Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Pin-up - Femme-objet, inclus Le carnet X d'Aslan

28/06/2014 - Si le nom d'Aslan n'évoque pas forcément quelque chose au public de moins de trente ans, la seule mention des pin-up de Lui replace tout de suite l'artiste dans son contexte. Car c'est Aslan, qui durant 18 ans dessina, chaque mois, la fameuse pin-up qui a nourri les fantasmes de plusieurs générations. Ses femmes blondes, brunes ou rousses, souvent plus opulentes que brindilles, souriantes ou à la mine gentiment boudeuse, provocantes avec la main entre les jambes, s'exhibant, toujours dans des positions sans cesse renouvelées, ont presque toutes un point commun : ce regard pénétrant et troublant dans lequel le spectateur ne pouvait que se perdre, pour son plus grand plaisir.

Dans ce troisième et dernier volume, on retrouvera un choix de « filles à épingle r» en couleurs, faites pour Lui et d'autres revues, des travaux à la mine de plomb qu'Aslan a débuté au beau milieu des années 1980 et qu'il continue toujours de réaliser. Mais on découvrira également dans ce volume des dessins réalisés selon d'autres techniques (fusain, gouaches...), des publicités illustrées par Aslan, des «produits dérivés» ornés de ses fameuses pin-up, ainsi que des reproductions de quelques sculptures.

Ces oeuvres témoignent des recherches incessantes que le peintre, mais aussi sculpteur, a mené sa vie durant sur le corps de la femme. Ces nues, aux volumes délicats, s'inscrivent dans une quête perpétuelle de la beauté, et prouvent encore une fois, et s'il en était besoin, qu'Alain Gourdon, dit Aslan, est l'un des plus grands artistes du XXe siècle.

En bonus, un carnet, imprimé à part, et inséré avec un point de colle dans le dernier rabat, présente une vingtaine de dessins explicites, pour beaucoup complètement inédits, qu'Aslan a longtemps choisi de cacher au grand public.

Après avoir suivi l'École des Beaux-Arts de Bordeaux et de Paris, Aslan, né en 1930, commence par travailler en tant que peintre et sculpteur officiel de l'armée. Parallèlement, il illustre des livres pour enfants dans la «Bibliothèque Rose» et des affiches pour les Folies Bergères ou le Casino de Paris. De 1963 à 1981, il devient célèbre en dessinant chaque moi la pin-up de Lui. Il réalise ensuite le buste de Brigitte Bardot en Marianne pour le Musée du Louvre, qui se vendra à plus de 20 000 exemplaires. Il sculptera dès lors les bustes de nombreuses personnalités : le Général de Gaulle, Mireille Mathieu en Marianne, Alain Delon, Dalida, Georges Pompidou... Il fut nommé commandeur des arts et des lettres en 2003. Maniant aussi bien la gouache, l'aquarelle, la mine de plomb, le bois et le bronze, Aslan se définit comme un artiste «intimiste hyper-figuratif». Il vit actuellement au Canada.

 

  • Les courts extraits de livres : 28/06/2014

Des femmes des objets - Des femmes et des objets, donc.

Des femmes, bien sûr, Aslan en a modelées tout au long de sa vie avec l'intention explicite de magnifier et même de sublimer leur corps. À travers des centaines de gouaches, d'huiles, de sculptures et de mines de plomb réalisées durant soixante années, l'artiste démontre une inlassable soif de connaissance et une recherche permanente afin d'établir, et de trouver parfois, une sorte de vérité absolue. Sa quête de la chose parfaite tourne, on le sait, à l'obsession. Il semble que jamais Aslan ne se satisfasse d'une unique représentation. Qu'elle soit peaufinée en volume ou sur papier, il ne cesse de reprendre tel ou tel élément d'un modèle, telle ou telle pose pour formuler et reformuler de nouvelles compositions.

Mais explicitons mieux, pour que nos propos soient plus clairs encore : Aslan n'hésite aucunement à saisir les éléments clé d'une composition qu'il jugeait sans doute insatisfaisante, une même gestuelle, un même placement des bras ou des jambes par exemple, pour les reproduire dans des situations, des poses quasi identiques. Quasi. Car le décor n'est plus le même. Ou le visage. Ou bien les vêtements. Et cela change tout, en effet.

Dans cette perspective, ce nouvel artbook se présente davantage comme un catalogue comparatif. Dans les deux précédents, nous avions résumé la collaboration entre le créateur des pin-up à la française et le célèbre magazine Lui (voir Pin-up, tome 1), puis avions évoqué son travail d'un point de vue plus technique, ses outils tout comme son mode de production (tome 2).

Avec Femme-objet, nous vous soumettons, chers lecteurs, à l'épreuve de l'oeil. Votre oeil est important, sachez-le ! Les «filles à épingler» d'AsIan ont d'ailleurs révélé en nous des dons de voyeurisme. Pour reprendre ses propres mots : nous sommes tous des voyeurs. Et ce sont ces multiples regards, convergeant vers le fruit de son travail, qui modifient les intentions de l'artiste. En 1984, Aslan écrivait aussi que ses pin-up étaient une «atteinte aux moeurs des pharisiens, des fourbes et des faux-culs», et qu'en revanche, «elles faisaient souffler sur nos imaginations complexées un vent libertaire et salutaire.» Pas moins. De l'eau a coulé sous les ponts. De la subversion, du voyeurisme, il n'en est plus question de la même manière aujourd'hui pour ce qui concerne l'image érotique.

Certes, l'image érotique n'est pas non plus libérée et elle souffre encore de nombreuses aversions morales et religieuses qui la confinent le plus souvent dans un ghetto culturel. Mais elle se répand, elle contamine les hommes et les femmes à l'aide de supports et de médias nouveaux par rapport aux années 1980. C'est ce que nous voulions dire. L'érotisme s'inscrit désormais dans le virtuel et moins dans le fétichisme, moins dans la conservation palpable d'un magazine, ou d'un livre. Elle se lit sur écran, et s'estompe au moindre clic de souris.

Mais revenons à nos moutons, mes très chers voyeurs et, par conséquent fétichistes, puisque vous ouvrez ce livre imprimé sur papier. Nos moutons, si l'on peut dire, sont les femmes qu'AsIan met en relief depuis ses premiers nus, à l'âge de 14 ans, au mitan des années quarante. Plus que les deux précédents ouvrages que nous avons édités, Femme-objet met en perspective toute l'introspection qu'a connue cette obsession, cette quête de vérité chez l'artiste. D'un nu fort académique esquissé en 1949 (page 14) à un nu des années 2000 (page 81), un fossé les sépare, dites-vous ?... Eh bien, rien n'est moins sûr, et c'est votre oeil que nous sollicitons pour suivre le fil de cette (Révolution artistique et observer ses constantes.

D'abord, il y a l'expression du corps. Un poil exagérée, le plus souvent immobilisée - statufiée pourrait-on ajouter ! - dans un mouvement anormal mais qui, à l'inverse, s'offre à la curiosité d'un public putatif. Dès ses premières couvertures pour des romans légers, destinés aux éditions Arabesque, Styx ou Les Nymphes, Aslan campe des femmes selon des attitudes peu naturelles, sinon peu orthodoxes. On y discerne déjà un modèle au genou relevé très haut ; ou un trois quarts dos, retenu par un seul bras, avec une tête pivotant vers le spectateur dans une torsion spectaculaire ; ou plus simplement, un modèle assis en tailleur faisant face à nous ; ou encore des jeux sensuels avec les vêtements, provoquant froissures et plis, ainsi que l'excitation du même spectateur... bref, et pour ne citer que cela, toute composante qui se retrouvera plus tard combinée à d'autres nus.

C'est ce que nous appelons des constantes. Comme la femme qui introduit notre nouvelle galerie (page 9), dont les deux coudes sont levés en l'air, les mains perdues dans une abondante chevelure blonde, le pied gauche glissant sur le flanc de sa cheville droite. Elle rit goulûment alors qu'elle se tient sur un seul pied, dans une position extravagante. Et on est moins interloqué par sa nudité, ou son bronzage partiel, que par l'étrangeté de la pose qu'elle nous offre. Pourquoi diantre se frotter le mollet ainsi ? Et pourquoi, encore, hisser ses coudes aussi haut ?... (...)

Auteur : Christian Marmonnier

Illustrateur : Aslan

Date de saisie : 06/02/2014

Genre : Arts

Éditeur : la Musardine, Paris, France

Collection : Pin-up, n° 3

Pin-up, femme-objet. - YouTube

Pin-up - Femme-objet, inclus Le carnet X d'Aslan
Pin-up - Femme-objet, inclus Le carnet X d'Aslan
Pin-up - Femme-objet, inclus Le carnet X d'Aslan
Pin-up - Femme-objet, inclus Le carnet X d'Aslan

Créée en 1996, La Musardine est devenu l’éditeur de référence en matière d’érotisme. Avec une quarantaine de titres publiés chaque année, le sujet est exploré à travers tous les genres littéraires : des romans inédits, d’Esparbec à Etienne Liebig ; des textes classiques et contemporains en poche dans la collection de référence « Lectures amoureuses » ; les petits guides pratiques et indispensables de la célèbre collection « Osez » ; des sommes encyclopédiques sur des sujets de société (Érotisme et cinéma , Encyclopédie de la bande dessinée érotique) ; les essais universitaires ou pamphlétaires de « l'Attrape-corps » ; les beaux-livres des maîtres du genre, tels Dahmane ou Aslan et ses pin-up ...

Commenter cet article