Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

L’île Saint-Joseph : Guyane Française -

L’île Saint-Joseph : Guyane Française -

Tout au long de l’histoire de l’humanité, des îles ont servi de lieu de déportation ou de pénitencier. Depuis l’île de Gorée, au Sénégal, point de départ d’un voyage sans retour vers les Amériques pour des milliers d’esclaves africains, de nombreuses îles ont été utilisées comme lieu de détention. Chacun garde en mémoire le bagne de Cayenne et la sinistre île du Diable qui vit passer le Capitaine Dreyfus, Guillaume Seznec et le légendaire Henri Charrière, plus connu sous le surnom de Papillon. Les amateurs de romans épiques se souviennent d’Edmond Dantès, alias Comte de Monte-Cristo, s’évadant du Château d’If. La Nouvelle-Calédonie pour sa part vit arriver après 1871 les Communards condamnés à l’exil dont leur égérie Louise Michel ! Tant de criminels, de bannis et de réprouvés ont croupi dans ces îles-prisons pendant des années. Certains y ont fini misérablement leur vie ou en sont sortis complètement usés et vidés de leur substance. On ne peut enfin faire l’impasse sur Guantanamo.

L’île est un lieu idéal d’incarcération, car le seul moyen de s’en échapper est la nage, à moins que l’on ne dispose de complicités. Parfois les eaux sont froides, ailleurs se sont les courants ou les requins qui empêchent toute velléité d’évasion. L’île choisie comme lieu de relégation est généralement déserte, sans population autochtone, n’abritant qu’une garnison ou une équipe de geôliers. Ce fut d’ailleurs l’erreur initiale des Anglais lorsqu’ils exilèrent Napoléon sur l’île d’Elbe, celle-ci étant trop proche des côtes italiennes et disposant d’une population dont on ne pouvait en permanence surveiller les mouvements.

On connaît la suite, Napoléon, après s’être intéressé momentanément au ver à soie, échappa aux Anglais, s’autorisant une escapade de 100 jours dont la Couronne britannique aurait bien aimé faire l’économie. Les Anglais échaudés, envoyèrent ensuite leur illustre captif à Sainte-Hélène qui avait l’avantage d’être située au milieu de l’Atlantique sud. Mais comme on n’est jamais trop prudent, les garnisons d’Ascension et de Tristan-da-Cunha furent renforcées pour éviter toute tentative de fuite impériale car ils voulaient à tout prix faire l’économie d’un second Waterloo...

L'île en tant que prison ou lieu de relégation - AgoraVox le ...

Commenter cet article