Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Etudier, soigner et former, offrir aux populations rencontrées les avancées de la science et de la médecine. Tel fut l'engagement de cette femme avant-gardiste entre 1895 à 1899. Son journal de voyage est à la fois un document d'histoire, un récit ethnographique mais aussi un témoignage d'une étonnante actualité en matière de politique et de santé publique.

 

Aurélie Luneau et Juliette Roudet, Anne-Marie Moulin

et Claire Fredj Catherine Donné © Radio France

 

Elle s'appelait Dorothée Chellier, son nom a été oublié... au fil du temps qui passe et qui fait son oeuvre dans ce grand tri de l'Histoire. Mais grâce au travail de l'historienne de l'Algérie coloniale Claire Fredj, elle retrouve aujourd'hui sa place parmi les acteurs engagés pour la santé des femmes et des enfants.

Née le 18 février 1860 à Alger, Dorothée Chellier fut la première femme médecin de l'Algérie coloniale. Volontaire, bénéficiant d'une bonne connaissance des moeurs, elle se vit confier quatre missions sur la santé des femmes "indigènes" que le colonisateur avait bien du mal à approcher... 

Sous forme d'un journal de voyage, elle nous livre le résultat de ses études et de ses préconisations, et nous plonge dans l'histoire intime de ses femmes, des coutumes aux pratiques obstétriques étonnantes ! Elle nous révèle aussi son propre caractère de femme médecin qui n'hésite pas à s'opposer aux autorités coloniales, pour le bien de celles qu'elles rencontrent et qui lui font confiance.

Beau témoignage exhumé des archives et qui nous interpelle aussi sur son actualité en matière de politique de santé publique dans les pays en voie de développement.

Emission en direct, avec Claire Fredj, historienne et maître de Conférences à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense, membre du laboratoire IDHES (Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société et associée à l’IMAF (Institut des Mondes Africains) et Anne Moulin, philosophe et médecin, historienne de la médecine, spécialiste  du monde arabe et musulman. Depuis novembre 2013, elle est Présidente du comité consultatif de déontologie et d’éthique de l’Institut de Recherche  pour le Développement

Dorothée Chellier, première femme médecin de l'Algérie ...

Dorothée Chellier, première femme médecin de l'Algérie coloniale

"Une pionnière : la première femme médecin de l'Algérie coloniale"

 

De 1895 à 1899, Dorothée Chellier, première femme médecin de l'Algérie coloniale, se voit confier par le gouverneur général d'Algérie quatre missions sur la santé des femmes «indigènes» et les moyens de l'améliorer. Ses rapports de missions, nourris d'observations cliniques et de préconisations sanitaires, sont aussi un passionnant journal de voyage, riche de descriptions. De village en village, elle observe et soigne, sachant composer avec les coutumes et les résistances des femmes à s'en remettre à la tebiba – elle trace, en particulier, un tableau d'une saisissante crudité des pratiques d'obstétrique traditionnelles. Dans une politique coloniale qui compte sur la médecine pour l'acculturation des «indigènes», elle sait se montrer combative face aux autorités coloniales, et certaines de ses propositions seront reprises en Algérie, au Maroc, et au-delà. Dorothée Chellier témoigne sans bruit de l'évolution (lente) de la situation des femmes, d'une manière de penser leur éducation. À la lire aujourd'hui, on ne peut oublier que son engagement pour la santé des femmes et des enfants demeure un des grands axes des politiques de santé publique dans les pays en développement. On mesure alors quelle discrète pionnière elle fut à bien des égards.

 

Claire Fredj, historienne, est maître de conférences à l'Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense et membre du Centre d'histoire sociale de l'Islam méditerranéen à l'EHESS. Ses travaux et publications portent sur l'histoire sociale de la médecine et des professions médicales, plus spécialement dans l'Algérie coloniale et le milieu méditerranéen. Anne Marie Moulin, philosophe et médecin, est une des grandes historiennes de la médecine, spécialiste du monde arabe et musulman où elle a vécu et travaillé. Elle est depuis novembre 2013 Présidente du comité consultatif de déontologie et d'éthique de l'Institut de Recherche pour le Développement.

Encadrer la naissance dans l'Algérie coloniale. Personnels ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article