Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Le duel en jupons et autres duels ...

Un romantisme qui s’oppose à ce règne de l’argent et de la civilisation matérielle qui se met en place, comme le souligne l’historien Jean-Noël Jeanneney dans son livre Le Duel, une passion française. Il y écrit : " Le duel de ces temps-là n’est pas, en général, folklorique, en dépit de ce que pourrait laisser croire une opinion paresseuse. Il s’agit d’autre chose. Alors que tout l’essentiel de la vie collective paraît désormais réglé par le marché, qui, aux yeux des esprits les plus libres et les plus fiers, transforme les affects anciens en affects vulgaires, sinon méprisables, il s’agit de dire non." - Mathieu Arnal

En ce début de XXIe siècle, le duel apparaît comme une étrange et lointaine pratique. Elle fut pourtant au cœur de la vie politique et intellectuelle de la France de la Belle Époque.

Les bretteurs de la République | PHILITT

 

Le duel est une coutume d'un autre temps, son but était de régler un différend entre deux individus en réparation d’une offense ou d’un tort tout en limitant les dommages collatéraux.

Il en existe plusieurs types (au premier sang ou à mort, au commandement, au visé...) et au XIXème siècle, tout était très codifié : L'offensé choisit la date, le lieu et les armes du duel (l'épée, le pistolet et le sabre sont les armes"légales"). Il y a deux témoins pour le pistolet et quatre pour l'épée ou le sabre.

Sous la bienveillance des autorités, cette pratique devint une mode. Les gens se battaient souvent pour des futilités et il était très mal vu de refuser un duel sous peine de perdre sa réputation et de se retrouver ainsi exclu de la bonne société. Entre 1826 et 1834, il y eut en France plus de deux cents morts par duel.

En 1903, tuer un adversaire au cours d'un duel est passible de la peine de mort, entraînant ainsi plusieurs pendaisons. Ce début de XXème siècle vit donc s'éteindre les combats "d'honneur".

Defferre contre Ribière : Le dernier duel en France | L ...

1967 Epee Duel Deffere vs. Ribiere - YouTube

VIDÉO : Le duel entre René Ribière et Gaston Defferre en ...

1958 Epee Duel Lifar vs Cuevas - YouTube

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782082223409.jpg

 

Document 2008 - L'âge d'or du duel en France : Ce n'est pas l'époque des mignons de Henri III, mais le siècle du fer et de la vapeur : après la Révolution française, plus besoin d'être noble pour porter l'épée et provoquer un adversaire aussi bien né que vous. Tout le monde peut se battre, et tout le monde se bat, à l'épée, au sabre, au pistolet ; à propos d'un pied écrasé par mégarde, d'un article de journal venimeux, ou d'un adultère trop voyant.

A force de se battre, on commence à se tuer moins : le dernier duel meurtrier connu a lieu en 1903. Et puis, après la boucherie de la Grande Guerre, le duel s'étiole, même si quelques combats ont encore lieu jusque dans les années 50 - notamment celui qui opposa Defferre à Ribière, indigné d'avoir été traité d'" abruti ". Fourmillant de récits de rencontres légendaires ou méconnues, ce beau livre raconte la saga du duel sous toutes ses formes, sociales, littéraires ou politiques.

  • La revue de presse Marc Riglet - Lire, mai 2008

L'auteur prend le parti de l'exposé thématique. Au prix de quelques redites, c'est une bonne façon d'aborder ce sujet, autant historique que sociologique. Il suppose que l'on excursionne du côté de la littérature et des archives judiciaires, que l'on distingue les usages du duel selon les milieux sociaux, que l'on repère, enfin, la place occupée dans la société française par ces deux «valeurs» d'honneur et de virilité...

Grâce à Dieu, les ego dilatés et fragiles ne conduisent plus à de telles extrémités !

La mort en face : histoire du duel de la Révolution à nos jours

Auteur : François Guillet

Date de saisie : 25/04/2008

Genre : Histoire

Éditeur : Aubier, Paris, France

Collection : Collection historique

 

Bien avant les manifestations des « suffragettes » et les divers mouvements d'émancipation, certaines femmes se sont arrogées une prérogative qui était considérée à l'époque essentiellement masculine à savoir : le Duel.

Richelieu qui relate dans ses mémoires le récit d'un duel opposant deux femmes de moeurs légères la Marquise de Nesle et la Comtesse de Polignac, qui toutes deux étaient ses maîtresses. La cause de ce duel étant la jalousie.

Une rencontre eu lieu au Bois de Boulogne, la Marquise proposant le pistolet. L'issue de cette joute fut que Madame de Polignac atteignit la Marquise de Nesle au sein (fort légèrement), cette dernière faisant comprendre aux assistants par des paroles plus que sous entendues qu'elle était heureuse de verser son sang pour son amant et qu'elle espérait ainsi acquérir l'amour sans partage de ce dernier (Le Duc de Richelieu).

Le combat entre ces deux femmes célèbres fit grand bruit en son temps car il était exceptionnel. En effet, les origines du duel excluaient totalement les femmes. Il puise ses racines dans le combat judiciaire ou « Jugement de Dieu » qui était admis au Moyen-âge comme preuve juridique par les tribunaux. Mais en France les femmes ne pouvaient lutter, elles devaient se faire représenter par des « procureurs » ou « champions » qui avaient le poing coupés en cas de défaite (ceci pour qu'aucune autre femme ne se serve d'un tel maladroit par la suite pour défendre sa cause). D'après Beaumanoir, Jurisconsulte du Moyen-âge « femme ne peut combattre ».

Cette forme de preuve est interdite en France à partir du XIVème siècle, mais l'usage du duel persiste et le combat devient une façon de laver son honneur et non le révélateur d'une culpabilité quelconque.

En Scandinavie, une femme appelée par un homme à combattre était obligée de lutter. Cependant, quelques avantages étaient accordés au « sexe faible » de façon à équilibrer les chances. L'homme armé d'une massue se plaçait dans un trou creusé dans le terrain, enfoncé jusqu'à la ceinture. La femme, quant à elle était libre de ses mouvements et le dominait de toute sa taille, elle pouvait ainsi, tourner autour de lui et le frapper avec une sorte de fronde munie d'une pierre à son extrémité. Si l'homme frappait par trois fois le sol de sa massue sans l'atteindre il était considéré comme vaincu.

Il a été fait allusion plus haut à un combat de femmes relaté dans les mémoires du Duc de Richelieu au XVIIIème siècle, mais parmi les duellistes en jupons, la plus célèbre est une actrice née en 1673, La Maupin. Cette femme ayant appris l'escrime par un prévôt d'armes après avoir quitté son époux le lendemain de ses noces, puise ses ressources en donnant, avec son amant, des assauts devant le public. Tous deux par la suite montent une troupe de théâtre et la Maupin menant une vie dissolue (ayant pour amants hommes ou femmes) provoque en duel un de ses camarades, le sieur Dumesnil qui refuse de combattre avec elle. Quelques temps après, dans un bal, une querelle naît entre elle et trois cavaliers accompagnant une jeune personne à qui elle faisait des avances, elle les provoque en duel et les tue tous les trois. Elle demande alors sa grâce au Roi qui la lui accorde en déclarant que « la défense du duel n'est faite que pour les hommes ».

Le cas de la Maupin est à cette époque encore marginal, il faut attendre la société libertine et permissive de la Régence pour voir briller certaines courtisanes à la cour et sur le pré. L'enjeu est souvent un homme convoité qui déclenche la fureur des combattantes.

C'est ainsi qu'au début du XIXème siècle un combat opposa aux environs de Strasbourg, une Française et une Allemande au sujet d'un jeune peintre. Les deux antagonistes se rendent sur le pré avec des témoins de leur sexe pour vider leur querelle au pistolet. Le combat a lieu à vingt cinq pas, elles tirent et se manquent. L'allemande insiste pour continuer jusqu'à la mort, mais les témoins s'y opposent, désarment les deux femmes qui, contrairement aux traditions refusent de se réconcilier.

En 1833, à Dublin, une femme défie en duel la maîtresse de son mari et la tue d'un coup d'épée. Un procès est ouvert et un acquittement est prononcé par le jury populaire suite à la plaidoirie du défenseur qui avait insisté sur l'égalité des dangers encourue par les parties au cours de ce duel.

Toujours au XIXème siècle, dans la Gironde, deux femmes que les journaux désignaient alors par les sobriquets de « tendresses » ou « d'horizontales » se disputaient le coeur d'un jeune propriétaire de Bordeaux. La délaissée provoqua sa rivale en duel et ce qui est intéressant c'est que le procès verbal de cette rencontre paru dans le journal « Le bordelais ».

Le quatre mai 1868 à deux heures de relevée, les soussignés réunis pour examiner le différend entre Mme Marie P...dite Henriette de Saint.P ...et Mme Aimée R... ayant reconnu que tout arrangement était impossible, ont décidé qu'une rencontre aurait lieu comme suit :

Le duel aura lieu au pistolet à vingt pas, deux balles seront échangées le cinq mai à deux heures, dans la forêt de Pessac.

Les conditions ci-dessus mentionnées ont été soumises aux parties et ratifiées par elles, avec promesse de s'y conformer.

Bordeaux le 4 Mai 1868 - Les témoins de Mme de St-P. Henri de G... Paul de V... - Les témoins de Mme Aimée R. Alfred Huet - Paul B...E.

A la première balle, Henriette de Saint.P était atteinte à la hanche, aussi les témoins mirent fin au combat. La Justice exerça des poursuites contre les témoins et les combattantes qui tous furent condamnés à 15 jours de prison.

Il est à noter que les femmes ne s'opposent pas toujours entre-elles, mais que quelques fois elles provoquent en duel leurs anciens amants, ainsi au XVIIIème siècle, une demoiselle Durieux se battit en pleine rue contre son ancien amant, un dénommé ANTINOTTI. Pour la même cause, en 1828 une jeune femme et un garde du corps s'affrontent au pistolet, sans résultat.

Le duel féminin présente un caractère différent de celui des hommes. En effet, il est dicté plus par la rancoeur et la colère que par l'honneur ou le goût du jeu comme pour les hommes. La volonté de donner ou de recevoir la mort est plus flagrante, la grâce et le fair-play semblent absents la plupart du temps.

Un mot d'esprit pour clore ce sujet qui mêle la femme et l'épée, il est attribué à Voltaire :

Un courtisan regardait passer le maréchal de Saxe au bras de sa favorite du moment :


Voici l'épée du Roi

Et son fourreau, aurait ajouté l'écrivain.


Pierre LELARD
D'après JM Bruguière et G Ducrey

Le duel en jupons
Le duel en jupons

 

 

L'histoire du duel projette une lueur d'aube violente et passionnée, sur l'histoire des peuples. Pourquoi ce rite si controversé n'est-il ignoré d'aucune nation, des plus barbares aux plus civilisées ? Qu'on le déplore ou qu'on s'en félicite, c'est un fait : on s'est battu en duel de tout temps et partout dans le monde. Le duel est un invariant du litige et de la querelle.

Aujourd'hui encore cette coutume un peu oubliée fascine même si, pour beaucoup, l'honneur et la bravoure ne sont plus que des mots poussiéreux hérités d'un autre siècle. Le duel demeure synonyme de délit et de prouesse. On lave une offense et, au lieu de recourir à une justice abstraite, on risque sa vie. On ne défie pas seulement un adversaire, on brave l'Église et l'État. On affronte seul sa destinée.

Justifiable de la peine de mort, depuis Saint Louis, le duel n'a pourtant cessé d'être pratiqué, en toute impunité, jusqu'à la IIIe République. Ainsi, à l'époque d'Henri IV, cause-t-il dans le royaume plus de victimes que les guerres de religions ; sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV, ces rendez-vous de cape et d'épée font des ravages qui ont enflammé l'imagination des romanciers.

 Ce n'est plus un passe-temps réservé aux émules de la chevalerie, c'est une véritable mode qui s'empare du royaume et qui n'épargne ni les femmes ni les ecclésiastiques.

L'histoire du duel s'illustre de noms célèbres dont les exploits ont défrayé la chronique de leur temps : parmi eux, Sainte Beuve, le cardinal de Retz, Pouchkine, Wellington, Clemenceau, Jaurès ou Bismarck. Et, plus près de nous, Gaston Defferre, maître Floriot ou le marquis de Cuevas.

On compte encore un millier de duels dans le monde, chaque année. Et il est à nouveau à l'honneur dans certaines universités allemandes.

Autodidacte, encyclopédiste du bizarre, archéologue du pire, briseur de tabous, rien n’arrête Martin Monestier dans sa quête de l’inimaginable, du scandaleux et de l’occulte. Livre après livre, cet enquêteur de l’extrême pousse l’érudition des incongruités et des extravagances humaines à son comble et révèle ainsi une histoire du monde telle qu’on ne l’a jamais écrite. Ses nombreux livres, au carrefour des sciences humaines et du journalisme, sont tous des œuvres de référence, sans cesse réédités et traduits en de nombreuses langues.

 

Duels

Histoire, techniques et bizarreries du combat singulier des origines à nos jours

Martin Monestier

Le Cherche midi

Collection Documents

10 mars 2005

 

 

http://pmcdn.priceminister.com/photo/Croiser-Le-Fer---Violence-Et-Culture-De-L-epee-Dans-La-France-Moderne-Xvie-Xviiie-Siecle-Livre-894189580_ML.jpg

 

Document mars 2008 - Grâce à une étude d'ensemble du duel et de l'escrime, enracinés dans leur univers, matériel et social, cet ouvrage montre qu'entre le XVIe siècle et le XVIIe, l'épée est un « objet total » : matériel, métaphorique, civil, militaire, civil, ludique, courtois, meurtrier. Mais surtout, au travers du paradigme de l'épée s'esquisse une histoire nouvelle de la violence irréductible durant la période moderne, violence élitaire et constitutive d'une identité sociale des groupes dominants, d'autant plus inquiétante que les duels nobles préparent les rencontres bourgeoises du XIXe siècle. Quatre cents ans seront nécessaires pour ramener à la raison les jeunes hommes violents ...

Croiser le fer ; violence et culture de l'épée dans la France moderne du XVIe au XVIIIe siecles

Contributeur : Drévillon, Hervé 1963-.... (Auteur)  
Serna, Pierre 1963-.... (Auteur)  
Éditeur : Champ Vallon  
Lieu de publication : Seyssel  
Date de publication : impr. 2002  
Collection : Époques  
ISBN : 2-87673-352-8
 

 

HISTOIRE DES DUELS ANCIENS ET MODERNES

Auteurs : FOUGEROUX DE CAMPIGNEULLES

Français -15 x 21 cm- 350 pages

Éditions FUTUR LUXE NOCTURNE

REPRINT

ISBN : 978-2-36248-021-8

Broché

22 euros

 

 

6.png

 

 

 

Le livre le plus recherché sur l’histoire des duels ; les sujets abordés sont la technique des armes, les règles, les législations et naturellement l’histoire des duels célèbres.

 

Première réédition abrégée de l’édition de 1835

Parution : NOVEMBRE 2011

Commenter cet article