Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Victor Lustig, l'homme qui vendit la Tour Eiffel. -

Victor Lustig, l'homme qui vendit la Tour Eiffel. -

Victor Lustig est l’un des escrocs les plus connus de l’histoire pour ses escroqueries exercées dans plusieurs pays, en effet, il a arnaqué des centaines de personnes à leur tête Al Capone avec ses idées de génie à son époque.

Cet homme est surtout connu pour avoir vendu la dame de fer, oui, la tour Eiffel. En effet, en 1920, Victor Lustig a convaincu les cinq plus grandes entreprises de récupération de ferraille en France de vendre le métal de la tour Eiffel en tant que ferraille en se présentant comme un fonctionnaire d’état puis comme directeur général, représentant du ministère des PTT (Postes, télégraphes et téléphones).

Un des concessionnaires du nom d’André Poisson a mordu à l’hameçon, et a donné une somme importante d’argent à Victor Lustig sous forme de pot de vin pour qu’il obtienne ce marché. Une fois l’affaire conclue Lustig s’enfuit à Vienne.

Un mois plus tard l’escroc revient pour refaire exactement le même scénario à un autre homme d’affaire qui était plus futé que son précédent en dénonçant la ruse de Lustig.

Victor Lustig, l'homme qui a vendu la tour Eiffel ! | Le Saviez ...

Les supercheries financières n° 3 : « Victor Lustig brade la ...

Affaire Victor Lustig, 1925

« Nous vivons dans un monde d’impostures » déplore Jean d’Ormesson en évoquant l’art contemporain ou les affres de l’économie. Berceau des Pieds Nickelés, la France d’aujourd’hui n’a pas le monopole de l’arnaque.

Loin s’en faut.

Il n’est qu’à se pencher sur l’histoire et à parcourir l’hexagone pour s’en convaincre. Se persuader aussi que la réalité dépasse souvent la fiction. C’est pour notre plus grand plaisir que Jean-François Miniac conte ici une vingtaine d’authentiques histoires d’escroqueries, astucieuses et troubles, inventives et immorales, toujours audacieuses. Si vous considérez l’escroquerie comme un des beaux-arts, ces récits fascinants sont assurément ses chefs-d’oeuvres et leurs auteurs ses maîtres.

Dans ce portrait de la France depuis la Troisième République, de Panama à Stavisky, de l’affaire des médailles à celle des emprunts russes, de Juliette Dodu à Thérèse Humbert, ces virtuoses du faux-semblant mettent leur génie au service d’arnaques toutes aussi extraordinaires les unes que les autres.

Longtemps auteur de bande dessinée, Jean-François Miniac a notamment donné des adaptations d’Agatha Christie avec François Rivière, couronnées par une vingtaine de traductions à l’étranger. Puis, initié par sa rencontre avec le romancier Sébastien Japrisot, Miniac s’est mué en nouvelliste. Narrateur de l’Histoire, il prend pour thème d'élection le « True crime » et ses déclinaisons, renseignement et escroquerie notamment. Pour l’essentiel, ses nouvelles sont regroupées dans des ouvrages de la collection Histoire et Documents des éditions de Borée. Prolifique, il a écrit une dizaine de recueils, soit près de 700 pages par an, depuis son premier volume, Les Grandes Affaires criminelles de l'Orne (2008), préfacé par Alain Lambert. Parmi ceux-ci, citons : Les Mystères de la Manche, Les Mystères de l'Orne, Les Nouvelles Affaires Criminelles de la Manche, Flamboyants escrocs de Normandie et Grandes pages amoureuses de Normandie parus chez Orep. Après deux parutions en 2013, Les Grandes Affaires d'Espionnage de France et Les Grandes Affaires Criminelles du Rail, le présent volume est son troisième titre national.

 

  • Réf. : VUP011
  • Année d'édition : 2015
  • Edition : Brochée
  • Format : 16,5 x 24 cm
  • Isbn : 978-2-37109-006-4
  • Nombre de pages : 304 pages + CP 32 pages

Chapitre XVI - La Vieille dame - Affaire Victor Lustig (1890-1947), Paris, 1925 - Non jugée.

Pages 151-163 incluses

 Miniac, Jean-François

Miniac, Jean-François

Commenter cet article