Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Mis et Thiennot -
Mis et Thiennot -
Mis et Thiennot -

Mis et Thiennot -

La sixième requête en révision des familles de Raymond Mis et Gabriel Thiennot a été rejetée ce lundi par la cour de révision des condamnations pénales. 

La cour de révision des condamnations pénales a rejeté ce lundi, en début d'après-midi, la sixième demande de révision des familles de Raymond Mis et Gabriel Thiennot, deux Berrichons condamnés il y a plus de 60 ans pour le meurtre d'un garde de chasse à Mézières-en-Brenne (Indre).

La commission d'instruction de la cour avait étudié à huis clos le 19 janvier les "éléments nouveaux" avancés par la défense pour réclamer la révision du dossier, la sixième demande formulée dans cette affaire.

Saisie par la veuve et les fils de Gabriel Thiennot et, surtout, par Me Jean-Pierre Mignard, l’avocat parisien du comité de soutien à Mis et Thiennot (*), la commission de révision de la cour de cassation devait décider, ce lundi à Paris, d’un éventuel complément d’enquête dans ce dossier vieux de… soixante-huit ans.

Il s'agissait du premier dossier examiné par la toute nouvelle Cour de révision et de réexamen des condamnations pénale, créée le 11 juin dernier.

Des aveux passés sous la torture

Me Mignard avait plaidé que les aveux passés par Mis et Thiennot en 1946 leur ont été extorqués sous la torture, au terme de huit jours et huit nuits de traitements inhumains infligés par les gendarmes en charge de l’enquête.

La personnalité de leur chef, le commissaire Daraud, avait également été évoqué :  son lourd passé vichyste et son zèle à traquer les résistants ont pu lui faire considérer les deux suspects comme des coupables tout désignés.

(*) Fondé en 1980 par Léandre Boizeau, aujourd’hui son président d’honneur, et présidé par Helga Potier, le comité de soutien pour la révision du procès Mis et Thiennot revendique quelque 250 adhérents. Son action est, entre autres, étayée par deux livres de Léandre Boizeau : Ils sont innocents?! et Thiennot : l’homme qui hurlait son innocence, tous deux publiés aux éditions La Bouinotte.

Emmanuel Letreulle et AFP

Affaire Mis et Thiennot : nouveau rejet d'une demande de révision

VIDEO. Mis et Thiennot : énième demande de révision

Présumés coupables : l'affaire Mis & Thiennot en streaming

...L'affaire Mis et Thiennot détaillée par l'inspecteur Maurice ...

À l’issue des trois procès en Cours d’Assises, à Châteauroux, Poitiers et Bordeaux, Raymond Mis et Gabriel Thiennot ont été condamnés à 15 ans de travaux forcés pour le meurtre d’un garde-chasse en décembre 1946 dans l’Indre.

Les deux hommes, depuis leur incarcération à la prison de Châteauroux, le 9 janvier 1947, n’ont jamais cessé de clamer leur innocence. Ils ont toujours affirmé avoir subi de graves sévices durant leur garde-à-vue qui a duré huit jours à la mairie et à la gendarmerie de Mézières-en-Brenne et avoir été obligés de signer des aveux sous les coups et la torture.

Comme eux, six de leurs compagnons, considérés comme complices, ont subi le même sort. Les coups ont été constatés par le médecin et les gardiens de la prison au moment de leur incarcération.

Autre fait troublant : la pression exercée sur les enquêteurs par Jean Lebaudy, riche sucrier et propriétaire du domaine où le garde-chasse Louis Boistard a été abattu. Lebaudy, rendant visite chaque jour aux enquêteurs pour les inciter à obtenir des résultats et versant un chèque de 100 000 francs de l’époque aux œuvres de la police et de la gendarmerie au quatrième jour de l’enquête pour les encourager à trouver un ou des coupables au plus vite.

Graciés à mi-peine, en 1954, par le Président Coty, Mis et Thiennot ont toujours réclamé la révision de leur procès.

Rejet de la sixième requête en révision des familles de Raymond Mis et Gabriel Thiennot
Rejet de la sixième requête en révision des familles de Raymond Mis et Gabriel Thiennot
Rejet de la sixième requête en révision des familles de Raymond Mis et Gabriel Thiennot

Commenter cet article