Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Affaire Oustric. Le banquier Albert Oustric remis en liberté provisoire sortant de la prison de la Santé.  © Roger-Viollet -

Affaire Oustric. Le banquier Albert Oustric remis en liberté provisoire sortant de la prison de la Santé. © Roger-Viollet -

 Comparution devant la Haute Cour de Justice des anciens ministres : Albert Favre, Gaston Vidal, René Besnard (debout) et Raoul Péret, accusés d'avoir trempé dans l'affaire Oustric. A droite, à côté de Raoul Péret, Joseph Caillaux. Mars 1931.  © Roger-Viollet -  Le Sénat constitué en Haute Cour de Justice en 1931 pour juger Raoul Péret, René Besnard, G. Vidal et Abel Favre, impliqués dans le scandale financier de l'Affaire Oustric.  © Roger-Viollet
 Comparution devant la Haute Cour de Justice des anciens ministres : Albert Favre, Gaston Vidal, René Besnard (debout) et Raoul Péret, accusés d'avoir trempé dans l'affaire Oustric. A droite, à côté de Raoul Péret, Joseph Caillaux. Mars 1931.  © Roger-Viollet -  Le Sénat constitué en Haute Cour de Justice en 1931 pour juger Raoul Péret, René Besnard, G. Vidal et Abel Favre, impliqués dans le scandale financier de l'Affaire Oustric.  © Roger-Viollet

Comparution devant la Haute Cour de Justice des anciens ministres : Albert Favre, Gaston Vidal, René Besnard (debout) et Raoul Péret, accusés d'avoir trempé dans l'affaire Oustric. A droite, à côté de Raoul Péret, Joseph Caillaux. Mars 1931. © Roger-Viollet - Le Sénat constitué en Haute Cour de Justice en 1931 pour juger Raoul Péret, René Besnard, G. Vidal et Abel Favre, impliqués dans le scandale financier de l'Affaire Oustric. © Roger-Viollet

Albert Oustric, né en 1887, est tour à tour garçon de course, représentant en vins, chanteur amateur dans quelques brasseries, avant de s'intituler en 1919 banquier. Il ouvre alors un bureau rue Auber à Paris, où il officie en tant que gérant d'une banque, la Banque Oustric, en commandite au capital d'un million de francs, dont seul un quart est versé.

Oustric est un homme intelligent. Il aide fortement aux belles carrières de l'Union-Vie, des Blanchisseries de Thaon, et même de Peugeot. Jusqu'à 1925, sous couvert de sa banque, Oustric noue de nombreuses relations avec des hommes politiques.

Ses relations lui permettent d'obtenir l'accord du Ministère des Finances et du Ministère des Affaires Etrangères pour faire coter à la Bourse de Paris les titres d'une société italienne de soie artificielle : La Snia Viscosa.

Ce succès personnel lui vaut une confortable récompense du banquier italien intéressé, mais surtout une réputation flatteuse dans les milieux d'affaires.

Dès lors, très sollicité, il accepte de s'intéresser aux sociétés en difficulté leur avançant des sommes importantes moyennant en caution des actions des dites sociétés, actions à vote plural de préférence. Ceci lui permet de prendre le contrôle de ces sociétés et de placer aux conseils d'administration des hommes à sa dévotion.

Puis il dépose les titres en garantie à la Banque de France qui lui consent des avances à titre d'escompte. Avec ces liquidités, il prend le contrôle de nouvelles affaires : ainsi de la Banque Adam, les chaussures Erlich, Dressoir, Binet, Fayard, Incroyable, ...

Il procède par ailleurs à des augmentations de capital par émission d'actions placées avec facilité. Il crée par ce biais des sociétés plus ou moins fantomatiques, se finançant les unes les autres, et destinées à se soutenir en cas de difficultés : la holding française Holfra, l'Extension de l'Industrie Française, etc.

En octobre 1917, la Bourse provoque une première alerte sur les titres des sociétés patronnées par la Banque Oustric, puis le 30 du même mois on suspend la cotation. Quelques jours plus tard, la Banque Oustric dépose son bilan et en cascade, la Banque Adam et toutes les sociétés satellites. Une plainte est déposée et Oustric emprisonné.

Oustric n'était en réalité ni plus ni moins coupable que tant d'autres spéculateurs qui avaient agi comme lui, avec les mêmes procédés pendant la période d'euphorie financière de l'après-guerre. Mais Oustric a pu faire de nombreux dupes et compromettre beaucoup de gens, réussissant même à corrompre le garde des Sceaux du cabinet Tardieu, Raoul Péret qui entrava l'action de la justice.

La révélation des relations entre Oustric et Raoul Péret entraîna même la chute du gouvernement Tardieu le 4 décembre 1930. Oustric sera lui condamné le 5 janvier 1932 à 18 mois de prison et 3000F d'amende pour irrégularités des opérations effectuées sur les titres des maisons de chaussures, alors que ce dernier laisse un "trou" d'1,5 milliard de francs.

http://www.scripophilie.com/temoignages/banque_oustric.htm

La manifestation antiparlementaire du 6 février 1934 à Paris

Le canal de Panama (1879-1914) Troisième République ...

 

Affaire Albert Oustric, Paris, 1926-1932
Affaire Albert Oustric, Paris, 1926-1932

« Nous vivons dans un monde d’impostures » déplore Jean d’Ormesson en évoquant l’art contemporain ou les affres de l’économie. Berceau des Pieds Nickelés, la France d’aujourd’hui n’a pas le monopole de l’arnaque.

Loin s’en faut.

Il n’est qu’à se pencher sur l’histoire et à parcourir l’hexagone pour s’en convaincre. Se persuader aussi que la réalité dépasse souvent la fiction. C’est pour notre plus grand plaisir que Jean-François Miniac conte ici une vingtaine d’authentiques histoires d’escroqueries, astucieuses et troubles, inventives et immorales, toujours audacieuses. Si vous considérez l’escroquerie comme un des beaux-arts, ces récits fascinants sont assurément ses chefs-d’oeuvres et leurs auteurs ses maîtres.

Dans ce portrait de la France depuis la Troisième République, de Panama à Stavisky, de l’affaire des médailles à celle des emprunts russes, de Juliette Dodu à Thérèse Humbert, ces virtuoses du faux-semblant mettent leur génie au service d’arnaques toutes aussi extraordinaires les unes que les autres.

Longtemps auteur de bande dessinée, Jean-François Miniac a notamment donné des adaptations d’Agatha Christie avec François Rivière, couronnées par une vingtaine de traductions à l’étranger. Puis, initié par sa rencontre avec le romancier Sébastien Japrisot, Miniac s’est mué en nouvelliste. Narrateur de l’Histoire, il prend pour thème d'élection le « True crime » et ses déclinaisons, renseignement et escroquerie notamment. Pour l’essentiel, ses nouvelles sont regroupées dans des ouvrages de la collection Histoire et Documents des éditions de Borée. Prolifique, il a écrit une dizaine de recueils, soit près de 700 pages par an, depuis son premier volume, Les Grandes Affaires criminelles de l'Orne (2008), préfacé par Alain Lambert. Parmi ceux-ci, citons : Les Mystères de la Manche, Les Mystères de l'Orne, Les Nouvelles Affaires Criminelles de la Manche, Flamboyants escrocs de Normandie et Grandes pages amoureuses de Normandie parus chez Orep. Après deux parutions en 2013, Les Grandes Affaires d'Espionnage de France et Les Grandes Affaires Criminelles du Rail, le présent volume est son troisième titre national.

 

  • Réf. : VUP011
  • Année d'édition : 2015
  • Edition : Brochée
  • Format : 16,5 x 24 cm
  • Isbn : 978-2-37109-006-4
  • Nombre de pages : 304 pages + CP 32 pages

Chapitre XVIII - Affaire Albert Oustric (1887-1971), Paris, 1926 - 1932; Haute-Cour, Sénat, Paris, 20 au 23 juillet 1931

Pages 173-184 incluses

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article