Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Pamiers d'hier et d'aujourd'hui: les anciens hôpitaux de Pamiers

La ville de Pamiers possédait au moyen âge trois hôpitaux, la Charité de Saint Raymond située sur la rive gauche de l'Ariège au-dessus du Mas Vieux de Cailloup, une maladrerie à la plaine Saint-Martin, vers le jeu du mail, une autre hors de la porte de Loumet qui appartenait aux chevaliers de Saint-Lazare et un quartier réservé aux lépreux à la Roquette, plateau de la cavalerie.

Ces quatre derniers hors la ville, n'étaient plus utilisés au XVI siècle.

L'hôpital de la Guéride ou Garido a été fondé en 1304 par une confrérie composée de clercs réguliers ou séculiers et de laïques.

L'hôpital de Saint Jacques fut lui fondé par une autre confrérie et celui de Sainte Hélène par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

Le nom de Sainte Hélène que prirent l'hôpital et le quartier vient de celui de Saint Natalène, vierge et martyre de la cité de Frédelas, décapitée à l'époque romaine sous la berge de St Jean à l'endroit où la fontaine du même nom jaillit et qui fut utilisée durant des siècles par les Appaméens et encore il n'y a pas si longtemps.

A la fin du XVI siècle, la gestion de ces hôpitaux étant remise en question, Henri IV édicta, le 26 mars 1578, des Lettres Patentes «portant union des trois hôpitaux et celui de la Guéride comme étant le plus commode et le mieux approprié avec leurs rentes, revenus et autres biens»

Ce nouvel hôpital général allait ainsi être dirigé par des «administrateurs des plus honorables et des plus vertueux qui seraient renouvelés tous les ans après avoir rendu leurs comptes en présence des nouveaux administrateurs, des consuls et du procureur du roi» raconte Jules de Lahondès.

De nombreux dons et legs affluèrent à l'hôpital de la Guéride. L'argent était utilisé pour soigner les malades toujours nombreux et les bâtiments commençaient à tomber en ruine vers le dix-huitième siècle.

Au mois d'août 1755, le roi Louis XV en autorisa la reconstruction, en autorisant la démolition de murs de la ville pour récupérer ainsi des matériaux, en achetant quatre maisons pour l'agrandissement du bâtiment.

Les bâtiments agrandis et transformés prirent à cette époque la forme qu'ils avaient au début du 20ème siècle.

C'est à la fin des années 1960 qu'ils furent encore agrandis et modifiés pour avoir la forme finale que nous connaissons aujourd'hui.

Le 1er janvier 1992, l'hôpital Saint Vincent de Paul de Pamiers et l'hôpital Saint Jacques de Foix ne formeront plus qu'un à St Jean de Verges, le Centre hospitalier du Val d'Ariège.

Pamiers d'hier et d'aujourd'hui: les anciens hôpitaux de ...

Commenter cet article