Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Sortie prochaine du livre ...

Sortie prochaine du livre ...

Jean-françois Miniac :

Après l’école d’animation des Gobelins, il se consacre à l’illustration, notamment pour Christophe Arleston. Comme dessinateur de bande dessinée, il a également adapté avec François Rivière deux romans d’Agatha Christie : « Le crime de l’Orient-Express » (1995) et « Mort sur le Nil » (1996), lesquels succès d’édition occasionnent une trentaine de traductions. En 1999, une rencontre éveille en lui l’envie d’écrire, celle de Sébastien Japrisot. Passant du dessin à l’écriture, il abandonne la fiction pour le réel et, découvrant descendre d’un chercheur d’or en Californie, il se plonge dans la narration de récits maritimes. En 2007, son roman « Les Ombres de Surcouf » emportant l’adhésion, il signe son premier contrat de littérature chez De Borée, dans la collection Histoire et Documents. « Ce métier est un métier de rencontres où nul n’existe sans l’envie de l’autre. Cet éditeur a cru dans ma plume», note-t-il. Les thèmes d'élection de ses nouvelles authentiques sont l'Histoire, la Normandie et le True crime, genre littéraire essentiellement anglo-saxon. Depuis son premier recueil de récits paru en 2008, préfacé par Alain Lambert, à sa nouveauté sortie en 2015, « Affaires d’Etat, Affaires Privées », l’historiographe a publié douze ouvrages, soit quelque 600 pages annuellement. En 2010, un « Café Crime » de Jacques Pradel est entièrement consacré à ses « Grandes Affaires Criminelles de l’Orne » (2008), puis, en 2014, une émission « L'Heure du crime » à ses « Grandes Affaires Criminelles du Rail » (2013). Tout en scénarisant (« William, Bastard and Conqueror » en 2015), il rédige des chroniques judiciaires et des entretiens pour la presse patrimoniale. "

Jean-François Miniac, "l'homme qui écrit plus vite que son ombre !"

Jean-François Miniac, "l'homme qui écrit plus vite que son ombre !"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article