Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.fotosearch.fr/bthumb/UNC/UNC334/u10514159.jpg

En 1940 le Tour de France n'est pas parti. Mais, à la BBC, les Français de Londres ont fait comme si.

Qui, en France, écoute la BBC le 11 juillet 1940 ? La veille, le maréchal Pétain a obtenu les pleins pouvoirs ; la république sombre dans le renoncement, remplacée par l'État français ; la peur et la confusion règnent partout dans le pays. A Londres, l'émission « Ici la France », dirigée et réalisée par des Français mais placée sous autorité britannique, bénéficie d'une demi-heure quotidienne. Le chroniqueur du 11 juillet reste inconnu, peut-être Jean Marin, Pierre Bourdan ou Jacques Duchesne, déjà recrutés par la radio anglaise. Ce soir-là, en tout cas, « Ici la France » choisit le sport pour faire entendre la voix de Londres. « Aujourd'hui, si M. Hitler avait consenti à laisser l'Europe vivre tranquille, serait parti dans la joie le 34e Tour de France 1... » Commence alors un reportage de pure invention auquel, pourtant, rien ne manque en apparence : paysages variés, foule massée, coureurs adulés. En cet été 1940, évoquer le Tour permet aux Français de Londres de s'emparer d'un événement populaire, fondé sur une triple continuité. Continuité dans le temps : depuis sa création en 1903, la course s'est transformée en rituel national, enraciné dans le patrimoine et l'histoire du pays. Continuité dans l'espace, avec cette boucle qui longe les frontières, fait lien entre les paysages et rassemble la nation dans une géographie idéale. « Le Tour croise la mémoire d'un sol 2. » Unité des hommes, enfin, puisque la course réunit toutes les catégories de Français, par-delà leurs différences. La mythologie du Tour …

1940 : le Tour de France n'aura pas lieu

Par Marianne Amar
publié dans L'Histoire n° 354 - 06/2010



http://www.decitre.fr/gi/17/9782711771417FS.gifAu fil du XXe siècle, le sport est devenu ce qu'il est convenu d'appeler " un phénomène de masse ".


Omniprésent dans notre vie quotidienne, on le pratique en amateur - occasionnellement ou bien régulièrement - et, sans même devoir nous rendre au stade, nous assistons toute l'année aux exploits très médiatisés des professionnels. Mais sait-on combien les premiers pas du sport en France furent laborieux avant que certaines disciplines et leurs champions respectifs ne contribuent à le populariser ? Quant aux historiens, c'est très récemment qu'ils se sont intéressés à cet aspect pourtant important de la vie sociale, politique et culturelle d'une nation.


Aujourd'hui, s'il n'est pas encore entré officiellement dans les programmes scolaires, le sport a désormais ses spécialistes à l'université. Réunis à l'initiative de l'un d'entre eux - Philippe Tétart - pour synthétiser leurs travaux, ils nous racontent ici la première histoire générale du sport en France, illustrée grâce aux archives photographiques du Musée national du sport. Entre le second Empire et le régime de Vichy s'étend une période fondatrice durant laquelle apparaît puis s'affirme le " sport moderne ".


Il conquiert d'abord les élites ; c'est l'heure où naissent les premières unions sportives et les premiers clubs, celle où Pierre de Coubertin " réinvente " les jeux Olympiques. Plus largement, cet olympisme-là symbolisera l'apport français à l'organisation internationale du sport moderne. C'est l'époque où, futures pratiques populaires, le cyclisme et le football connaissent leur première diffusion.


Ainsi, sous la n[e République et peu à peu, le sport captive un nombre croissant de Français - comme pratique et, plus encore, comme spectacle. On se passionne alors pour les grandes compétitions : le Tour de France (1903), les 24 heures du Mans (1923), la Coupe du monde de football (1930), etc. À ce moment-là, le sport devient, à l'échelle nationale et internationale, un enjeu politique poussant l'État à le promouvoir, notamment à partir du Front populaire.


C'est encore le temps où le sport féminin prend ses marques, où la médiatisation du sport s'affirme, de même que ses enjeux économiques. Né sous le signe de l'élitisme et de l'exception, c'est en se popularisant que le sport a peu à peu édifié le socle sur lequel les historiens s'appuient pour en écrire l'histoire. En nous tournant vers les pionniers de cette culture, ceux de la conquête du sport par les Français, nous découvrirons ici comment sont nées les passions sportives actuelles.

Histoire du sport en France - Du second empire au régime de Vichy


Philippe Tétart

Michel Winock (Préfacier) , Patrick Porte (Postfacier)

Broché

Paru le : 23/02/2007

Éditeur : Vuibert


Ce titre dans d'autres formats & éditions

Histoire du sport en France. De la Libération à nos jours


Liens utiles sur le blog

Les anges bleus du tour de france

Raymond mastrotto surnommé le "taureau de nay"

Un petit ramoneur devient un "as de la pédale !"

Les forçats du tour de france cycliste

Richter, le coureur cycliste allemand qui a dit non aux

René vietto dit le "roi rené"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article