Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Exposition Mauvaises filles. Déviantes et délinquantes 19e-21e siècles, Centre d’exposition Enfants en justice, Ferme de Champagne

Exposition Mauvaises filles. Déviantes et délinquantes 19e-21e siècles, Centre d’exposition Enfants en justice, Ferme de Champagne 91600 Savigny-sur-Orge, 8 juin – 18 décembre 2015

Exposition produite par l’École nationale de la protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ), avec la participation de l’Association pour l’histoire de la Protection judiciaire des mineurs (AH-PJM), du Centre d’Histoire Judiciaire de l’Université de Lille 2 (CHJ), du CRESPA-CSU de l’Université Paris 8, de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), du programme GEDI/Genre et discrimination sexistes et homophobes de l’Université d’Angers et du Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (CRHSor) de l’Université de Paris 1.

Présentation (par le site de l’exposition)

Qu’en est-il de la délinquance des filles, de son évolution ? Assiste-t-on réellement à l’apparition de nouvelles figures de la dangerosité féminine aujourd’hui ?

La presse annonce une « nouvelle violence au féminin », s’alarme de l’apparition « de gangs de filles » et autres « petites terreurs ». L’opinion publique s’accorde à déclarer la fin du « sexe faible », observant une tendance nette à la virilisation des adolescentes. Perceptions et normes transforment les « diablesses » des années 1950 en « crapuleuses » des années 2000.

Peu de travaux historiques français ont abordé la question particulière du traitement et de la perception de cette déviance juvénile féminine. Pourtant un détour diachronique doit permettre de mesurer la réalité de ce phénomène. Y a-t-il réellement une mutation de la délinquance des filles, ou ne serait-ce pas plutôt un changement de regard posé sur les femmes en général et les adolescentes en particulier ?

Consulter le site de l’exposition

Commenter cet article