Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Laetitia Casta : "Arletty, une passion coupable" -
Laetitia Casta : "Arletty, une passion coupable" -
Laetitia Casta : "Arletty, une passion coupable" -

Laetitia Casta : "Arletty, une passion coupable" -

Alors que Paris vit sous le joug de l’Occupation allemande, en plein tournage des "Enfants du Paradis", au cœur d’une période tumultueuse de l’Histoire, Arletty, anticonformiste, continue de vivre au gré de ses envies et tombe sous le charme d’un jeune officier allemand, Hans Jurgen Soehring. La liaison fera bruire le tout Paris, aussi bien dans les milieux collaborationnistes que résistants. Rien ne déstabilise la comédienne qui, portée par cet amour, refuse de se ranger dans un camp. Le portrait d’une époque trouble et complexe vue à travers la vie d’une femme, icône de sa génération, finalement rattrapée par ses choix à l’heure de l’épuration.

Arletty, une passion coupable - film 2014 - AlloCiné

Arletty - bande annonce - Vidéo Dailymotion

Arletty, Une Passion Coupable - extrait 1 - Orange Réunion

Arletty, Une Passion Coupable - extrait 2 - Vidéo Dailymotion

 

La beauté et le charme atypiques de Laeti­tia Casta ne laissent aucun français indif­fé­rent. D’un père corse et d’une mère normande, Laeti­tia voit le jour le 11 mai 1978 à Pont-Aude­mer. Alors qu’elle a quinze ans, un agent de l’agence de mannequins Madi­son la repère sur une plage de Corse. C’est le début d’une grande carrière pour la jeune fille ; elle ne tarde pas à gravir les éche­lons du métier, et devient une figure réfé­rence pour les marques et maga­zines de mode. Elle décroche les contrats les plus deman­dés (Victo­ria’s Secret, L’Oréal) et défile pour les plus grandes maisons de couture, Jean-Paul Gaul­tier étant le premier coutu­rier à la faire défi­ler. Très vite, celle que l’on surnomme dans le milieu « La Casta » pense à se recon­ver­tir dans le cinéma. Son premier grand rôle lui est accordé par Claude Zidi dans « Asté­rix et Obélix contre César ». Elle évolue ensuite vers des rôles plus sombres et profonds, comme « La Jeune Fille et les loups » (2008). Soucieuse de préser­ver sa vie privée, Laeti­tia Casta est mère de trois enfants : Satheene, issue d’une première rela­tion avec le photo­graphe Stéphane Sednaoui, Orlando et Athéna, qu’elle a eus avec son compa­gnon actuel, l’ac­teur italien Stefano Accorsi.

Laetitia Casta - La biographie de Laetitia Casta avec Gala.fr

Vidéo Ina - Arletty, vidéo Arletty, vidéo Art et Culture Cinéma ...

 

Arletty : « Mon coeur est français mais mon cul est international. » -

Arletty : « Mon coeur est français mais mon cul est international. » -

Document archives du 01/05/2006 - C'est en devenant mannequin en 1918 que Léonie Bathiat (1898-1992) prend le nom d'Arlette, un personnage de Mont-Oriol, de Guy de Maupassant. En 1919, Arlette débute sur la scène du Théâtre des Capucines. Le directeur anglicise son nom en Arletty. La mort de son fiancé à la Grande Guerre sera le point de départ de son non- conformisme. « J'ai toujours refusé le mariage, car je ne voulais pas faire un fils qui serait allé à la guerre », avoue-t-elle. De huit ans plus âgée que Carné, elle lui restera dévouée : tant comme coéquipière (six films), que comme amie qui refuse de juger son homosexualité. Au fil du temps, elle sera une sorte de présence maternelle, palliant l'éternelle absence de la vraie mère. C'est la voix d'Arletty, stridente et anguleuse, qui attire l'attention au début du parlant. Mais jusqu'au milieu des années 1930, l'actrice reste confinée dans des seconds rôles. Quand on lui propose un rôle principal en 1935, le producteur se retire, prétextant qu'Arletty est trop vieille et pas assez jolie pour être tête d'affiche. Lorsqu'elle tourne dans Hôtel du Nord elle a déjà joué dans vingt-quatre films. « Avant Hôtel du Nord personne n'avait perçu la beauté à la fois profonde et originale qui émanait d'elle », déclare Alexandre Trauner. En décembre 1940, elle fait la connaissance d'un colonel de la Luftwaffe. Leur histoire dure le temps de l'Occupation. Durant l'été 1944, Arletty est condamnée à mort par contumace par le tribunal de la France Libre à Alger. « Après avoir été la femme la plus invitée de Paris, je suis la femme la plus évitée », écrira-t-elle dans La Défense . Placée en résidence surveillée, fin 1944, au château de La Houssaye (Seine-et-Marne) pendant dix-huit mois, elle aurait dit à ses geôliers : « Mon coeur est français mais mon cul est international. »

Arletty, la seconde mère | Historia

Les artistes sous l'Occupation - Lundi 1er décembre FR3 à ...

L'ombre d'un doute - Les artistes sous l'Occupation - YouTube

Hôtel Du Nord (1938) - "Atmosphère" scene with Arletty - YouTube

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article