Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

 La croix gammée fait-elle vendre ?

Devant la pléthore de bandes dessinées historiques qui envahissent chaque mois les librairies, il est de plus en plus difficile pour un album de sortir du lot. La couverture se doit donc d’être la plus accrocheuse possible. Quitte à avoir recours à une symbolique aussi efficace que réductrice, telle que la croix gammée.

Les observateurs le constatent chaque jour : la bande dessinée, autrefois encore havre de paix pour bon nombre de créateurs, est de plus en plus contrainte de se soumettre aux lois du marché. On voit même certaines maisons d’éditions alternatives se mettre au diapason des stratégies marketing lancées par les plus grosses écuries. Dans un secteur où le grand public n’est pas fidèle à un auteur ou un éditeur, l’absence de marque forte doit être compensée par une identité visuelle percutante, seule à même d’attirer le chaland, perdu parmi les innombrables sorties. La couverture d’un album de bande dessinée ne peut plus dès lors être laissée au hasard. Tout est soigneusement pensé, étudié, et conçu pour une efficacité maximum en termes de diffusion et de communication. On assiste d’ailleurs à une certaine uniformisation des couvertures, tant dans la composition du visuel principal que dans la maquette, qui répondent désormais à des schémas et des codes bien établis et réputés efficaces. En ce qui concerne la bande dessinée consacrée à la Seconde Guerre mondiale, la croix gammée est devenue plus qu’un marqueur chronologique ou un symbole ; c’est un impératif de communication ...

La croix gammée fait-elle vendre ? | Cases d'Histoire le ...

Commenter cet article