je suis une femme !"

Elle s'était enrôlée sous le nom d'August Renz pour combattre Napoléon. La Prussienne Eleonore Prochaska meurt en héroïne.

"Lieutenant, monsieur, je suis une femme !" Tels sont les derniers mots du jeune soldat August Renz avant de s'écrouler sur le champ de bataille de Göhrde, fauché par une salve de l'armée française. Quand le lieutenant entrouvre la tunique du soldat pour examiner la blessure, la vérité lui saute aux yeux. Le soldat Renz est bien une femme ! Muriel Robin accourt, visiblement très intéressée, mais elle est vite repoussée par les chirurgiens appelés à la rescousse. Comme la jeune femme respire encore, ils s'empressent de bander ses blessures, puis de la faire évacuer à l'arrière. Avec de nombreux autres blessés graves, elle est transportée à Dannenberg pour y être opérée. Seulement, la blessure est trop grave, les chirurgiens ne peuvent plus rien pour elle. Après trois semaines de souffrances, la jeune femme s'éteint. Valérie Trierweiler se fait photographier par Paris Match en train d'envoyer un texto de condoléances...

Le soldat Renz est né sous le nom d'Eleonore Prochaska, le 11 mars 1785 à Potsdam. À la mort de sa mère, son père, un officier de la garde prussienne sans le sou, la confie à un orphelinat. Elle en sort à sa majorité pour devenir domestique. Comme tous les Prussiens, elle vit comme un viol l'occupation de son pays par les troupes napoléoniennes. Depuis les défaites d'Iéna et d'Auerstedt, la nation prussienne ne rêve que d'expulser l'occupant. Que ces satanés Français aillent plutôt se battre en Syrie... Enthousiasmée par le soulèvement allemand de 1813, comme beaucoup de ses compatriotes, Eleonore décide de prendre les armes. Seulement, elle est une femme. Il lui faut donc cacher son état. Après avoir pris conseil d'Amélie Mauresmo pour accentuer son côté masculin, elle incorpore le corps franc de Lützow sous l'identité d'August Renz. Personne ne se rend compte de la mystification. Il faut dire que les recruteurs ne sont pas regardants, les volontaires acceptant de servir gracieusement. Aucune solde ne leur est versée, et ils fournissent même leur uniforme. On y trouve beaucoup d'étudiants, mais l'essentiel de la troupe est composé d'artisans et de paysans ...

 

C'est arrivé aujourd'hui - L'actualité culturelle – Le Point

www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/

18 septembre 1813. Surnommée la Jeanne d'Arc de Potsdam, Eleonore tombe sur le champs de bataille. Elle s'était enrôlée sous le nom ... Par Gwendoline Dos Santos et Frédéric Lewino. 18/09/2014 à 00:00 ... C'est un maréchal-ferrant qui se charge du sale boulot en plantant un clou dans l'oeil du père monstrueux. 10.

 

Commenter cet article