Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

 Édition : GRASSET (9 février 1994) -

Édition : GRASSET (9 février 1994) -

Georges Mandel (1885-1944), le plus proche collaborateur de Clemenceau, plusieurs fois ministre, fut un des grands symboles de la République. Sa fin tragique - il fut fusillé en forêt de Fontainebleau par la milice... - donna encore plus de relief à une existence qui n'en manquait guère. Cet homme était habile et courageux ; il fut insulté comme personne et se battit avec obstination pour que la vie parlementaire et le service public soient aussi exemplaires qu'il était possible dans le contexte tumultueux de la Troisième République. A travers cette biographie, Nicolas Sarkozy a voulu rendre hommage à un homme politique largement méconnu et dont le destin fut toujours, pour lui, un exemple et une source d'inspiration. - Note de l'éditeur -
(date de publication : février 1994)

 

«Ce qu'il y a d'effarant dans le livre de Sarkozy»

(mise à jour : )

 

«Il y a le plagiat, la bourde, et le plagiat de la bourde. Ou le mimétisme... Mais pas seulement» juge Adrien le Bihan, auteur de la Fourberie de Clisthène procès du biographe élyséen de Georges Mandel. L’écrivain analyse, pour la première fois, la biographie de Mandel écrite par Nicolas Sarkozy, lorsqu’il était ministre du budget en 1994. Il relève plusieurs erreurs historiques et «l’effacement troublant» par Sarkozy des contacts du général de Gaulle avec Mandel.

Voir aussi les bonnes feuilles de la Fourberie de Clisthène.

Le Contre-journal (Karl Laske). Vous venez de publier La Fourberie de Clisthène, procès du biographe élyséen de Georges Mandel, pour être clair vous parlez de «Georges Mandel, le moine de la politique» écrit par Nicolas Sarkozy, pourquoi la fourberie de Clisthène?

Adrien Le Bihan: Parce qu’il m’a semblé que ce livre était fourbe. Pour aller au point qui m’a retenu le plus longtemps, Sarkozy en écrivant cette biographie se débarrasse du Général de Gaulle, or comme nous savons que de loin, et très indirectement, il lui doit quand même beaucoup, cela m’a paru une fourberie.

Pourquoi Clisthène?

A. Le Bihan. J’ai découvert ce personnage dans Le trait empoisonné, où Pierre Vidal-Naquet répond à Thierry Wolton qui répandait la rumeur que Jean Moulin avait été un agent soviétique. Vidal-Naquet en vient à évoquer les processus d’héroïsation et d’anti-héroïsation des personnages dans l’antiquité. Il rapporte qu’un Clisthène, grand père du réformateur athénien du même nom, avait voulu  chasser de sa cité les reliques d’un personnage qui lui déplaisait. La Pythie le lui interdisant, il leur juxtaposa les reliques d’un autre. Je me suis dit : tiens c’est comme Sarkozy dans sa biographie de Mandel, il n’attaque jamais De Gaulle, mais simplement, il ne le mentionne quasiment jamais, du moins à partir de l’Occupation, il le fait passer à la trappe et tous les hommages sont dirigés vers un autre personnage qui est Mandel.

La présentation de votre livre signale: «Un ouvrage se rappelle à votre attention quand son auteur, se flattant d’incarner le héros qu’il a dépeint, est élu président de la République. Intrigué, vous interrogez cette similitude, à vrai dire bien floue, et mettez à jour les bourdes du biographe, ses omissions symptomatiques, certaines affinités incompatibles avec les vôtres.» Alors les bourdes, les omissions symptomatiques, c’est aussi parce qu’il y a plagiat, ou des éléments de plagiat...

A. Le Bihan. Je n’accuse pas Sarkozy de plagiat, parce qu’on ne sait pas à quoi cela pourrait mener. Mais, sans être historien, seulement pamphlétaire occasionnel, je constate beaucoup de coïncidences troublantes entre le bouquin qu’il a écrit et l’ouvrage de Bertrand Favreau Georges Mandel, un clémenciste en Gironde, paru en 1969. Avec d’autres livres aussi. Alors, coïncidences, mimétisme, plagiat : le lecteur a l’embarras du choix.

Le Contre-Journal (k.l.). Pour être tout à fait transparent, j’ai comme journaliste publié deux articles sur le plagiat de Nicolas Sarkozy, et sur ses emprunts au livre de Favreau, un dans L’Événement du jeudi, et par la suite dans un livre publié par le collectif Victor Noir, mais vous citez vous aussi un certain nombre d’emprunts et l’on voit que Nicolas Sarkozy emprunte les erreurs, les fautes, de Favreau, ce qui est le propre du plagiat pris en flagrant délit.

A. Le Bihan. Oui. Il y a l’exemple du journaliste Georges Pioch, qui était mentionné par Favreau comme écrivant dans Les Hommes de bonne volonté alors qu’il s’agissait des Hommes du jour. Or, l’on retrouve, dans le Sarkozy, Georges Pioch écrivant dans Les Hommes de bonne volonté. Ce qui nous apprend que, s’il ne connait pas Jules Romains, il est très familier du livre de Bertrand Favreau. Il y a le plagiat, il y a la bourde, et le plagiat de la bourde. Ou le mimétisme... L’autre énormité c’est l’appel de Casablanca. Nous sommes en juin 1940. De Gaulle s’est envolé pour Londres le 17 et, comme chacun sait, il a lancé le lendemain son célèbre appel. Quelques jours plus tard, le paquebot Massilia part de Bordeaux, plus exactement du Verdon, emmenant des parlementaires vers le Maroc. Une trentaine seulement. Mandel, qui est tombé dans ce piège, est du voyage. Au Maroc, la Résidence générale leur interdit toute action et tout contact avec les émissaires de Churchill. Mandel se rend à l’agence Havas de Casablanca. Selon Sarkozy, c’est pour annoncer qu’il a pris le pouvoir avec l’accord des Britanniques et que l’armée coloniale et la flotte poursuivront la guerre à ses côtés jusqu’à la victoire ; mais l’annonce n’est pas diffusée et Mandel est arrêté. Un tel appel à la résistance lancé par Mandel depuis Casablanca une semaine jour pour jour après celui du 18 Juin : Sarkozy trouve ce scoop extraordinaire. En réalité, ce qui stupéfie, c’est l’apparition d’une telle bourde dans un ouvrage de 1994. Quand on cherche à savoir d’où elle provient, on s’aperçoit qu’il s’agit d’une étourderie de Bertrand Favreau, en 1969, que lui-même a rectifiée dans sa belle étude Georges Mandel ou la passion de la République, parue en 1996. Le prétendu appel de Casablanca était une invention destinée par Vichy à confondre Mandel. Plus stupéfiant encore : pour tous les auteurs sérieux qui ont examiné la question avant Sarkozy, si l’on excepte le premier Favreau, dont il s’inspire si vous me permettez cet euphémisme, c’est que nous avons affaire à un faux.

Il n’aura utilisé qu’un seul livre...

A. Le Bihan. Non justement. L’écrivain Sarkozy est incohérent. Outre qu’il ne veut pas entendre parler de l’excellente étude sur Mandel par l’historien américain John Sherwood, il prend dans les ouvrages qu’il consulte ce qui lui convient. Nous disposons, sur l’équipée du Massilia, d’un livre très bien documenté de Christiane Rimbaud. Pour exposer les déconvenues de Mandel au Maroc, Sarkozy se réfère au livre de Christiane Rimbaud, et uniquement à ce livre là. Quatre ou cinq notes de bas de pages. Soudain, il cesse de nous y renvoyer. C’est alors qu’il s’extasie de l’appel de Casablanca. Or, Christiane Rimbaud expose clairement que cet appel n’est qu’une grossière invention. Que s’est-il passé dans l’esprit de Sarkozy? À un certain moment de sa lecture de Rimbaud, tout à coup il n’a plus vu ce qu’il lisait? Ou bien il s’est dit, c’est elle qui se trompe, mais à ce compte-là, beaucoup de gens se seraient trompés sauf lui. Il serait intéressant de savoir si, dans cette affaire, il préfère accorder crédit au collaborationniste Jacques Benoist-Méchin.

Vous faites souvent œuvre d’enquêteur littéraire, et vous avez remarqué un travail d’effacement de De Gaulle dans le livre de Sarkozy.

A. Le Bihan. Oui, la manière dont de Gaulle est effacé dans son livre est inquiétante. Je veux dire : de Gaulle dans ses rapports avec Mandel. Par exemple, en 1942, Mandel au fort du Portalet reçoit de Londres, par l’intermédiaire d’un résistant, un message de De Gaulle qui cherche alors à entrer en contact avec des personnalités emprisonnées susceptibles de se joindre à lui. Mandel lui répond de sa prison une lettre magnifique. On s’attendrait à la trouver dans le livre de Sarkozy, elle n’y est pas. Or, trois ans avant Sarkozy, Jean-Noël Jeanneney a publié un essai, excellent celui-là, sur Georges Mandel, l’homme qu’on attendait. Jeanneney y rend hommage à ce qu’il appelle une belle lettre d’admiration et d’allégeance. Elle figure dans les Mémoires de guerre de De Gaulle. Comment se fait-il que Sarkozy ne semble connaître ces Mémoires que par l’intermédiaire de Jean Lacouture, alors qu’il cite Salan correctement. 

Vous expliquez que vous vous êtes intéressé au livre de Sarkozy en l’entendant évoquer Mandel en janvier 2007, lors d’un meeting. Sarkozy a proposé à ses supporters une forme d’identification à son héros.

A. Le Bihan. J’ai appris ça par la radio. C’est ce qui m’a incité à écrire ma Fourberie de Clisthène. La biographie de Mandel par Sarkozy remontait à 1994. Mais puisqu’il en rappelait l’existence pour vanter ses qualités de futur président, il fallait que je l’examine, au moins pour découvrir en quoi il souhaitait ressembler à Mandel. Je ne m’attendais pas à un ouvrage aussi désastreux.

Voilà ce que dit Nicolas Sarkozy dans le discours en question. «J’ai changé quand j’ai rencontré Mandel, ce grand Français. J’avais voulu écrire sa vie pour réparer une injustice, pour changer le regard des autres sur cette destinée tragique. C’est mon regard sur la politique qui s’en est trouvé transformé».

A. Le Bihan. Ce discours m’a autorisé à indiquer que je faisais le procès du biographe élyséen de Georges Mandel, puisque c’est pour accéder à l’Elysée qu’il se réclamait de lui.

Dans ce portrait qu’il fait de Mandel est-ce qu’on peut trouver quelque chose qui nous parle de sa vision de la politique et de sa propre psychologie?

A. Le Bihan. Dans les passages de Mandel aux ministères des PTT ou des Colonies, il a des façons de procéder qui annoncent celles de Sarkozy. Un peu rudes. Expéditives. Et comme lui, bien qu’il se donne Plutarque en exemple, il écrit mal.

Vous concluez assez sévèrement, puisque vous suggérez à Nicolas Sarkozy de renoncer à toute réédition de son livre.

A. Le Bihan. Alors que j’envisageais de faire paraitre ma Fourberie de Clisthène, j’ai appris que les éditions Grasset allaient rééditer Georges Mandel, le moine de la politique. Je me suis dit: Sarkozy va peut-être corriger quelques-unes de ses bourdes, attendons. Le Sarkozy était annoncé pour janvier. Janvier arrive : point de moine. J’interroge les éditions Grasset qui me répondent : M. Sarkozy a décidé de remanier son œuvre. J’ai donc sans plus attendre fait imprimer mon petit pamphlet, en suggérant à l’auteur dont je m’occupe ou bien de remanier sérieusement sa biographie ou bien de s’abstenir d’en encombrer les vitrines.»

 

Adrien Le Bihan, La Fourberie de Clisthène. Procès du biographe élyséen de Georges Mandel, éditions Cherche-bruit, 10€.

(19 rue de Dantzig, boîte 141, 75015 Paris – courriel : cherche-bruit@wanadoo.fr)
Ce livre est également en vente à Paris dans les librairies : Gallimard (15 boulevard Raspail 75006), Jean Touzot (38 rue Saint-Sulpice 75006), La Hune (170 boulevard Saint-Germain  75006), Librairie de Paris (7 place de Clichy 75017).

Sous la plume de Nicolas : Georges Mandel, le moine de la politique

Commenter cet article