Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

 

« Les Oubliées de St François est un roman policier en partie autobiographique. Il s’inspire en outre d’une véritable expérience neuroscientifique de 1959.

Je souhaitais sensibiliser un large public à la maladie d’Alzheimer sans pour autant n’écrire que sur le sujet, au risque de « rebuter » une partie du lectorat.

Cette intrigue, où le beau, parfois, s’enlaidit et où le laid semble s’embellir, révèle une plume à la noirceur poétique.

Ce roman à une classification atypique il entremêle une intrigue policière et une expérience biologique de 1959, réalisées par un chercheur en biologie nommé James McConnell, au sein même d’une unité Alzheimer. Au-delà de l’intrigue qui nous entraîne sur les sentiers d’un thriller, j’ai voulu exprimer la détresse et l’incompréhension qui isolent les malades et leur famille dans ce long et douloureux combat contre la maladie. »

SYNOPSIS : Une résidence isolée au cœur des Alpes où l’on accompagne paisiblement la vie jusqu’à sa fin.

Un matin, tout bascule.

Le médecin légiste, Harmony Delange, atteinte d’hyperosmie, est appelé au sein de l’institut. Elle y découvre, dans la chambre attenante à celle de sa mère, le corps atrocement mutilé d’une religieuse. Pour elle, tout indique que l’assassin ne s’arrêtera pas là.

Son odorat aiguisé contribuera-t-il à résoudre cette enquête, ou sera-t-il leurré par la présence troublante de cet inspecteur aux manières singulières?

Entre émotions, poésie et noirceur ce thriller joue sur nos peurs les plus profondes et nous plonge dans les ténèbres d’un des plus grands maux de notre siècle.

Éditeur : Les Editions des Mots Qui Trottent

 

Née en Haute-Savoie, après avoir étudié dans une école d’art Lyonnaise, Lecia Caris s’envole pour Paris. Elle parcourt le monde entier, mais, nostalgique de son lac et de ses montagnes, accepte un poste de directrice artistique dans une agence de communication suisse.

Créatrice dans l’âme et fan de films et séries noirs, l’idée d’écrire un polar lui traverse plusieurs fois l’esprit. Les treize années de souffrance et d’errance vécues par sa mère, atteinte d’Alzheimer, l’inspireront et donneront finalement un sens à sa plume. Écrit en quelques mois, l’intrigue mélange genre et style pour nous plonger au fil des pages dans les méandres des souvenirs. 

https://www.facebook.com/carislecia/

__________________________________________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article