Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Les Trois Mousquetaires: La vengeance de Milady est un film de Bernard Borderie avec Bernard Woringer, Guy Delorme -
Les Trois Mousquetaires: La vengeance de Milady est un film de Bernard Borderie avec Bernard Woringer, Guy Delorme -
Les Trois Mousquetaires: La vengeance de Milady est un film de Bernard Borderie avec Bernard Woringer, Guy Delorme -
Les Trois Mousquetaires: La vengeance de Milady est un film de Bernard Borderie avec Bernard Woringer, Guy Delorme -
Les Trois Mousquetaires: La vengeance de Milady est un film de Bernard Borderie avec Bernard Woringer, Guy Delorme -

Les Trois Mousquetaires: La vengeance de Milady est un film de Bernard Borderie avec Bernard Woringer, Guy Delorme -

Est-il encore besoin de présenter Milady de Winter, personnage fameux des Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas, tout à la fois héroïne tragique et meurtrie, séductrice, intriguante, espionne à la solde du cardinal de Richelieu, ennemie de D'Artagnan et de ses remuants compagnons d'armes, meurtrière, fantôme vengeur du comte de la Fère alias Athos, mère à la fois indigne et aimante d'un fils non désiré et finalement victime pathétique rattrapée par son passé et promise à la décapitation.

Milady, c'est tout cela : un personnage fascinant aux multiples facettes et contradictions, qui a connu plusieurs vies et plusieurs identités, tour à tour Anne de Breuil, Comtesse de la Fère et Milady de Winter ...

 

Devant l'affront que leur a fait D’Artagnan, Milady de Winter et le cardinal de Richelieu décident de se venger. Leur tâche est facilitée par le fait que D’Artagnan est devenu l'amant de Constance Bonacieux et que le chevalier doit faire parvenir à la reine une lettre du duc de Buckingham. Dans cette lettre, l'Anglais annonce sa décision de débarquer à La Rochelle qui est aux mains des protestants pour les faire basculer dans le royaume d'Angleterre. Le cardinal de Richelieu désire, par tous les moyens, connaître le contenu de cette lettre. C'est pour la contraindre à parler sous la torture que Constance Bonacieux est enlevée puis séquestrée dans un couvent par le comte de Rochefort. Milady se charge de faire parler D’Artagnan grâce à ses charmes. Le chevalier lui laisse croire qu'il en tombe amoureux pour connaître l'endroit où Constance est enfermée. Après avoir obtenu les renseignements et découvert que Milady est marquée de la fleur de lys qui désigne les prostituées, il parvient à s’échapper grâce à ses amis mousquetaires. Ils partent ensemble pour délivrer Constance. Mais Milady, folle de rage, parvient à les devancer pour assouvir sa vengeance. Cependant, Athos et Milady sont liés par un terrible secret…

Deuxième époque - La vengeance de Milady - FULLTV Films

Les Trois Mousquetaires: La vengeance de Milady ...

De son vrai prénom Marie-Hélène, Mylène Demongeot a 13 ans lorsque sa famille s'installe à Paris. Elle y suit les cours d'art dramatique de René Simon et Marie Ventura, avant d'entamer une carrière de mannequin. La jeune cover-girl n'a que dix-sept ans lorsqu'elle apparaît dans son premier film, Les Enfants de l'amour (1953). Repérée par Marc Allégret, qui la dirige dans Futures Vedettes, elle acquiert effectivement un statut de star avec le rôle d'Abigail dans Les Sorcières de Salem (un dram. .. Lire la suite

L'inassouvie Un amore a Roma Mylène Demongeot, Elsa ...

L'enlèvement des Sabines - Bande annonce - Dailymotion

Fuira à Bahia pour OSS 117 - Bande annonce - YouTube

SI TU MEURS, JE TE TUE sur Bandes-annonces.fr - YouTube

VENISE: Une manche et la belle EXTRAIT - YouTube

ALAIN DELON 1958 SOIS BELLE ET TAIS-TOI - YouTube

It's a Wonderful World - 1956 British film (intro) - YouTube

La bataille de Marathon (1959) - YouTube

FANTOMAS contre NEW Scotland Yard - YouTube

Fantomas se déchaine - Bande annonce - YouTube

FANTOMAS contre NEW Scotland Yard - YouTube

36, Quai des Orfèvres - YouTube

Mylene Demongeot parle de l'alcoolisme [itv] Ruquier 181008

Le piège - L'alcool n'est pas innocent. Mylène Demongeot ...

Mylène Demongeot - YouTube

Mylène Demongeot :  Milady de Winter (La Vengeance de Milady)
Mylène Demongeot :  Milady de Winter (La Vengeance de Milady)
Mylène Demongeot :  Milady de Winter (La Vengeance de Milady)

Une évocation avec humour et passion des plus grands moments de cinéma de Mylène Demongeot. Des succès du dernier Fantômas(1967) à Camping (2009).

À la fin des années 50, Mylène Demongeot est une star. Depuis la sortie des Sorcières de Salem en 1957, sa carrière est lancée. Des films comme Bonjour tristesse, Les Trois Mousquetaires, La Bataille de Marathon ou les trois Fantômas s'enchaînent jusqu'à sa rencontre en 1966 avec Marc Simenon.

Elle change alors radicalement de vie pour se consacrer entièrement à son mari, entame une carrière de productrice par amour et se trouve confrontée à maintes situations, parfois difficiles, souvent burlesques.

Au décès de Marc, en 1999, elle reprend courageusement en main sa carrière d'actrice et renoue avec le cinéma en tournant 36, quai des Orfèvres, La Californie, Camping I et II ou Les Toits de Paris et, plus récemment, Si tu meurs, je te tue. Ces«Mémoires de cinéma»se lisent aussi comme le roman d'une vie; d'anecdote en anecdote, et surtout grâce à son sens de l'autodérision et sa joie de vivre, Mylène Demongeot nous donne une magnifique leçon de sagesse et nous parle avec émotion et sincérité de la passion de sa vie : le cinéma.

Mylène Demongeot est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Tiroirs secrets (Pré aux Clercs, 2001) et le piège, l'alcool n'est pas innocent (Flammarion, 2008).

  • Les courts extraits de livres : 12/07/2011

Fantômas contre Scotland Yard d'André Hunebelle 1967

Dans le troisième et dernier volet, Fantômas décide de rançonner les riches Écossais. La bourse ou la vie, telle est sa devise. Appelé par Lord Edward Mac Rashley, riche propriétaire d'un château sur lequel Fantômas a jeté son dévolu, le commissaire Juve (Louis de Funès), Fandor et sa fiancée Hélène (Mylène Demongeot), débarque en Écosse pour tenter de lui mettre la main dessus. Il va surtout faire face à son humour macabre et vivre nombres de péripéties au sein du château, notamment lors d'une grande soirée organisée...

Le troisième et dernier opus de cette série de films devenus «cultes» me fait retrouver notre équipe, pratiquement toujours la même, et me comble de joie. Revoir Fufu, le grand Louis de Funès, est un réel plaisir. Je l'admire, je l'estime, j'ai beaucoup d'affection pour lui. J'ose penser que c'était réciproque. Je l'appellerai toujours Fufu, malgré l'agacement que cela provoque encore chez sa femme Jeanne, qui désire pour son époux devenu star plus de considération et de respect ! C'est elle qui exigeait toujours du chef opérateur que l'on distingue bien, quand il y avait un gros plan, les «carreaux» (expression argotique de Jean Gabin qui avait paraît-il la même manie), c'est-à-dire les yeux, les beaux yeux bleus de son mari ! Comme si le public aimait Fufu à cause de la couleur de ses yeux ! Mais enfin, c'est comme ça ! Il y a des coquetteries qu'il ne faut pas chercher à comprendre.

À ce moment, il n'est plus, et depuis longtemps, ce pauvre pianiste de bar dont il aimait nous raconter les aventures tragi-comiques, parfois cyniques, parfois méchantes, de façon si drôle qu'il nous faisait mourir de rire, lorsque nous dînions ensemble, Jacques Dynam, sa femme et moi, pendant les extérieurs de Fantômas. Le comédien aux innombrables rôles qui s'étoffaient à chaque film, l'acteur de théâtre (ah ! La Grosse Valse !) est en train de devenir la grande star comique du cinéma français après tant d'années de galère... Il doit avoir aux alentours de cinquante ans : la gloire à cinquante ans, ce doit être difficile à gérer.

Mon avis, qui n'engage que moi, me pousse à écrire que c'est à cause de cette gloire tardive qu'il a refusé de rencontrer le merveilleux Marcel Aymé, un de nos plus grands auteurs, qui voulait écrire pour lui. Il s'est montré frileux, refusant de passer, comme Coluche, à des rôles différents, plus profonds, qui auraient montré au public la vaste étendue de son talent. Il a certainement eu peur de perdre ce qu'il avait acquis si difficilement, année après année. C'est un choix que je peux comprendre, mais que je regrette.

Mémoires de cinéma : une vie et des films

Auteur : Mylène Demongeot

Préface : Jacques Fieschi

Date de saisie : 12/07/2011

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Hors collection, Paris, France

 

 

Commenter cet article