http://s3.static69.com/m/image-offre/2/0/b/b/20bbbe7714d90367fe35ce39002f2ffe-300x300.gifDocument 09/11/2011 - Voici une multitude d'anecdotes contrastées, inventives, émouvantes ou cruelles qui « offrent au passionné de la chose criminelle et des terribles hasards de l'existence de quoi combler son attente. »

« Avec leur style clair, net et sans fioritures, Olivier Richou et Michel Martin-Roland révèlent que le passionnant sans doute est moins de mettre l'accent sur le coup fatal, quels que soient les procédés utilisés, que de plonger dans un destin pour expliquer comment et pourquoi le criminel en est arrivé à cette extrémité, dans un univers collectif dont les imbrications ont peu ou prou à des titres divers concouru à la mort. »

« Cet inventaire du crime à Paris est paradoxalement le réquisitoire le plus convaincant contre la peine de mort. Cette sanction absolue aurait exigé une justice absolue impossible à concevoir parce qu'humaine. C'est le dernier mérite de ce livre stimulant qui en compte beaucoup d'autres .»

Extraits de la préface de Philippe Bilger Avocat général près la cour d'appel de Paris

Olivier RICHOU, journaliste à l'Agence France-Presse, suit depuis vingt ans les questions judiciaires.


Le palais de justice de Paris n'a pas de secrets pour lui.

Longtemps journaliste à l'Agence France-Presse, Michel MARTIN-ROLAND est auteur de livres politiques de référence, de romans et de romans policiers. Il est aussi l'un des fondateurs de L'écailler.


  • Les courts extraits de livres : 09/11/2011

 

Extrait de la préface - Olivier Richou et Michel Martin-Roland ont eu une bonne idée : raconter cent crimes à Paris.


Qu'on ne croie pas qu'elle est banale et sans relief particulier.


En effet, si on a connu, il y a plusieurs années, des chroniqueurs qui s'efforçaient de narrer le mieux possible les tragédies criminelles, d'une part n'étaient choisis, pour satisfaire la curiosité des lecteurs, que des faits emblématiques, surprenants et souvent fortement médiatisés, et d'autre part, cette période est révolue. On peut considérer qu'une évolution en effet s'est produite qui a fait reculer la relation du fait-divers au profit de considérations générales sur le crime, parfois d'une sociologie de bazar. Il est clair que beaucoup ont eu envie de se hausser du col sans percevoir qu'il était infiniment plus difficile de choisir et de raconter que de disserter dans le vague.


Avec la modestie et la retenue de nos deux auteurs, nous assistons au retour de l'anecdote contrastée, inventive, émouvante ou cruelle. En elles-mêmes elles offrent déjà au passionné de la chose criminelle et des terribles hasards de l'existence de quoi combler son attente. De surcroît, comme souvent, on peut tirer de ces histoires singulières des observations qui font réfléchir sur le crime en général.


Et d'abord l'infinie diversité des milieux et des mobiles. C'est une évidence, mais le désir de tuer naît partout et se nourrit de mille aliments qui vont de la frustration la plus douloureuse, la plus amère à l'appétit matériel le plus vulgaire, du désordre amoureux, de la jalousie insupportable au souci de servir une cause, du dérisoire au grave. Prétendre retrouver au coeur de toutes les transgressions des modalités qui seraient forcément à la hauteur de l'acte irréparable que représente la mort voulue d'autrui serait voué à l'échec. Le crime de l'humain permet de se colleter sans cesse avec l'humain du crime. Il est clair que, pour ceux qui pourraient être tentés de l'oublier, le criminel ne relève pas d'un autre monde mais du nôtre mais que là où nous empruntons le chemin sur toute sa longueur, lui, par le crime, s'autorise des raccourcis qui le conduisent souvent à sa perte.


Ensuite, une inventivité criminelle sans limites. Les modalités, en effet, ne peuvent être identiques pour les crimes préparés de longue date ou les affrontements improvisés mais irréversibles. Celui ou celle qui, dans tous les cas, a laissé germer, comme une fleur vénéneuse, l'envie de tuer rencontrera toujours, sous sa main ou pour sa malfaisance, le moyen de l'assouvir. Le couteau est là à portée de main, le poison familier est si tentant, le pistolet est si commode et l'étranglement si sûr !

 

 

100 crimes oubliés

Auteur : Michel Martin-Roland | Olivier Richou

Préface : Philippe Bilger

Date de saisie : 08/11/2011

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : l'Ecailler, Marseille, France

Collection : Documents

 

  • Le courrier des auteurs : 09/11/2011

 

1) Qui êtes-vous ? !
Olivier Richou couvre depuis vingt-cinq ans pour l'Agence France-Presse la chronique judiciaire du palais de justice de Paris. Michel Martin-Roland est auteur, éditeur et animateur d'ateliers d'écriture.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Les crimes ordinaires ou extraordinaires commis de tout temps dans Paris

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
La table des matières !

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La Marche Funèbre de la 3e symphonie de Beethoven réorchestrée par ce diable de Stravinsky

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/34/Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpg/220px-Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpgLechoixdeslibraires.com a été créé par Jean Morzadec et son équipe, afin de rendre hommage à la compétence des libraires, qui sont les ambassadeurs du livre.

De nombreux libraires ont ensuite demandé à ce que le site devienne le grand portail de l’actualité du livre.

Lechoixdeslibraires.com a donc deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des libraires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les libraires.

C’est une mission exaltante.

Jean Morzadec a travaillé plus de trente ans à France Inter, dont il fut directeur des programmes de 1999 à 2005, sous la présidence de Jean-Marie Cavada. Il se consacre aujourd’hui, avec passion, au développement de sites culturels dédiés particulièrement à l’amour des livres.

 

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog