Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

La nuit attendra : récit

Tout se déroule en Indochine quelques mois avant la bataille de Dien Bien Phu. Les militaires du contingent désireux d'aventures, la tête pleine d'idéaux : Dostoïevski, La Rochefoucauld, Aristote, Pascal, embarquent à bord du paquebot Sontay pour terminer leur service militaire. Ils vont découvrir, de prime abord un monde enchanteur et bien vite ils vont prendre la mesure du danger de chaque instant.

Nombreux de ces jeunes hommes seront tués, d'autres mutilés, lors d'affrontements contre les Vietmins.

Un roman qui met en lumière toute l'atmosphère, le décor et les intrigues de l'Extrême Orient lors de la présence française en Indochine.

 

  • Les présentations des éditeurs : 11/12/2014

  •  

  • "J'ai découvert l'inconnu d'un monde, étrange dépaysement, à mon arrivée sur la rivière de Saigon après cinquante-cinq jours de traversée ; je n'avais d'yeux que pour les centaines de paillottes sur pilotis, tout au long des berges, l'avancée lente, cérémonieuse, des buffles de la rizière, retenus à la corde par des paysans à chapeaux coniques, pantalons retroussés. J'ai entendu les premières rafales de la guerre à la Pointe des Flâneurs.

Des miliciens viets isolés, cachés dans les hautes herbes, tiraient sur le bateau et nous étions sur le pont, comme au spectacle, déjà perdus par cette inconscience qui allait être ma sauvegarde". Pour la première fois, Jacques Chancel revient sur son itinéraire dans les désordres de l'Indochine.

Journaliste et écrivain français, Jacques Chancel devient en 1946, le plus jeune correspondant de guerre en Indochine, avant de partir à la découverte du Sud-Est asiatique pour le compte de Paris Match. De retour en France, il dirige Paris-Jour puis L'Heure de Paris avant d'animer "Radioscopie", sur France Inter. En 1974, il participe à la création d'Antenne 2 sur laquelle il présentera "Le Grand Échiquier", une émission mythique qui "ne montre pas aux gens ce qu'ils aiment déjà, mais ce qu'ils sont susceptibles de pouvoir aimer".

Il est aujourd'hui conseiller du président de Canal + et membre du Haut Conseil de la Francophonie. Passionné par le cyclisme, il suit le Tour de France depuis toujours et a présenté pendant 16 ans "À chacun son tour", l'émission des passionnées du Tour.

La revue de presse Jean-Marie Rouart - Paris-Match, novembre 2013

Jacques Chancel, comme Pivot, Bellemare, Zitrone, Poivre d'Arvor, appartient à la légende du petit écran. Il est un de ces monstres sacrés enfantés par les étranges lucarnes cathodiques. Aussi, c'est avec une sorte de stupeur qu'on découvre une part secrète de sa vie qu'il nous livre dans ses passionnants souvenirs. Jamais on n'aurait pu imaginer l'existence aventureuse que ce gai saltimbanque médiatique a vécue à ses débuts. Un véritable roman. Un roman qui pourrait avoir été écrit par Graham Greene. Car il s'agit de l'itinéraire d'un jeune homme idéaliste, transporté par un mystérieux tapis volant en pleine guerre d'Indochine...

J'ai dévoré ce livre qui de bout en bout vous tient en haleine. Quelle extraordinaire expérience humaine dans ce pays si attachant et si meurtri  ! Au plaisir de me sentir plonger dans un monde exotique et sa faune hors du commun barbotant dans une époque tragique, s'ajoute l'émotion de retrouver des journalistes écrivains que j'ai bien connus et beaucoup aimés. Chancel, qui est sorti intact de cet enfer si proche du paradis, nous donne sans en avoir l'air une grande leçon non de savoir vivre mais de savoir aimer la vie.

  • La revue de presse Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 24 novembre 2013

Récit de ses heureuses et dangereuses années d'Indochine, La nuit attendra est un document passionnant pour trois raisons. D'abord, parce qu'on y voit un jeune homme doué pour la communication, l'amitié, l'imagination, l'organisation, apprendre à devenir ce qu'il sera plus tard, le journaliste de Radioscopie, l'animateur du Grand Échiquier, et le conseiller de directeurs de chaînes de télévision...

Deuxième raison pour laquelle La nuit attendra est un document captivant : la peinture de la société saïgonnaise de l'époque coloniale. Ses hauts lieux : l'hôtel Continental, "un salon mondain et un coupe-gorge", le Grand Monde, "immense cirque de tous les plaisirs", le Cercle sportif, club très privé, l'Alliance française, les fumeries d'opium... Et quelle faune ! Hauts gradés, Eurasiens, mandarins, chefs de guerre, intellectuels, putains, légionnaires, bourgeois, truands, trafiquants, musiciens, administrateurs, journalistes, espions, danseuses, planteurs...

Enfin, La nuit attendra est un témoignage à la fois accablant et émouvant sur la débâcle militaire. Plus l'encerclement par les Viets se fait pressant, plus les attaques de postes sont meurtrières, plus s'installe un sentiment d'abandon. La France est loin et se fait de plus en plus distante. Les soldats sont gagnés par la conviction qu'on les a envoyés se faire tuer pour rien et que la guerre est déjà perdue...

L'aventure était absurde. Pour Chancel, ce fut quand même une belle aventure.

Auteur : Jacques Chancel

Date de saisie : 10/12/2014

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Flammarion, Paris, France

La grande librairie - Invités : Jacques Chancel, Françoise ...

La nuit attendra : récit

Jacques CHANCEL, - La Nuit attendra, Flammarion Homme de radio et de télévision, Jacques Chancel a également été correspondant de guerre en Indochine à dix-sept ans, avant de parcourir le sud-est asiatique entre 1950 et 1958. Dans son roman La nuit attendra, il nous fait part de ses souvenirs en Indochine à travers un récit nostalgique et émouvant. Il nous entraîne à la fois dans les fumeries d’opium et dans les violences d’une guerre naissante, faisant renaître une époque toute entière.

Commenter cet article