Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Le 27 octobre 1927, Léon Besnard meurt dans son appartement de Loudun, dans la Vienne, après une violente crise de vomissements. Mme Pintou, la postière, présente lors de sa mort est formelle, il a accusé Marie, sa femme, de l'avoir empoisonné. L'enquête conclut à un non-lieu, mais en 1948, le dossier est rouvert et le corps de Léon exhumé et analysé.

Muriel Robin interprète avec conviction ce personnage trouble. Le scénario, bien construit, rend l'intrigue captivante.

Diffusion TV : lundi 31 à 20:45 sur

 

Le film de Christian Faure diffusé sur TF1 retrace en deux épisodes l'une des plus grandes énigmes du XXe siècle. -
Le film de Christian Faure diffusé sur TF1 retrace en deux épisodes l'une des plus grandes énigmes du XXe siècle. -
 

Le film de Christian Faure  retrace en deux épisodes l'une des plus grandes énigmes du XXe siècle. -

Une notable fut, après-guerre, accusée d'avoir assassiné son mari et onze autres personnes de son entourage, suite à des rumeurs qui firent d'elle "l'empoisonneuse du siècle". Marie Besnard n'avoua jamais ces assassinats à l'arsenic. Elle finit par être acquittée après plus de dix années de procès et d'expertises et emporta son secret dans la tombe...

 

La BA de Marie Besnard, l'empoisonneuse... - TF1 Replay

Télécharger Marie Besnard L'empoisonneuse - Liberty land

Vidéo La B.A. de Marie Besnard, l'empoisonneuse ... - Wat.tve Besnard, l'empoisonneuse ... - Wat.tv

Marie Besnard, l'empoisonneuse (Direct 8) Bande-annonce ...

Serge Rahoerson - Marie Besnard (avec Muriel Robin sur ...

Arrestation de Marie BESNARD - YouTube

 

Muriel Robin grandit auprès de ses deux soeurs Martine et Nidia dans le magasin de chaussures de leurs parents. Elle passe toute son enfance à St Etienne où ses parents déménagent en 1960. Son rêve est de devenir chanteuse mais après avoir échoué deux fois au baccalauréat elle décide d'arrêter les études et de travailler dans un magasin de ses parents à St Etienne en 1975. Cependant elle les quitte en 1977 et rejoint Paris pour intégrer le Cours Florent. Reçue première au concours d'entrée du... Lire la suite

http://www.favreaucivilise.com/img/jfc00001954.jpg

 

L’affaire Marie Besnard est revenue dans l’actualité avec la diffusion par TF1 d’un téléfilm, dont le titre, « Marie Besnard, l’empoisonneuse », est pour le moins surprenant, s’agissant d’un personnage réel et non de fiction, acquitté à la suite de trois procès. En décembre 2000, notre revueScience et pseudo-sciences publiait un article dans lequel l’auteur soulignait la prégnance à Loudun de l’histoire des possédées et rappelait les épisodes de l’affaire, ainsi que quelques principes de chimie et de droit. Voici cet article.

 

Il y a 50 ans débutait le premier procès de Marie Besnard, accusée d’avoir empoisonné à l’arsenic onze personnes. Trois procès en tout qui ont passionné la France de 1949 à 1961. Si Marie Besnard n’avait pas résidé à Loudun, la ville des possédées, il n’y aurait sans doute jamais eu d’affaire Marie Besnard.

Loudun est une ville de 7800 habitants située à l’extrémité Est du Poitou et aux limites de 1a Touraine et de l’Anjou. En 1948, Loudun sortait des périodes de collaboration. A cette époque, on a beaucoup jasé et la délation était courante parmi certains clans. Celui qui avait survécu et s’était un peu enrichi était vite soupçonné d’être responsable de tous les maux. C’était le début de la guerre froide, relançant la lutte contre le communisme et l’athéisme et renforçant ainsi le traditionalisme dans des bastions catholiques comme Loudun...


Pour en savoir plus

L’affaire Marie Besnard

Arsenic, rumeurs et expertises judiciaires

par Élie Volf - SPS n° 245, décembre 2000

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article626

http://www.decitre.fr/gi/70/9782708953970FS.gif

 

Document 1999 - L'affaire Marie Besnard : une femme accusée de treize empoisonnements et menacée de la peine capitale.


Surtout, deux accusateurs détraqués, un expert incompétent, un refus de contre-expertise par un juge d'instruction trop jeune ! Pour les contrer, des hommes de science, venus en volontaire, infatigables, des défenseurs inlassables, la conscience et la persévérance des magistrats, le courage des jurés... Voilà le tissu de cet énorme combat judiciaire. La toxicologie, qui n'avait pas fait un pas depuis plus d'un siècle, doit à ce procès des progrès immenses et le Code de procédure pénale, des réformes salutaires.

Marie Besnard, le procès du siècle

Jacqueline Favreau-Colombier

Broché

Paru le : 12/05/1999

Éditeur : Privat

 Marie Besnard, l’empoisonneuse ...

 

Document 2006 - Durant les douze années de procédure. On a beaucoup écrit sur son innocence ou sa culpabilité supposée, mais qui, un seul instant, a pris la peine d'imaginer que derrière l'accusée Marie Besnard se trouvait un «être humain» ? Marie Besnard n'est ni «l'Empoisonneuse de Loudun», ni la «Bonne dame de Loudun», mais une femme du peuple, issue de la paysannerie poitevine, qui a connu la vie rude des travaux des champs et s'est trouvée confrontée à une hostilité générale. A travers cette biographie, Madeleine Leveau-Fernandez retrace les émotions, les bonheurs, les douleurs qui ont constitué cette vie.

Marie Besnard est-elle coupable ou innocente ? Madeleine Leveau-Fernandez ne répond pas directement à cette question, même si sa sympathie pour le personnage ne peut échapper au lecteur.

Au-delà de l'affaire, ce sont les sentiments d'une femme, ses espoirs et ses doutes, que l'auteur retrace en cherchant à être au plus près de la réalité. Les experts n'ont pas réussi à se mettre d'accord pour déterminer son innocence ou sa culpabilité. C'est peut-être en essayant de faire revivre la femme réelle, dissimulée derrière le visage impassible qu'ont saisi les photographes, que Madeleine Leveau-Fernandez suggère une réponse.

Madeleine Leveau-Fernandez a écrit une biographie d'Helena Rubinstein (Flammarion, 2003) ; un roman Amélie Elie, dite Casque d'or, (Calmann-Lévy, 1999) ; un essai La Zone et les Fortifs, (Le Temps des Cerises, 2005).

 

  • Les courts extraits de livres : 24/10/2006

 

Puis, Emile Combes s'en prend aux établissements d'enseignement des congrégations non autorisées. Deux mille cinq cents éta­blissements scolaires sont ainsi fermés, provoquant parfois des inci­dents sérieux. Finalement, Combes fait interdire le droit d'ensei­gnement à toute congrégation, même autorisée. Tous les établisse­ments à caractère religieux doivent disparaître. A Angles, les reli­gieuses sont chassées et le couvent ferme. Marie doit attendre plu­sieurs mois avant que ses parents n'obtiennent une place à l'école laïque de Saint-Pierre-de-Maillé. Elle a dix ans.

Durant deux années, elle étudie. Elle ne déteste pas les études, mais son esprit vagabonde souvent et la ramène vers la maison... Bien que Marie s'efforce de répondre à l'institutrice, elle ne peut s'empêcher de rêvasser : «tiens, c'est l'heure de porter le casse-croûte aux champs» ; ou bien, «on va commencer la pâtée des poules» ; ou encore, «c'est l'heure de ramener les moutons» songe-t-elle. L'école l'intéresse, mais elle préfère la vie de la ferme car elle sent que son destin sera là. Dès les premiers jours de vacances, elle retrouve la bergerie, le poulailler, voire la cuisine. C'est là son vrai savoir. C'est là qu'elle est heureuse.

Marie vient d'avoir douze ans lorsqu'une fièvre typhoïde l'écarte de l'école. Sa scolarité n'est pas terminée, elle n'a pas son certificat d'études et possède mal l'orthographe. Pourtant, elle ne reprendra pas les cours après sa guérison. Le médecin de famille conseille à ses parents de ne pas trop lui fatiguer la tête et Pierre et Marie-Louise décident qu'effectivement les livres ne valent rien à leur fille. Ils pensent que leur tour est venu de prendre son éducation en main et d'en faire une femme.

Marie est alors une petite fille de douze ans plutôt malingre mais c'est avec une grande joie qu'elle se met aux travaux agricoles aux côtés de ses parents. Elle a la responsabilité des moutons, un troupeau d'une cinquantaine de têtes, et passe une grande partie de la journée à la pâture avec ses bêtes. Ce travail n'est pas harassant et lui permet de s'occuper des poules et des lapins lorsqu'elle rentre.

Bien qu'il ne possède pas l'argent nécessaire, Pierre Davaillaud agrandit le domaine familial en faisant l'acquisition de plusieurs «refermis» qui augmentent son avoir de quelques hectares. Commence alors une vie de labeur, de dettes et de calcul...

Marie Besnard : l'honneur d'une femme

Auteur : Madeleine Leveau-Fernandez

Date de saisie : 2006

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Éditeur : Temps des cerises, Pantin, France

 

Marie Besnard, surnommée la "Bonne dame de Loudum", est soupçonnée d'être une tueuse en série. Elle aurait empoisonnées 12 personnes dont son propre mari. Cette affaire mobilisa la France entière pendant toute une décennie.

L'Affaire Marie Besnard - film 1986 - AlloCiné

 

Comédienne de cinéma, de théâtre, de télévision et de radio, Alice Sapritch fait partie des actrices appréciée dont la gloire arriva assez tardivement. Dotée d'une personnalité passionnée, mystérieuse et tout du moins « exhibitionniste », elle est l'une des très rares «divas» du cinéma français, voire du cinéma européen du 20ème siècle. Elle fait partie de ces rares personnes que l'on aime ou que l'on déteste, mais qui ne laissent jamais indifférent.

D'origine turque, Alice Sapritch passe son enfance à Istanbul. Les dettes de jeu de son père entraînent sa famille dans de graves difficultés financières, ce qui marquera la jeune femme à jamais. Alice quitte la Turquie avec sa famille à l’âge de treize ans et poursuit ses études à Bruxelles avant de gagner seule Paris. Décidée à devenir comédienne, elle s’inscrit au cours Simon, puis entre au Conservatoire en suivant l’enseignement de Béatrix Dussane. Ses débuts sur scène ont lieu dans Hamlet, où elle interprète la reine Gertrude. Dotée d’un visage et d’une personnalité inhabituels, elle traverse des périodes difficiles et ne parvient à s’imposer qu’à force de patience et de travail acharné. Pendant la guerre, Alice fréquente beaucoup Saint-Germain-des-Prés et rencontre Guillaume Hanoteau, qui partagera sa vie durant vingt-cinq ans.

Elle débute au cinéma au début des années 50, souvent confinée dans des petits rôles, elle ne rencontre guère de succès à l’écran, jusqu'en 1959, grâce à la télévision, où elle joue dans A chacun sa vérité de Luigi Pirandello. Remarquée pour son interprétation de Mme Frola, la comédienne commence à intéresser les producteurs et les réalisateurs de télévision à la recherche de visages nouveaux. C'est l'année suivante qu'elle fera ses premiers pas au cinéma, avec une très brève apparition dans Tirez sur le pianiste de François Truffaut.

Sa forte personnalité marque chacune des héroïnes qu’elle interprète pour le petit écran avec autorité et énergie, notamment dans Les Bostoniennes, Tous ceux qui tombent, Cousine Bette, La Boniface, Alice au pays des merveilles, Vipère au poing (où elle incarne l’inoubliable Folcoche), La Pharisienne, Une mère russe, Le Cri de la chouette ou encore L’Affaire Marie Besnard et Catherine de Médicis. En 1981, parallèlement à sa carrière, elle enregistre un disque, écrit ses mémoires et un roman, Un amour menacé.

Au cinéma, elle campe une redoutable Frochard dans Les Deux orphelines avant que Serge Korber et surtout Gérard Oury n’exploitent ses dons comiques jusque là insoupçonnés. Devenue très populaire grâce à son rôle de duègne se livrant à un mémorable strip-tease dans La Folie des grandeurs, Alice se façonne, à la ville, un personnage très médiatique de farfelue hautaine, caricaturé à l’excès par ses imitateurs. A de rares exceptions près ( Les Guichets du Louvre, Les Soeurs Brontë, Un bon petit diable…), elle ne rencontre pas de rôles à sa mesure au cinéma et en est réduite à se parodier elle-même dans de médiocres productions.

Affaiblie par une longue maladie, souffrant depuis plusieurs mois de problèmes respiratoires, elle décède le 24 mars 1990, d'une crise cardiaque, dans son domicile de Saint-Germain-des-Prés, un quartier auquel elle resta fidèle toute sa vie.

 

Alice Sapritch : " Inoubliable Catherine de Médicis " - Le ...

Alice Sapritch : Sa scène de strip-tease devant Yves ...
.

 

L'Affaire Marie Besnard est un film de Yves-André Hubert avec Alice Sapritch, Paul Barge -
L'Affaire Marie Besnard est un film de Yves-André Hubert avec Alice Sapritch, Paul Barge -
L'Affaire Marie Besnard est un film de Yves-André Hubert avec Alice Sapritch, Paul Barge -

L'Affaire Marie Besnard est un film de Yves-André Hubert avec Alice Sapritch, Paul Barge -

Commenter cet article