Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Alors que dans le Saint-Empire elle constituait le supplice des meurtriers, en France sous l’Ancien Régime, la décapitation était le châtiment réservé aux nobles, comme le soulignait l’adage si souvent cité : « En crimes qui méritent la mort, le vilain sera pendu et le noble décapité » (Loisel). Elle suscitait la plus grande attention des spectateurs et demandait de l’exécuteur, peu expérimenté en raison de la rareté des condamnations, la plus grande précision. En France, la décapitation s’effectuait à l’épée, le condamné se tenant à genoux sur l’échafaud. En Angleterre elle s’effectuait à la hache, la tête du condamné posée sur un billot.

Adversaires déclarés du cardinal de Richelieu, Cinq-Mars et de Thou furent décapités à Lyon en 1642 pour avoir conspiré avec les Espagnols. L’édition de 1665 des Histoires tragiques de François de Rosset ajoute le récit du supplice des deux complices.

Source : Supplice de Cinq-Mars et de Thou à Paris (1642), gravure de Casper Luyken, XVIIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Pf6, tome IX, R 10041.

 

Photo de Albert Kohen.

Commenter cet article