Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Le 15 mai 1941, les gendarmes français procèdent à l’enregistrement des internés à Pithiviers. Il est peu probable que la photographie soit prise par un interné arrivé la veille car les appareils photos ont vraisemblablement été confisqués. L’origine de ce cliché est inconnue. Il a été remis à Serge Klarsfeld par un interné. © Serge Klarsfeld / Cercil.-

Le 15 mai 1941, les gendarmes français procèdent à l’enregistrement des internés à Pithiviers. Il est peu probable que la photographie soit prise par un interné arrivé la veille car les appareils photos ont vraisemblablement été confisqués. L’origine de ce cliché est inconnue. Il a été remis à Serge Klarsfeld par un interné. © Serge Klarsfeld / Cercil.-

Archive du blog : À partir du 14 mai 1941, date de la convocation "pour examen de leur situation", dite du "billet vert" qui a expédié plus de 3 700 juifs dans les camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers (Loiret) avant leur déportation à Auschwitz, l’occupant allemand, loin de se cacher, n’a cessé de photographier les camps d’internement en France pour les diffuser dans toute l’Europe, impliquant largement la police et la gendarmerie françaises.

Ces reportages, que la presse comme Le Matin diffusera en une de ses éditions du printemps 1941 en recadrant les clichés, sont minutieusement orchestrés par les services de propagande de l’occupant.

Les photographes et rédacteurs des compagnies de propagande dépendant directement du ministère de Goebbels doivent scrupuleusement suivre la ligne imposée. En cas contraire, ils risquent d’être envoyés sur le front de l’Est.

Quelle(s) représentation(s) des camps d’internement en France les services de propagande officiels de l’occupant organisent-ils ? Pourquoi ces reportages photographiques ? Quelle volonté ?

Le Cercil Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv d’Orléans – par cette exposition – propose un regard acéré sur les images diffusées dans l’opinion publique sur ces camps, antichambre d’Auschwitz.. Parmi les 18 000 juifs internés à Beaune-la-Rolande et Pithiviers, rares sont les survivants.

Exposition présentée par le Centre Régional "Résistance & Liberté".

Voir le dossier de presse

Pithiviers, l'enregistrement des internés par les gendarmes. Collection Musée de la Résistance Nationale – Champigny-sur-Marne

Pithiviers, l'enregistrement des internés par les gendarmes. Collection Musée de la Résistance Nationale – Champigny-sur-Marne

Commenter cet article