Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Armida Miserere, l'une des premières femmes directrices de prison en Italie
Armida Miserere, l'une des premières femmes directrices de prison en Italie
Armida Miserere, l'une des premières femmes directrices de prison en Italie
Armida Miserere, l'une des premières femmes directrices de prison en Italie

"Comme le vent", en salles à partir du 18 juin, retrace la vie tourmentée d'Armida Miserere, l'une des premières femmes directrices de prison d'Italie. Une personnalité d'exception, à la fois courageuse et intelligente, pugnace et sensible.

Le 19 avril 2003, Armida Miserere se donnait la mort, sacrifiant sa vie pour l'un des combats les plus féroces : la quête de justice et de liberté. "Lorsque j'ai appris la nouvelle du suicide d'Armida Miserere, directrice de la prison de haute sécurité de Sulmona, j'ai tout de suite eu envie de raconter son histoire", confie celui qui a porté sa vie sur grand écran Marco Simon Puccioni.

Elle commence sa carrière en 1982 à la prison de Parme, année de la mise en place de la Seconde Commission Antimafia. Malgré un contexte politique tumultueux, Armida Miserere s'engouffre dans l'une des institutions les plus machistes et oppressantes de la société avec la ferme intention de faire entendre sa voix. D'une force et d'un courage exemplaires, elle ne recule devant rien, menant de front une vie contradictoire. D'un côté autoritaire et stricte avec les détenus, de l'autre aimante et amicale avec ses proches. Inflexible, moralisatrice et justicière, elle parvient à s'imposer dans une profession jusqu'alors essentiellement masculine sans pour autant renoncer à sa féminité. Douce, sensible et touchante, elle attire la sympathie de ceux qui l'entourent tout en se faisant respecter. Simon Marco Puccioni la décrit comme une " femme commune, forte et fragile à la fois, totalement immergée dans la lutte pour la justice ". Fascinée par l'homme, elle tente de percer les mystères qui le poussent à commettre des crimes. Spécialisée en criminologie, elle cherche sans relâche à comprendre l'être humain dans toute sa complexité et c'est en prison qu'elle va faire les plus terribles découvertes. A travers la lecture et l'écriture, elle trouve une échappatoire pour fuir une réalité devenue trop dure.

Valeria Golino: "Comme le vent" - Le blog de Philippe Poisson

 

Armida Miserere, femme de poigne à la force fragile

"Comme le vent", en salles à partir du 18 juin 2014, retrace la vie tourmentée d'Armida Miserere, l'une des premières femmes directrices de prison d'Italie. Une personnalité d'exception, à la fois courageuse et intelligente, pugnace et sensible.

Le 19 avril 2003, Armida Miserere se donnait la mort, sacrifiant sa vie pour l'un des combats les plus féroces : la quête de justice et de liberté. "Lorsque j'ai appris la nouvelle du suicide d'Armida Miserere, directrice de la prison de haute sécurité de Sulmona, j'ai tout de suite eu envie de raconter son histoire", confie celui qui a porté sa vie sur grand écran Marco Simon Puccioni.

Elle commence sa carrière en 1982 à la prison de Parme, année de la mise en place de la Seconde Commission Antimafia. Malgré un contexte politique tumultueux, Armida Miserere s'engouffre dans l'une des institutions les plus machistes et oppressantes de la société avec la ferme intention de faire entendre sa voix. D'une force et d'un courage exemplaires, elle ne recule devant rien, menant de front une vie contradictoire. D'un côté autoritaire et stricte avec les détenus, de l'autre aimante et amicale avec ses proches. Inflexible, moralisatrice et justicière, elle parvient à s'imposer dans une profession jusqu'alors essentiellement masculine sans pour autant renoncer à sa féminité. Douce, sensible et touchante, elle attire la sympathie de ceux qui l'entourent tout en se faisant respecter. Simon Marco Puccioni la décrit comme une " femme commune, forte et fragile à la fois, totalement immergée dans la lutte pour la justice ". Fascinée par l'homme, elle tente de percer les mystères qui le poussent à commettre des crimes. Spécialisée en criminologie, elle cherche sans relâche à comprendre l'être humain dans toute sa complexité et c'est en prison qu'elle va faire les plus terribles découvertes. A travers la lecture et l'écriture, elle trouve une échappatoire pour fuir une réalité devenue trop dure.

Solidité vulnérable

Alors que rien ne semble pouvoir l'arrêter, Armida Miserere fait une rencontre qui la mènera à sa perte. Après plusieurs déceptions sentimentales, elle tombe follement amoureuse d'Umberto Mormile, éducateur à la prison Milan Opéra. Pleinement épanouie, elle partage avec lui ses rêves et ses passions. Une parfaite idylle qui prend brutalement fin le 11 avril 1990, avec l'assassinat de son compagnon. Commence alors une période difficile dont elle ne se relèvera pas. Sans attache, elle accepte la direction des prisons les plus dures d'Italie, mettant ses émotions à rude épreuve. Malgré de nombreuses menaces de mort, Armida se lance à la recherche des assassins de son amour perdu, ne cédant à aucune pression. Animée par la rage de justice et d'amour, elle repousse ses limites et tente de se reconstruire, en vain. Dans un élan de désespoir, elle se suicide d'un coup de fusil porté à la tête. Un acte de délivrance pour se libérer d'une vie de souffrance.

Véritable femme de caractère, Armida Miserere s'impose aujourd'hui comme un modèle de courage qui inspire le respect. Dans Comme le vent, elle est magistralement interprétée par Valeria Golino. Le récit de son existence douloureuse témoigne de son combat acharné pour la liberté et retrace vingt ans de l'histoire d'Italie.

Armida Miserere, femme de poigne à la force fragile ...

ONDA TG 18.04.2013 - RICORDO ARMIDA MISERERE ...

“Come il vento”: Valeria Golino è Armida Miserere - Sky TG24

ONDA TG 20.11.2012 - FILM ARMIDA MISERERE - YouTube

LIKE THE WIND by M.Puccioni - Demo reel with Eng ...

UilWeb.tv - '' Come il vento '' - Armida Miserere, tra il carcere ...

Armida Miserere et le milieu carcéral italien - BSC News

Commenter cet article