Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Retour sur la révolte dans les prisons en France pendant l’hiver 1971-1972, dont l’épisode le plus important s'est déroulé dans la Maison d’arrêt de Nancy.

Retour sur la révolte dans les prisons en France pendant l’hiver 1971-1972, dont l’épisode le plus important s'est déroulé dans la Maison d’arrêt de Nancy.

Sujet sensible par excellence, la prison est depuis de longues années, source de débat et d’interrogation. S’intéresser à elle, c’est se plonger dans les entrailles de notre système judiciaire, s’immiscer dans les peurs et les fantasmes de l’opinion sur les condamnés, regarder en face ces corps qu’on jette et qu’on isole pour un temps de nos regards et de nos vies, version contemporaine des oubliettes du Moyen Âge.

Pendant l’hiver 1971-1972, certains d’entre eux sortent de l’ombre et brisent le silence. Les prisonniers luttent pour leurs droits, eux qui en sont privés. Il faut bien que la société apporte une réponse aux crimes et délits, par la répression et cette réponse c'est la privation de liberté, la sentence la plus dure pour un être humain. Alors pourquoi y ajouter le sordide, l'indignation et l'indignité ? Là est le fond du problème, et se construit le sentiment de révolte à Nancy, qui engendrera le premier procès de l'univers carcéral français, le maillon faible de la République française. Cette réputation de "patrie des droits de l'homme" dont s'enorgueillit tant ce pays, a-t-elle un sens au regard des conditions de détention qui sévissent en France ? Aux côtés des détenus et des intellectuels soutenant leurs luttes, nous tendrons l’oreille derrière les murs de ces maisons d’arrêt. Ces années-là, si c’est la justice qui condamne à la prison, elle est absente de ces murs où seul le règlement édicté par les directeurs, organise, juge et réprime.

Alors comment tout cela a-t-il éclaté ? Que s’est-il passé à Toul et à Nancy pour que des prisonniers se mutinent ? Comment et pourquoi nos prisons se sont-elles révoltées en 1972 ?

Pour en parler, nous recevrons l’avocat Henri Leclerc, défenseur de simples citoyens et des accusés les plus célèbres. Président d'honneur de la Ligue Française pour la défense des droits de l’homme, il est l’un des avocats du procès des mutins de Nancy.

1972 : les mutins de Nancy, des barricades dans nos prisons

En janvier 1972, dans la France de Georges Pompidou, aux derniers feux de la « nouvelle société » promise depuis Matignon par Jacques Chaban-Delmas, « casseurs» et « gauchistes » sont déjà hors-jeu. Mais le « front des luttes » post-68 se déplace. Les prisonniers entrent en scène, à Toul en décembre 1971 puis à Nancy, ouvrant une mise en accusation de la justice dont le témoignage du docteur Vasseur en 2000 a bien montré que l’instruction n’était pas achevée. Les historiens entreprennent aujourd’hui, sur archives et témoignages, l’exploration de ce lancinant procès. Voici un des premiers exemples de leur travail, au ras des faits et des interprétations d’époque.

 

La prison en procès - Les mutins de Nancy (1972) – Philippe ARTIERES

Vingtième siècle, Revue d'histoire, 70 - avril-juin 2001, p. 57-70

 

Début des années 70 : une série événements fait monter la tension dans les prisons françaises. En réponse au traitement inhumain que leur fait subir l’administration pénitentiaire, les prisonniers de la centrale de Ney à Toul ouvrent le bal et se mutinent au début du mois de décembre 1971. Les détenus de la maison d’arrêt de Nancy leur emboitent le pas le 15 janvier 1972 : "Au café", les mutins prennent le contrôle de la prison, située en plein centre-ville, montent sur les toits, depuis lesquels ils interpellent les badauds, communiquent leurs revendications, et résistent à l’assaut des CRS.

Dans les mois qui suivent les révoltes de Toul et de Nancy, plus d’une trentaine de mutineries vont embraser les prisons françaises, qui n’avaient jamais connu une telle vague de révoltes. Malgré la répression musclée orchestrée par le gouvernement et le discours de la grande presse qui décrédibilise systématiquement les révoltes, le tour de force des prisonniers n’est pas vain. Relayées et défendues par une élite intellectuelle engagée, dans un contexte idéologiquement tendu, ces mutineries vont poser pour la première fois les problème des conditions de détention, de la fonction de la prison et du système pénitentiaire français.

Par La rédaction - Prison, rétention, contention

 

Publiée le 19 févr. 2013

SUR LES TOITS - Hiver 1972 : mutineries dans les prisons françaises.
Documentaire - 90 minutes - HD - 16/9 Stéréo - France


Avec les mutins de la prison de Nancy, un ancien surveillant de la prison de Toul, le ténor du barreau Maître Henri Leclerc, le sociologue & philosophe Daniel Defert, et l'écrivain Serge Livrozet.

Début des années 70 : une série d'évènements fait monter la tension dans les prisons françaises. En réponse au traitement inhumain que leur fait subir l'administration pénitentiaire, les prisonniers de la centrale de Ney à Toul (Lorraine) ouvrent le bal et se mutinent au début du mois de décembre 1971. Les détenus de la maison d'arrêt Charles III à Nancy leur emboitent le pas le 15 janvier 1972 : "Au café", les mutins prennent le contrôle de la prison, située en plein centre-ville, montent sur les toits, depuis lesquels ils interpellent les badauds, communiquent leurs revendications, et résistent contre l'assaut des CRS.

Dans les mois qui suivent les révoltes de Toul et de Nancy, plus d'une trentaine de mutineries vont embraser les prisons françaises, qui n'avaient jamais connu une telle vague de révoltes. Malgré la répression musclée orchestrée par le Gouvernement et le discours de la grande presse qui décrédibilise systématiquement les révoltes, le tour de force des prisonniers n'est pas vain. Relayées et défendues en par une élite intellectuelle engagée, dans un contexte idéologiquement tendu, les mutineries des années 71/72 vont poser pour la première fois les problème des conditions de détention, de la fonction de la prison et du système pénitentiaire français.

Au cœur d'une actualité toujours brûlante autour de l'univers carcéral, d'où ressurgit l'inévitable constat d'échec de la fonction prison, le film dépoussière cette première grande période de lutte.

- SUR LES TOITS - bande-annonce - YouTube

1972 : les mutins de Nancy, des barricades dans nos prisons

La mutinerie de Nancy en janvier 1972 : Affaires sensibles ...

27 janvier 2015 - Le blog de Philippe Poisson - Overblog

La prison en procès - Les mutins de Nancy (1972) - Le blog ...

Sur les toits. Les mutins de Pangée - Le blog de Philippe ...

Commenter cet article